Aller au contenu principal

Elvea : l'inquiétude s'installe face aux difficultés des éleveurs

La situation économique des producteurs était la préoccupation majeure évoquée lors de l'assemblée générale d'Elvea France. Des perspectives ont été brossées concernant le travail des OP.

Jean-Pierre Duclos, président d'Elvea France. "L'attente des éleveurs n'est pas à de nouveau prêts de trésorerie, mais à une mesure forte pour redonner une vie à l'élevage."
Jean-Pierre Duclos, président d'Elvea France. "L'attente des éleveurs n'est pas à de nouveau prêts de trésorerie, mais à une mesure forte pour redonner une vie à l'élevage."
© C. Delisle

La pérennité de la filière bovine est en jeu si la situation économique n’évolue pas », commence Philippe Augier, vice-président d’Elvea. Le ton est donné, dès l’ouverture de l’assemblée générale d’Elvea France, regroupement des associations d’éleveurs, qui s’est tenue à Arras, le 10 juin dernier.

PRÉSERVER LE STATUT DES ORGANISATIONS DE PRODUCTEURS

« Les producteurs n’ont plus la capacité de répondre à un nouveau coup dur tel que la sécheresse qui sévit actuellement et menace d’impacter de façon exceptionnelle, les ressources en fourrages, poursuit ce dernier. Il faut un prix rémunérateur. » Elvea s’est fortement mobilisée tout au long de la procédure d’examen et d’adoption du texte de Loi de modernisation agricole par les parlementaires, pour préserver le statut des organisations de producteurs non commerciales. Elle a souligné le rôle majeur des associations dans la structuration de la filière bovine et mis en avant l’aide apportée sur le plan technique et économique aux éleveurs adhérents. Elvea espère ainsi que les associations d’éleveurs ne seront pas remises en cause, suite au bilan par secteur, de l’organisation de la production et de l’efficacité des différents modes de commercialisation, réalisé cette année. « Dans la situation actuelle de la filière bovine, l’heure ne doit pas être aux positions doctrinaires, mais à une approche pragmatique », a noté Philippe Augier. Les associations d’éleveurs entendent pour leur part poursuivre et dynamiser leurs actions au service des éleveurs et de la filière. Quatre axes de travail ont ainsi été définis pour l’avenir.

REMONTEE DES DONNEES COMMERCIALES

Le premier axe s’oriente sur la remontée et le traitement plus réactif des données commerciales afin de fournir aux éleveurs des informations sur les prix « départ ferme » à la semaine selon les catégories et les fluctuations du marché. Le projet d’une charte interne éleveurs-acheteurs est également en cours, pour un meilleur partenariat. Elle vise à renforcer les liens entre eux et à formaliser les objectifs d’actions collectives avec plus de transparence. « Nous souhaitons, par ailleurs, le renforcement de la structuration des démarches filières qualité. Cette charte devrait apporter une plus grande cohésion pour obtenir une offre plus importante. Pour terminer, nous réfléchissons à la création d’une association d’organisation de producteurs (AOP) pour ensemble, nous donner la capacité de mieux gérer certains segments de production et de réaliser une meilleure adéquation offredemande », évoque Philippe Augier. Julien Turenne du ministère de l’Agriculture a ajouté qu’une évaluation sur l’adaptation au marché, pour demain être plus compétitif, a été lancée. Le bilan se fera dans les prochains mois. « Sur un plan général, l’enjeu pour l’année à venir est de permettre aux éleveurs de tenir économiquement dans une situation de crise exceptionnelle et de leur proposer des perspectives pour le moyen terme. L’élevage est un atout pour la France. Le rôle des associations est de porter cette activité économique essentielle pour toutes les régions françaises », conclut Jean-Pierre Duclos, président d’Elvea France.

Elvea France c’est :

- 44 associations


- 1 207 115 bovins commercialisés toutes catégories


- 895 000 vaches allaitantes (soit 22 % du cheptel national)


- 197 000 vaches laitières (soit 5 % du cheptel national)

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Prix des céréales : les raisons de la flambée des cours
Grandes Cultures
Blé, orge, maïs : les prix de l'ensemble des marchés des céréales ont connu une hausse brutale ces dernières semaines. Cette…
filet brise-vent
Plan de relance : des aides pour la biosécurité et le bien-être animal
Le volet agricole du plan de relance comprend une mesure « pacte biosécurité et bien-être animal ». Le dispositif sera piloté par…
Sophie et Michel travaillent avec leur fils Baptiste. Cette année, les laitonnes ont du être rentrées dès octobre à cause des fortes pluies. © S. Bourgeois
Une perte sensible d’efficacité économique pour un système broutards dans la Nièvre
Michel et Sophie Durand conduisent à Ougny dans la Nièvre, un système herbager avec 165 vêlages et vente de broutards lourds. À …
Cette année, la campagne de vêlages se passe vraiment bien avec 85 % de vêlages sans aide, et les retours en chaleurs sont nettement plus rapides qu’auparavant. Pour certaines, c’est quinze jours après le vêlage. © S. Bourgeois
Une approche globale pour une reproduction au top
Des vaches bien préparées au vêlage retournent vite en chaleurs. C’est l’expérience qu’a faite Jean-Michel Michelot, éleveur dans…
Le plan protéines n’oublie pas l’herbe

La stratégie nationale protéines végétales, dévoilée le 1er décembre vise à réduire la…

Pac: les aides aux bovins allaitants et laitiers revalorisées pour la campagne 2020
Le montant unitaire de l'aide aux bovins allaitants est revalorisé à 171,25 euros par vache (au lieu de 166 euros) pour les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande