Aller au contenu principal
Font Size

Dossier
Eleveur méthaniseur, un nouveau métier

En France, les unités de méthanisation actuellement installées chez des producteurs de viande bovine se comptent sur les doigts d’une main. Ce n’est qu’un début. Différents projets sont en cours.

© D. poilvet
Produire du biogaz est un nouveau métier. Il éloigne de l’agriculture et élargit le champ d’activité des agriculteurs. Ils deviennent producteurs d’énergie et non plus seulement producteurs de denrées alimentaires. Mais contrairement au photovoltaïque, produire du biogaz n’est pas de tout repos. Cela se traduit par un surcroît de travail dont bien des éleveurs n’ont pas vraiment besoin.

Des enjeux à la fois économiques et environnementaux


Le choix de devenir éleveur méthaniseur correspond à une stratégie de diver- sification des revenus. À côté d’une meil- leure valorisation des fumiers et lisiers, il s’agit de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier. Surtout à la veille de profonds remaniements dans le mode d’attribution des aides compensatoires. Encouragé par une directive européenne qui fixe à 20 % à l’échéance 2020 la part des énergies renouvelables pour la consommation totale des pays composant l’Union européenne, produire de l’énergie à partir du biogaz peut également être analysé comme un pari sur l’avenir. Directement liée à la hausse de la population mondiale, la demande pour les énergies fossiles, pétrole et gaz naturel en tête, va inéluctablement se renforcer. Face à une offre non extensible, leurs tarifs vont continuer de grimper, renforçant l’intérêt pour l’ensemble des énergies renouvelables.

La production de biogaz est donc au carrefour d’enjeux à la fois économiques et environnementaux : production d’énergie, traitement des déchets. Fumiers et lisiers continueront à consti- tuer la base de la « ration » des méthaniseurs. Comme ils gagnent à être associés à d’autres bio déchets (résidus de cultures, tonte de pelouse, déchets agro-alimentaires, sous-produits d’abattoirs...), l’un des enjeux à venir du biogaz sera la disponibilité de ces sous-produits. Or tout laisse à penser que dans quelques années ces déchets risquent bien de n’en porter plus que le nom.

Dossier


p.18 Le biogaz : comment ça marche ? Produire de l’énergie et un engrais organique

p.20 « Les premiers investisseurs sont souvent des militants » Marie Pouilhe, chef de projet à Agréole Développement

p.22 Un projet rentable, c’est de la compétence et du temps Le choix des substrats à méthaniser et la valorisation de la chaleur

p.26 Lanaud, chauffé au fumier : la technique de l’infiniment mélangé

p.28 Voie sèche pour le fumier de 350 jeunes bovins : chez Magali et William Rousset, en Lozère

p.30 Arko-metha, un procédé prometteur mais à valider : séparer les phases de méthanisation

p.32 Un projet collectif dans le nord Aveyron : Une trentaine d’éleveurs se sont regroupés pour méthaniser
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Bâchage des silos : des pistes pour dégager les pneus
Machinisme
La bonne conservation du tas d’ensilage passe par la pose d’une couverture parfaitement hermétique. Si la qualité des bâches est…
L’intérêt de l’épeautre en alimentation du troupeau allaitant tient à la présence des glumes.
L'épeautre, une céréale qui n'apporte pas que de l'énergie
Par la présence des enveloppes du grain riches en cellulose, l’épeautre est utile en engraissement pour sécuriser la ration. Il…
carte Arvalis estimation date de début de récolte du maïs ensilage
Les ensilages de maïs pourraient débuter plus tôt que prévu
Arvalis a publié une carte des dates de début possible des chantiers d'ensilage de maïs. Ce sera autour du 20 août en Rhône-Alpes…
David Durand, éleveur au GAEC des Gariottes (à gauche) et Christophe Seringe, technicien d’élevage à la SCA Le pré vert (à droite), un tandem de choc pour développer le veau rosé bio. © E. Durand
Le veau rosé bio comme alternative au broutard
Le veau rosé bio s’est développé depuis une dizaine d’années dans le Sud-Ouest. Pour le Gaec des Gariottes en Corrèze, cette…
Le kéfir est distribué à la naissance puis une fois par jour pendant les deux jours suivants. © L. Lamarre
Le kéfir pour hygiéniser le tube digestif des veaux
Le kéfir est une boisson fermentée fabriquée à partir de lait ou de sucre. Son usage se développe beaucoup en élevage bovin ces…
Le marché des reproducteurs bovins allaitants à l’heure du coronavirus
Sur le marché intérieur, le commerce des bovins reproducteurs allaitants est pénalisé par la décapitalisation, la mauvaise…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande