Aller au contenu principal
Font Size

Edition très auvergnate pour le 141° concours Salers

Pour sa 141e édition, le concours National Salers était de retour sur l’habituel foirail de Mauriac, avec une nette suprématie des élevages cantaliens parmi les lauréats.

Après une escapade dans la châtaigneraie Cantalienne en 2012, puis l’édition 2013 couplée au Sommet de l’élevage, le National Salers était cette année de retour à l’habituel port d’attache du parc des Rédines à Mauriac, dans le Cantal. Le 141e concours s'est déroulé du 10 au 12 octobre 2014.

 

400 animaux en lice

 

La mise en place l’an dernier des infrastructures nécessaires au fonctionnement du nouveau marché au cadran a fait évoluer le mode d’hébergement des quelque 400 animaux en lice. Lesquels provenaient de 80 élevages. Les éleveurs cantaliens, de loin les plus nombreux, ont raflé l’essentiel des distinctions. Le Space, où la Salers avait été la race allaitante mise à l’honneur cette année, puis le festival génétique de Sedan dans les Ardennes, avaient quelques semaines plus tôt respectivement attiré pour l’un les éleveurs du grand quart Nord Ouest et pour l’autre ceux du grand quart Nord Est.

 

Côté chiffres, le nombre de reproductrices Salers est en hausse depuis deux ans. Il s’affiche à 205 000 vaches de plus de 36 mois en début d’année. Une évolution contrastée. Les effectifs progressent hors berceau avec des animaux dont la facilité de conduite est à même de séduire les détenteurs de grands troupeau. « Cette progression est  particulièrement le fait de départements du Centre et du grand Est de la France, » expliquait Bruno Faure, directeur de l’Organisme de Sélection. Mention spéciale aussi à la Normandie : « Nous venons de passer le cap des 7000 vaches dans l’Orne. Ce département est désormais le troisième département français en terme d’effectifs. » La progression est moins évidente dans les trois départements du berceau.

Le trop fort taux de croisement est toujours motif d’inquiétude. Il est passé de 62% l’an dernier à 60% cette année sur l’ensemble de la population. Un pourcentage encore bien trop élevé estime Bruno Faure pour qui il gagnerait à ne pas excéder 50%. Au sein du schéma de sélection, l’utilisation d’un Charolais à fort développement musculaire est considérée comme un atout évident pour valoriser au mieux les moins bonnes reproductries qui ne présentent guère d’intérêt pour une conduites en race pure. Mais point trop n’en faut. Plus de 50% de vaches salers conduites en croisement limite mathématiquement le nombre de génisses disponibles avec de ce fait une pression de sélection insuffisante. L’utilisation de paillettes sexées femelles est analysée comme un atout pour réduire un tant soit peu cette part du croisement.

Trois taureaux : Baron, Acajou et Variégeois sont disponibles au catalogue de l’Union Auvergne Limousin Charente –seule Entreprise de Sélection adhérente à l’Organisme de Sélection Salers- pour la campagne d’IA qui démarre.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Les systèmes les plus rémunérateurs ont joué systématiquement sur une part suffisante de céréales autoconsommées (>50 % des concentrés consommés de l’atelier), sur une bonne gestion du poste mécanisation, une productivité des UGB correcte et une productivité de la main-d’œuvre satisfaisante. © C. Delisle
Systèmes d'élevage bovins viande, quelle rentabilité ?
Un traitement statistique des coûts de production, collectés sur trois ans dans les Pays de la Loire et en Deux-Sèvres, a permis…
jeunes bovins ration pommes de terre
Des pommes de terre à saisir pour nourrir le troupeau allaitant
Des disponibilités importantes de tubercules se présentent cette année pour l'alimentation animale. Daniel Platel de la chambre d…
Cinq alternatives à la paille pour la litière des bovins viande
Les disponibilités en paille s'annoncent moins importantes et plus précoces pour la campagne 2020. Différentes possibilités…
Vignette
Un bâtiment d’engraissement « caniculo-compatible »
Pour conforter une installation, le Gaec Civade dans le Cher a investi dans un bâtiment d’engraissement. Entièrement réalisé en…
« Les vaches boivent beaucoup plus naturellement dans les bacs collectifs de la nouvelle stabulation », observe l’éleveur. © R. Corneloup
Rémy Corneloup : "des abreuvoirs collectifs et un compteur d'eau"
Rémy Corneloup, éleveur à Curbigny en Saône-et-Loire, a opté pour un système d’abreuvement collectif, afin d’offrir une eau en…
Le concours national Charolais adultes reporté, le concours des veaux aménagé
Le conseil d’administration du Herd Book Charolais réuni le 25 juin a décidé de reporter le concours national des adultes à une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande