Aller au contenu principal

Emmanuelle Ducros : « le RIP pour les animaux est un piège intellectuel "

Emmanuelle Ducros, journaliste économique et spécialiste des questions agricoles à l’Opinion nous éclaire sur le référendum pour les animaux.

Emmanuelle Ducros © DR
Emmanuelle Ducros
© DR

Que pensez-vous du référendum d’initiative partagée (RIP) pour les animaux ?

Emmanuelle Ducros - Ce RIP pour les animaux a quelque chose de dérangeant de par les personnes qui le portent. Notamment des associations antispécistes dont la finalité n’est pas l’amélioration des conditions d’élevage mais purement et simplement l’abolition de l’élevage. Il y a donc à l’origine de ce référendum une base malhonnête, qui doit être, elle aussi, mise sur la table. Ces associations utilisent des vidéos d’élevages qui sont des cas singuliers et se servent de la méconnaissance de la population pour arriver à leurs fins. Ce référendum est un piège intellectuel car chacun s’accorde à ne pas vouloir faire souffrir les animaux. Il joue sur les émotions non sur la rationalité. Il y a beaucoup de marketing derrière. Et évidemment des pensées économiques : la viande artificielle est un énorme marché.
 

« Le RIP pour les animaux s’essouffle » observe Jean-Baptiste Moreau, éleveur et député

Ce genre de pratiques risque-t-il de se démultiplier ?

E. D. – Oui c’est une possibilité. Dans les années 1950-1960, on a demandé aux agriculteurs de produire pour nourrir la France. Ce qu’ils ont fait. Aujourd’hui, on se trouve face à une société qui a oublié ce qu’est le manque et à une population agricole qui n’en représente qu’une part mineure. La vision de la société est ainsi proche de celle de Martine à la ferme. La notion de la place de l’homme dans la chaîne alimentaire a été perdue. L’idée de tuer pour se nourrir est devenue intolérable à des citadins éloignés de la ruralité. Aussi, avec une telle méconnaissance du monde de l’élevage, il est facile de faire croire que l’exceptionnel représente la réalité. Les gens projettent leur propre fantasme sur les animaux sans savoir si c’est mieux pour eux ou non.
À cela s’ajoute la volonté de contrôler l’assiette de l’autre de la part d’une frange de la population. Enfin, le manque récurrent de communication dans le monde agricole n’arrange rien.
 

Lire aussi : Bien-être animal : un groupe Facebook s'attaque au RIP pour les animaux d'Hugo Clément

Quelle attitude adopter ?

E. D. – Beaucoup de pédagogie reste à faire. Il y a également des questions à se poser sur ce qu’on mange. Expliquer que l’agriculture ne peut exister sans élevage. La nourriture n’est pas juste un nutriment mais quelque chose que l’on se transmet. Elle a une valeur patrimoniale, culturelle… Il faut expliquer que ce n’est pas parce que l’on tue un animal qu’on ne le respecte pas.
Il est important de ne pas laisser le champ libre à ces associations. Ce serait dévastateur. Leur opposer une bataille d’images, basée sur des faits, est nécessaire. Travailler sur les visites à la ferme, les circuits courts… On est dans un moment de débats. Il est essentiel que le monde agricole s’empare du sujet, communique. Certes, une partie de la population est déjà impossible à convaincre mais il en reste une qui ne s’est pas encore posée la question et qui doit pouvoir faire son choix objectivement. La vérité n’est pas blanche ou noire. Il est essentiel de raconter ce que l’on a à raconter.
Il sera par ailleurs fondamental d’accepter de mettre sur la table des sujets difficiles comme le transport des animaux, les abattoirs… L’abattage fait partie de la vie. Pour autant, cela ne veut pas dire accepter la cruauté, ou ne pas respecter l’animal. C’est d’ailleurs insupportable pour les éleveurs qui aiment leurs animaux. Chaque maillon de la chaîne doit prendre ses responsabilités.
 

Oui ou non au RIP – Discussion entre agriculteurs et parlementaires dans une exploitation du Calvados

Quelle communication fonctionne ?

E. D. – La communication faite par les agriculteurs sur leur quotidien, par le biais des réseaux sociaux est extrêmement positive ! Ils sont légitimes ! Cette visibilité offerte par les réseaux permet de rééquilibrer la parole, de ne pas abandonner le terrain. De nombreux agriculteurs le font très bien. Toujours avec patience et bonne humeur, sans laisser de questions gênantes de côté.
Il est vrai que cela peut être compliqué de répondre aux nombreuses sollicitations. Il peut, éventuellement être intéressant de se former pour apprendre à répondre.
Il est en revanche important de se mettre à la place du citadin pour qui, il est parfois difficile de comprendre un monde qu’il ne connaît pas. L’élevage n’a pas à rougir de ses pratiques. Les éleveurs n’ont pas à avoir honte de leur métier, ils n’ont aucune raison de culpabiliser.

Ne pas perdre la bataille d’images

Une OPA sur la viande ? - Le « mélange des genres gênant » de Xavier Niel dénoncé par la FNSEA

L’agribashing démotive plus de 30 % des agriculteurs français

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Emmanuelle Ducros © DR
Emmanuelle Ducros : « le RIP pour les animaux est un piège intellectuel "
Emmanuelle Ducros, journaliste économique et spécialiste des questions agricoles à l’Opinion nous éclaire sur le référendum pour…
Face à l’évolution des prix des broutards « incompréhensible et inacceptable », les Eleveurs du grand Massif Central appellent à la rétention de ces animaux en ferme.
Les éleveurs bovins du Grand Massif Central sont appelés à retenir au maximum les broutards en ferme
Les prix des broutards ne cessent de baisser depuis plusieurs semaines, aussi les Eleveurs de races à viande du grand Massif…
Paul et son oncle Philippe Couvé. « On privilégie les animaux de race Charolaise car on trouve toujours acquéreur. » © C. Delisle
Une conduite simple mais efficace des jeunes bovins
À la SCEA Couvé et fils, dans l’Orne, le bien-être animal a été privilégié, sans compromis pour autant sur les performances des…
Le lecteur de glycémie donne directement les résultats dans la pâture.  © B. Gavage
La conséquence d’un déficit énergétique en fin de gestation
Cette vache âgée a perdu beaucoup d’état en fin de gestation. Elle souffre d’une pathologie classique en élevage ovin mais moins…
Quentin Gougeon, éleveur à Vaiges en Mayenne (à droite). « Depuis mon installation, je travaille au maintien du bocage pour abriter les bovins et les céréales conduites en agriculture biologique. On valorise une partie de notre production de bois par le biais de la SCIC Mayenne bois énergie. » « La structure se charge d’organiser la commercialisation d’un bois durable et équitable », ajoute Olivier Lepage, chargé de développement à la SCIC. © C. Delisle
Chez Quentin et Dominique Gougeon, les haies sont un patrimoine à valoriser
Sur l’exploitation de Quentin et Dominique Gougeon à Vaiges en Mayenne, les haies sont conduites comme une culture à part entière…
Davantage de viande Charolaise pour les restaurants McDonalds
La viande charolaise sera plus largement utilisée dans les restaurants McDonalds tout au long du mois d’octobre. Elle concernera…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande