Aller au contenu principal

Dossier
Eleveur méthaniseur, un nouveau métier

En France, les unités de méthanisation actuellement installées chez des producteurs de viande bovine se comptent sur les doigts d’une main. Ce n’est qu’un début. Différents projets sont en cours.

© D. poilvet
Produire du biogaz est un nouveau métier. Il éloigne de l’agriculture et élargit le champ d’activité des agriculteurs. Ils deviennent producteurs d’énergie et non plus seulement producteurs de denrées alimentaires. Mais contrairement au photovoltaïque, produire du biogaz n’est pas de tout repos. Cela se traduit par un surcroît de travail dont bien des éleveurs n’ont pas vraiment besoin.

Des enjeux à la fois économiques et environnementaux


Le choix de devenir éleveur méthaniseur correspond à une stratégie de diver- sification des revenus. À côté d’une meil- leure valorisation des fumiers et lisiers, il s’agit de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier. Surtout à la veille de profonds remaniements dans le mode d’attribution des aides compensatoires. Encouragé par une directive européenne qui fixe à 20 % à l’échéance 2020 la part des énergies renouvelables pour la consommation totale des pays composant l’Union européenne, produire de l’énergie à partir du biogaz peut également être analysé comme un pari sur l’avenir. Directement liée à la hausse de la population mondiale, la demande pour les énergies fossiles, pétrole et gaz naturel en tête, va inéluctablement se renforcer. Face à une offre non extensible, leurs tarifs vont continuer de grimper, renforçant l’intérêt pour l’ensemble des énergies renouvelables.

La production de biogaz est donc au carrefour d’enjeux à la fois économiques et environnementaux : production d’énergie, traitement des déchets. Fumiers et lisiers continueront à consti- tuer la base de la « ration » des méthaniseurs. Comme ils gagnent à être associés à d’autres bio déchets (résidus de cultures, tonte de pelouse, déchets agro-alimentaires, sous-produits d’abattoirs...), l’un des enjeux à venir du biogaz sera la disponibilité de ces sous-produits. Or tout laisse à penser que dans quelques années ces déchets risquent bien de n’en porter plus que le nom.

Dossier


p.18 Le biogaz : comment ça marche ? Produire de l’énergie et un engrais organique

p.20 « Les premiers investisseurs sont souvent des militants » Marie Pouilhe, chef de projet à Agréole Développement

p.22 Un projet rentable, c’est de la compétence et du temps Le choix des substrats à méthaniser et la valorisation de la chaleur

p.26 Lanaud, chauffé au fumier : la technique de l’infiniment mélangé

p.28 Voie sèche pour le fumier de 350 jeunes bovins : chez Magali et William Rousset, en Lozère

p.30 Arko-metha, un procédé prometteur mais à valider : séparer les phases de méthanisation

p.32 Un projet collectif dans le nord Aveyron : Une trentaine d’éleveurs se sont regroupés pour méthaniser
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Julien Denormandie sommet de l'elevage
FNB : "Un contrat écrit obligatoire pour toutes les catégories de bovins d'ici fin 2022"
Selon un communiqué de la FNB, Julien Denormandie a annoncé lors de sa visite au Sommet de l'Elevage qu'au 1er janvier 2022,…
Bruno Dufayet, président de la Fédération Nationale Bovine
Bruno Dufayet, Fédération nationale bovine : « Des signaux de marché au vert, les prix doivent sortir du rouge »
A quelques jours du Sommet de l’Elevage, le président de la Fédération nationale bovine estime que toutes les planètes sont…
Déchargement de broutards français dans un atelier italien - En Italie, la conjoncture actuelle est favorable avec des niveaux de prix nettement plus élevés que ce qui est habituellement pratiqué à cette période de l’année.
Trop peu valorisés, les broutards sont moins nombreux
Le prix du maigre a gagné quelques centimes en fin d’été mais ne progresse pas dans les mêmes proportions que les femelles finies…
Le parc d’attente est un demi-cercle à barrière poussante sécurisée permettant au choix d’orienter les animaux vers un parc, vers le quai de chargement ou vers l’entrée du couloir de contention. Le sol est un béton strié et il a été coulée après avoir bien vérifié que tout fonctionnait. Il est couvert d'un peu de sciure pour ne pas glisser.
[Contention des bovins] Une installation faite maison de haut niveau
Depuis dix ans, le Gaec des Reclous est équipé d’une belle installation associant bois et métal, complétée par un quai de…
vaches blondes au pâturage
[PAC 2023] Ce que l’on sait de l’aide couplée bovine pour les troupeaux allaitants
L’Institut de l’Elevage a présenté lors d’une conférence au Sommet de l’Elevage les informations disponibles sur la future aide…
Or rouge cv plainemaison Record
Des records battus pour la vente aux enchères des journées limousines Or Rouge de Plainemaison
Les journées limousines Or Rouge organisées l'entreprise Beauvallet- CV.Plainemaison du 15 au 18 octobre 2021 se sont soldées par…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande