Aller au contenu principal

En Argentine, Mariano Williams voudrait pouvoir exporter sa production de bœuf

Avant de reprendre l’exploitation familiale à 23 ans, Mariano Williams a travaillé au marché aux bestiaux 
de Liniers pour le compte 
de négociants. " Cela m’a permis de mieux connaître et mieux défendre a posteriori le prix 
de mes animaux. »
Avant de reprendre l’exploitation familiale à 23 ans, Mariano Williams a travaillé au marché aux bestiaux
de Liniers pour le compte
de négociants. " Cela m’a permis de mieux connaître et mieux défendre a posteriori le prix
de mes animaux. »
© C. Coulon

Mariano Williams est éleveur de vaches angus sur 1236 hectares dans le bassin du Salado en Argentine. Il est également trésorier de la Confédération des associations rurales de Buenos Aires et de La Pampa (CARBAP). Le souhait de cet exploitant syndicaliste, actuellement, est de tourner la page et de revenir à l'export.

En Argentine, les prix du bétail évoluent en dents de scie pour ne pas dire en montagne russe. Aujourd’hui, un bouvillon gras de 400 kg vaut autour de 1,50 euro le kilo vif.
« Le bétail est bradé car le gouvernement contrôle le prix du bœuf à l’étalage pour que les citadins puissent manger leur grillade dominicale, sans laquelle leur humeur vire au noir », se désole Mariano Williams. Et de déplorer aussi l’évolution de la mentalité de la population argentine. Très majoritairement urbaine, elle est le plus souvent « dressée », à tous points de vue, contre les propriétaires terriens, souvent enviés, voire haïs par des citadins qui ignorent ou plutôt méconnaissent l’activité d’élevage.
« Nous voudrions juste que nos dirigeants politiques nous laissent travailler, lâche-t-il. Notre priorité reste de pouvoir exporter librement du bœuf. Nous ne produisons presque plus d’animaux lourds, lesquels étaient jusque-là destinés en priorité aux marchés d’exportation », dit-il en évoquant les restrictions à l’export de bœuf imposées depuis huit ans, pour privilégier l’offre du marché domestique aux dépens du commerce extérieur, favorisant cette production de carcasses légères plébiscitées par le marché intérieur argentin.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Beaujolais charolaises
PAC : une coupe dans l'enveloppe des aides couplées bovins viande est envisagée
La Fédération nationale bovine alerte dans un communiqué après avoir découvert la première "copie" de la France pour la prochaine…
 © F. d'Alteroche
Pac : les différentes options sur la table pour les éleveurs bovins viande
Les services du ministère de l’Agriculture ont présenté mi-mars aux professionnels les différentes options envisagées pour le…
De gauche à droite : Jérôme Séguinier, Thomas Gagnepain et Mathieu Haugoubart ont l'habitude de travailler ensemble en Cuma avec d'autres éleveurs. © M. Haugoubart
« Des matières premières haut de gamme à bon prix grâce à l’achat en commun pour complémenter mon troupeau »
À l’EARL Haugoubart dans la Nièvre, des matières premières sont achetées en commun par camions entiers avec un groupe de voisins…
Benoît Dazy. "Nos portes sont ouvertes pour nos clients, aux écoles et à toute personne qui en émet le désir afin de partager notre vision de l’élevage." © S. Bourgeois
" Quarante vaches aubracs vendues en direct "
Benoît Dazy s’attache à garder un système ultra simple, avec 40 vêlages en système bœufs et vente directe. Il trouve un bon …
Les litières sont composées de paille mais également de plaquettes forestières issues de l’entretien des nombreuses haies présentes sur le parcellaire avec le choix récent d’en laisser « monter » quelque unes pour conforter la ressource en bois sur pied et s’adapter aux évolutions du climat avec davantage d’ombre en été. © F. d'Alteroche
"Un maximum de productivité par UTH et par UGB avec mon troupeau Charolais"
Bonne productivité numérique, mortalité maîtrisée, croissances de bon niveau, vêlage à deux ans de plus en plus fréquent… Tous…
La Chine fait s'envoler les cours des matières premières pour l'engraissement des bovins
La hausse est impressionnante. Elle ne concerne malheureusement pas le prix de la viande bovine mais celle des différentes…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande