Aller au contenu principal

Importations
Embargo sur le boeuf brésilien


Depuis novembre, des doutes planent quant à la traçabilité du boeuf brésilien et au contrôle des mouvements de cheptels. A la suite d´inquiétudes formulées notamment par l´Irlande et la Grande-Bretagne, sur le risque de transmission du virus de la fièvre aphteuse aux cheptels européens par de la viande importée, des experts vétérinaires européens se sont déplacés au Brésil pour en savoir plus. Selon la Commission européenne, ils auraient mis en évidence « plusieurs déficiences graves et répétées dans les systèmes de traçabilité et sanitaire ». Le 31 janvier, puisque définitivement, le Brésil ne répondait pas aux attentes sanitaires de l´Europe, malgré sa liste de 2861 fermes sélectionnées par son gouvernement, l´embargo a été appliqué.
Les exportations brésiliennes sont un enjeu économique considérable pour le Brésil qui a exporté vers l´Union européenne l´an dernier quelque 210 000 tonnes de boeuf frais et congelé. ©F. d´Alteroche

Markos Kyprianou, commissaire européen à la Santé précise que selon « des attentes raisonnables » par rapport à l´amélioration de la traçabilité de la viande au Brésil et à l´identification des animaux menés à l´abattoir, il faudrait compter sur seulement 300 exploitations conformes en 2008. Quelques jours plus tard, le ministre brésilien de l´Agriculture, Reinhold Stephanes, reconnaissait certaines « petites failles et erreurs de détails » dans cette longue liste d´exploitations. Pour lui, « l´erreur du Brésil a été d´accepter les mêmes règles sanitaires que celles appliquées à l´Europe. Ces règles ont été créées à cause de la maladie de la vache folle, une maladie que nous n´avons pas ».
Selon Paulo Tavares, porte-parole du ministère de l´Agriculture brésilienne, une nouvelle liste et des rapports techniques sur 683 fermes est déjà prête, liste que Reinhold Stephanes pense ne pas pouvoir être rejetée. La reconnaissance des fermes exportatrices doit entre autres pouvoir s´effectuer grâce à un contrôle aléatoire de vétérinaires européens. « Vous voulez importer de la viande du Brésil ou vous vous cherchez des excuses pour ne pas importer du Brésil ? », a lancé ce dernier lors d´une réunion à la Fédération des industries de Sao Paulo (Fiesp). « Je crois que l´Union européenne veut importer de la viande, que les importateurs européens veulent importer de la viande, que les consommateurs européens veulent de la viande brésilienne, mais que le grand lobby des producteurs européens, fournissant près de 95 % du marché de la viande européenne, ne souhaitent pas voir cette viande, car cela fait baisser leurs prix, puisque leur prix de production est trois fois plus élevé ».
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Face à l’évolution des prix des broutards « incompréhensible et inacceptable », les Eleveurs du grand Massif Central appellent à la rétention de ces animaux en ferme.
Les éleveurs bovins du Grand Massif Central sont appelés à retenir au maximum les broutards en ferme
Les prix des broutards ne cessent de baisser depuis plusieurs semaines, aussi les Eleveurs de races à viande du grand Massif…
Paul et son oncle Philippe Couvé. « On privilégie les animaux de race Charolaise car on trouve toujours acquéreur. » © C. Delisle
Une conduite simple mais efficace des jeunes bovins
À la SCEA Couvé et fils, dans l’Orne, le bien-être animal a été privilégié, sans compromis pour autant sur les performances des…
Le lecteur de glycémie donne directement les résultats dans la pâture.  © B. Gavage
La conséquence d’un déficit énergétique en fin de gestation
Cette vache âgée a perdu beaucoup d’état en fin de gestation. Elle souffre d’une pathologie classique en élevage ovin mais moins…
Quentin Gougeon, éleveur à Vaiges en Mayenne (à droite). « Depuis mon installation, je travaille au maintien du bocage pour abriter les bovins et les céréales conduites en agriculture biologique. On valorise une partie de notre production de bois par le biais de la SCIC Mayenne bois énergie. » « La structure se charge d’organiser la commercialisation d’un bois durable et équitable », ajoute Olivier Lepage, chargé de développement à la SCIC. © C. Delisle
Chez Quentin et Dominique Gougeon, les haies sont un patrimoine à valoriser
Sur l’exploitation de Quentin et Dominique Gougeon à Vaiges en Mayenne, les haies sont conduites comme une culture à part entière…
Davantage de viande Charolaise pour les restaurants McDonalds
La viande charolaise sera plus largement utilisée dans les restaurants McDonalds tout au long du mois d’octobre. Elle concernera…
Hugues Pichard, nouveau Président de Races de France
Le Président de l’Organisme de Sélection Charolais France est depuis le premier octobre le nouveau Président de Races de France,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande