Aller au contenu principal

Empoisonnement des bovins : l’if ne fait pas de cadeaux

Plusieurs plantes sont susceptibles d’empoisonner les bovins après avoir été ingérées, même en quantités modestes. L’if fait partie des plus toxiques.

Les branches d'if abandonnées dans la pâture sont les fautives.
Les branches d'if abandonnées dans la pâture sont les fautives.

Un éleveur contacte la clinique parce que « trois vaches à terme sont mortes cette nuit dans la pâture à côté de la maison ». Dans cet élevage, le troupeau de vaches allaitantes est en full grass sur un îlot d’une vingtaine d’hectares composés de petites parcelles derrière le bâtiment. Leur ration hivernale est à base d’ensilage de maïs. Elle est disponible dans une auge régulièrement réapprovisionnée. Hier, l’éleveur n’a rien remarqué lors de sa surveillance quotidienne. Aujourd’hui, il a découvert trois vaches en fin de gestation mortes dans la pâture. Il a rapidement ramené les cadavres à la ferme pour les faire autopsier.

Lire aussi : Les différentes causes de la torsion utérine chez les bovins

Avant autopsie, les principales hypothèses pour expliquer cette mortalité subite multiple sont une tétanie d’herbage (vaches allaitantes à terme pâturant une herbe jeune) ou une intoxication. L’examen externe est identique pour les trois animaux : ces vaches étaient en bon état général juste avant leur mort. L’autopsie de la première permet de voir qu’effectivement elle était proche du terme et a une entérite. Après examen de plusieurs poignées de contenu ruminal, nous trouvons des branches qui semblent être de l’if à baie. L’autopsie de la seconde vache est identique, à terme avec des branches d’if dans le rumen.

Direction la pâture avec l’éleveur. En faisant le tour, nous trouvons des branches d’if à baie déposées dans un coin par un voisin ayant récemment taillé sa haie et croyant, à tort, que tout ce qui est vert peut être donné à manger à des herbivores.

Une mort subite

L’if à baie (Taxxus baccata) est un arbuste ornemental, souvent utilisé dans les haies et à proximité des cimetières, au moins dans certains départements. En effet pour les chrétiens, l’if était un symbole du lien entre le ciel et la terre. C’est ce qui explique cette fréquente présence aux abords des églises et dans les cimetières, en raison de sa longévité mais aussi de sa toxicité qui en interdit l’accès au bétail. Cet arbre a l’apparence d’un résineux. Ses feuilles sont persistantes. Elles sont souples, plates, pointues mais non piquantes et disposées dans le même plan. Toutes les parties de la plante sont toxiques sauf la chair rouge de l’arille, sa baie rouge et charnue. Laquelle est d’ailleurs appréciée des oiseaux qui en dispersent ainsi les graines.

Lire aussi : Mortellaro : quand la dermatite digitale s’attaque aux taurillons

Notre cas clinique illustre assez classiquement cette intoxication. Les animaux meurent subitement souvent moins d’une heure après l’ingestion ; parfois jusqu’à 24 heures après selon la quantité d’if ingérée. Il est rare d’observer des symptômes. L’if à baie contient de nombreuses substances toxiques. La principale est la taxine B qui provoque une toxicité cardiaque. Certaines autres toxines provoquent une toxicité nerveuse (tremblements, convulsion). Comme dans notre cas, le plus souvent, l’intoxication est causée par un dépôt de taille de haie sur la parcelle par méconnaissance. Lorsque la plante est sèche, son appétence augmente et les composés toxiques sont toujours présents. L’intoxication par la plante par abroutissement sur pied est également possible si les bovins manquent d’herbe. La prévention de cette intoxication passe par la surveillance des abords des parcelles pâturées, afin d’identifier les ifs et les élaguer, supprimer les possibilités d’accès par une clôture et/ou d’informer les riverains sur les dangers de cette plante.

Dr Sophie Cercelet

Le saviez-vous ?

L’intoxication par l’if à baie est la première cause d’intoxication végétale en France chez les bovins. L’ingestion de 500 g de feuilles et/ou de branches suffit à tuer un bovin adulte. Il est toxique également pour les chèvres, les moutons et les chevaux.

Les plus lus

élevage de vaches de race aubrac en Lozère
« Avec nos 90 vaches aubracs et 60 génisses à l’engraissement, nous dégageons 50 000 euros de revenu disponible pour deux associés »

En Lozère, David et Ludovic Cayrel élèvent 90 vaches aubracs et 60 génisses à l’engraissement chaque année. La valorisation de…

éleveurs bovins viande bâtiment charolaise
« Nous faisons naître 360 veaux dans l’hiver sous un même bâtiment »

Le Gaec Gauthé, dans la Nièvre, a choisi il y a une vingtaine d’années de faire vêler dans un grand bâtiment les vaches…

Frédéric Busarello, éleveur de limousines et de comtoises situé à Ceyrat dans le Puy-de-Dôme
Astuce d'éleveur : des piquets fixés par du sable dans des manchons de PVC

Situé en zone pavillonnaire, Frédéric Busarello, éleveur de limousines et de comtoises, a dû tenir compte des contraintes…

Jean-Michel, Michelle et leur fils Damien : « Le bâtiment, peu profond, permet de voir tout le troupeau en un coup d'œil. »
Bâtiment d’élevage : « Nous avons changé plusieurs fois d’avis avant d’aboutir à un projet façonné selon nos besoins »

Jean-Michel, Michelle et Damien Martin, situés dans la Creuse, ont lancé leur projet de bâtiment en 2019. Entre l’idée de…

Congrès FMBV : face à la décapitalisation, « on est là pour regarder les choses en face et avancer ensemble »

En 2023, les marchés de bétail vif ont enregistré une baisse d’activité de 8,8 %, en lien notamment avec la décapitalisation.…

« Ma rotation n’est pas figée. Elle est plutôt opportuniste et s’adapte en fonction des rendements », explique Fabien Fabre, basé à Cassagnes-Bégonhès dans ...
« Je produis toute l’alimentation des vaches allaitantes en semis direct sous couvert »

Au cœur de l’Aveyron, l’EARL Mazel Fabre produit toute l’alimentation de ses vaches allaitantes en semis direct sous couvert…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande