Aller au contenu principal

Réglementation
« Egalim 2 est un choc culturel » selon Bruno Dufayet, président de la FNB

Dans les allées du Sommet de l’élevage, le président de la fédération nationale bovine est revenu sur la loi Egalim 2 qui va imposer la contractualisation dans la filière bovine.

Pour Bruno Dufayet, président de la fédération nationale bovine, Egalim 2 est « un choc culturel ». Un passage obligé selon lui « si on veut continuer à avoir de la viande bovine dans nos assiettes », a-t-il confié la semaine dernière dans les allées du Sommet de l’élevage. Annoncée par Julien Denormandie lors de sa venue au salon, la contractualisation obligatoire dans la filière se déclinera selon le calendrier suivant : des contrats obligatoires au 1er janvier 2022 sur les jeunes bovins, les génisses et les vaches sous signe de qualité, puis les broutards à compter du 1er juillet 2022, enfin ce sera au tour des vaches de réforme aussi bien en lait qu’en viande d’être contractualisées fin 2022 .

« On va faire de la pédagogie sur ces contrats », explique le président de la FNB. Ces contrats devront inclure les coûts de production. « On connait aujourd’hui les références. Sur la vache charolaise le coût de production est de 5,10 euros du kilo, sur les jeunes bovins on frôle les 5 euros, en broutard on est à 3,26 », affirme Bruno Dufayet. « L’éleveur doit se battre pour avoir ce prix-là au premier contrat (avec un marchand aux bestiaux, un privé ou la coopérative). Aujourd’hui il nous manque environ 1 euro du kilo. On a un revenu annuel de 8000 euros et on perd 2000 éleveurs par an », déclare-t-il.

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

« L’Europe est en quasi-pénurie de viande bovine »
Depuis 2021, la faiblesse de la production des grands pays exportateurs mondiaux fait face à la vigueur de la demande. Le point…
bovins feedlots Etats-Unis
Des milliers de bovins meurent de stress thermique dans des feedlots aux Etats-Unis
Suite à une vague de chaleur associée à de l’humidité et à l’absence de vent des milliers de bovins sont morts cette semaine dans…
Le plafond de 120 UGB primables par travailleur avec transparence, couplé à un écrêtement au-delà de 1,4 UGB de plus de seize mois par hectare SFP -— la SFP étant calculée ici de la même façon que pour l’ICHN, vont concerner beaucoup d'élevages.
Première approche de la nouvelle PAC sur des cas-types bovins viande
La réforme du premier pilier de la PAC flèche les systèmes allaitants vers l’engraissement. Dans bien des cas, les élevages…
[Ventes de Lanaud] Le top price à 26 100 euros pour un reproducteur limousin
Fin de saison sur un record, pour les bovins reproducteurs de race Limousine issus de la station de qualification de Lanaud. La…
Feder annonce la mise en place de contrats jeunes bovins et expérimente l’agriphotovoltaïsme
Issu de la fusion de plusieurs coopératives, le groupe Feder fête ses 10 ans et s’impose comme un des principaux acteurs français…
Le croisement avec une race précoce comme l’Angus permet d’obtenir des carcasses plus légères avec un bon état d’engraissement, tout en réduisant la durée d’engraissement et donc les charges. (prendre photo RBV 264 nov 2018 p 34)
Engraisser des bovins plus précoces avec des fourrages grossiers
En jouant sur le type génétique (croisement Angus x Salers) et en optimisant la valeur alimentaire des fourrages, il est possible…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande