Aller au contenu principal
Font Size

En Argentine, Mariano Williams voudrait pouvoir exporter sa production de bœuf

Avant de reprendre l’exploitation familiale à 23 ans, Mariano Williams a travaillé au marché aux bestiaux 
de Liniers pour le compte 
de négociants. " Cela m’a permis de mieux connaître et mieux défendre a posteriori le prix 
de mes animaux. »
Avant de reprendre l’exploitation familiale à 23 ans, Mariano Williams a travaillé au marché aux bestiaux
de Liniers pour le compte
de négociants. " Cela m’a permis de mieux connaître et mieux défendre a posteriori le prix
de mes animaux. »
© C. Coulon

Mariano Williams est éleveur de vaches angus sur 1236 hectares dans le bassin du Salado en Argentine. Il est également trésorier de la Confédération des associations rurales de Buenos Aires et de La Pampa (CARBAP). Le souhait de cet exploitant syndicaliste, actuellement, est de tourner la page et de revenir à l'export.

En Argentine, les prix du bétail évoluent en dents de scie pour ne pas dire en montagne russe. Aujourd’hui, un bouvillon gras de 400 kg vaut autour de 1,50 euro le kilo vif.
« Le bétail est bradé car le gouvernement contrôle le prix du bœuf à l’étalage pour que les citadins puissent manger leur grillade dominicale, sans laquelle leur humeur vire au noir », se désole Mariano Williams. Et de déplorer aussi l’évolution de la mentalité de la population argentine. Très majoritairement urbaine, elle est le plus souvent « dressée », à tous points de vue, contre les propriétaires terriens, souvent enviés, voire haïs par des citadins qui ignorent ou plutôt méconnaissent l’activité d’élevage.
« Nous voudrions juste que nos dirigeants politiques nous laissent travailler, lâche-t-il. Notre priorité reste de pouvoir exporter librement du bœuf. Nous ne produisons presque plus d’animaux lourds, lesquels étaient jusque-là destinés en priorité aux marchés d’exportation », dit-il en évoquant les restrictions à l’export de bœuf imposées depuis huit ans, pour privilégier l’offre du marché domestique aux dépens du commerce extérieur, favorisant cette production de carcasses légères plébiscitées par le marché intérieur argentin.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

L’intérêt de l’épeautre en alimentation du troupeau allaitant tient à la présence des glumes.
L'épeautre, une céréale qui n'apporte pas que de l'énergie
Par la présence des enveloppes du grain riches en cellulose, l’épeautre est utile en engraissement pour sécuriser la ration. Il…
carte Arvalis estimation date de début de récolte du maïs ensilage
Les ensilages de maïs pourraient débuter plus tôt que prévu
Arvalis a publié une carte des dates de début possible des chantiers d'ensilage de maïs. Ce sera autour du 20 août en Rhône-Alpes…
broutards charolais au pré
L'offre en broutards restera limitée dans les prochains mois

Au 1er juin 2020, on dénombrait 511 000 mâles de race allaitante âgés de 6 à 12 mois dans la BDNI : un effectif en recul de 3…

David Durand, éleveur au GAEC des Gariottes (à gauche) et Christophe Seringe, technicien d’élevage à la SCA Le pré vert (à droite), un tandem de choc pour développer le veau rosé bio. © E. Durand
Le veau rosé bio comme alternative au broutard
Le veau rosé bio s’est développé depuis une dizaine d’années dans le Sud-Ouest. Pour le Gaec des Gariottes en Corrèze, cette…
Le marché des reproducteurs bovins allaitants à l’heure du coronavirus
Sur le marché intérieur, le commerce des bovins reproducteurs allaitants est pénalisé par la décapitalisation, la mauvaise…
Vignette
L’aliment liquide apporte énergie fermentescible et azote soluble
Formulé à partir de coproduits locaux, l’aliment liquide est un moyen simple de complémenter des animaux. Il peut se distribuer…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande