Aller au contenu principal

Dossier
Eleveur méthaniseur, un nouveau métier

En France, les unités de méthanisation actuellement installées chez des producteurs de viande bovine se comptent sur les doigts d’une main. Ce n’est qu’un début. Différents projets sont en cours.

© D. poilvet
Produire du biogaz est un nouveau métier. Il éloigne de l’agriculture et élargit le champ d’activité des agriculteurs. Ils deviennent producteurs d’énergie et non plus seulement producteurs de denrées alimentaires. Mais contrairement au photovoltaïque, produire du biogaz n’est pas de tout repos. Cela se traduit par un surcroît de travail dont bien des éleveurs n’ont pas vraiment besoin.

Des enjeux à la fois économiques et environnementaux


Le choix de devenir éleveur méthaniseur correspond à une stratégie de diver- sification des revenus. À côté d’une meil- leure valorisation des fumiers et lisiers, il s’agit de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier. Surtout à la veille de profonds remaniements dans le mode d’attribution des aides compensatoires. Encouragé par une directive européenne qui fixe à 20 % à l’échéance 2020 la part des énergies renouvelables pour la consommation totale des pays composant l’Union européenne, produire de l’énergie à partir du biogaz peut également être analysé comme un pari sur l’avenir. Directement liée à la hausse de la population mondiale, la demande pour les énergies fossiles, pétrole et gaz naturel en tête, va inéluctablement se renforcer. Face à une offre non extensible, leurs tarifs vont continuer de grimper, renforçant l’intérêt pour l’ensemble des énergies renouvelables.

La production de biogaz est donc au carrefour d’enjeux à la fois économiques et environnementaux : production d’énergie, traitement des déchets. Fumiers et lisiers continueront à consti- tuer la base de la « ration » des méthaniseurs. Comme ils gagnent à être associés à d’autres bio déchets (résidus de cultures, tonte de pelouse, déchets agro-alimentaires, sous-produits d’abattoirs...), l’un des enjeux à venir du biogaz sera la disponibilité de ces sous-produits. Or tout laisse à penser que dans quelques années ces déchets risquent bien de n’en porter plus que le nom.

Dossier


p.18 Le biogaz : comment ça marche ? Produire de l’énergie et un engrais organique

p.20 « Les premiers investisseurs sont souvent des militants » Marie Pouilhe, chef de projet à Agréole Développement

p.22 Un projet rentable, c’est de la compétence et du temps Le choix des substrats à méthaniser et la valorisation de la chaleur

p.26 Lanaud, chauffé au fumier : la technique de l’infiniment mélangé

p.28 Voie sèche pour le fumier de 350 jeunes bovins : chez Magali et William Rousset, en Lozère

p.30 Arko-metha, un procédé prometteur mais à valider : séparer les phases de méthanisation

p.32 Un projet collectif dans le nord Aveyron : Une trentaine d’éleveurs se sont regroupés pour méthaniser
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

 © Agricentre
Le teff grass, une nouvelle fourragère estivale
Eragrostis tef ou teff grass, graminée cultivée comme céréale secondaire en Afrique, arrive en France comme fourragère. Sa…
Le bâtiment est en bois avec une ventilation naturelle, une bonne ambiance à l’intérieur et des écarts de température diurne-nocturne atténués par la toiture en panneaux « sandwich » de 4 centimètres d’épaisseur. © F. d'Alteroche
Une stabulation sur caillebotis double usage pour les vaches allaitantes
Dans le Cantal, la nécessité d’accroître les capacités de stockage en lisier d’un bâtiment entravé a incité les associés du Gaec…
Les vaches ont très vite adopté les logettes et les cornadis suédois leur ont permis de sauver leurs cornes, sans dommages jusqu’à présent. © F. d'Alteroche
Des caillebotis pour les vaches, pour ne pas remettre en cause l’autonomie
Le Gaec d’Éole utilise à peine 12 tonnes de paille-hiver pour les seules cases à veaux et cases de vêlage d’une stabulation « …
 © M-H André
L’Argentine, cette usine à bœufs qui tourne au ralenti
Dans bon nombre d’élevages naisseurs argentins, le potentiel de production est loin d’être utilisé à 100 % de ses capacités. Une…
De la Stabiliser à la Redyblack, vers une nouvelle race bovins viande en France
Portée par l’association Bovinext, la RedyBlack est la première race bovine depuis des décennies à obtenir son agrément OS en…
Les poteaux métalliques ont permis de limiter l’emprise au sol et la charpente et les parois en bois contribuent à une bonne ambiance avec des devis comparatifs métal/bois qui étaient similaires. © F. d'Alteroche
Bâtiment sur caillebotis : associer l’économie en paille à son confort
Construite sur les pentes du Massif du Sancy, la stabulation du Gaec de Surain associe litière paillée et fosse sous caillebotis…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande