Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Industrie des viandes
Du politiquement régulé à l´économie de marché


« Par sa dimension mondiale et spéculative, la flambée des prix des matières premières agricoles traduit un changement d´époque radical. Notre agriculture est en train de sortir d´un système politiquement régulé pour entrer de plain- pied dans l´économie de marché avec un risque de grande volatilité des prix », expliquait à l´occasion de la dernière assemblée générale du Syndicat national de l´industrie des viandes fin septembre 2007 à Paris, son président Jean-Paul Bigard. Pour les industriels de la viande, l´actuelle Politique agricole commune a du plomb dans l´aile. Et ce ne sont pas les propos du Président de la république lors du dernier Space qui incitent à penser le contraire. Ce dernier avait alors appelé de ses voeux une nouvelle PAC permettant « à nos agriculteurs de vivre du prix de leurs produits. »
Du côté du Sniv on s´attend donc à des évolutions rapides de la PAC. Ce qui dans le contexte actuel de flambée des prix des matières premières agricoles particulièrement défavorable aux éleveurs suscite quelques inquiétudes.
Les adhérents du SNIV ont écoulé l´an dernier 310 000 t de carcasses, 279 200 t de viandes désossées et 349 100 t de produits élaborés. ©DR

Distorsions de concurrence
« Nos engraisseurs de bovins voient l´aliment du bétail se renchérir et le prix de la paille exploser. Ils pourraient être rapidement découragés et se tourner vers les productions végétales ! Qui engraissera alors nos veaux, génisses et jeunes bovins ? Voulons-nous qu´ils soient vendus à nos concurrents pour qu´ils les engraissent, les abattent et les découpent avec de la main-d´oeuvre à moindre coût pour revenir ensuite dans les linéaires français ? La menace est réelle », affirme Jean-Paul Bigard qui n´a pas manqué de dénoncer les distorsions de concurrence qui existent entre les différents pays européens pour le prix de la main-d´oeuvre mais aussi pour le financement de l´équarrissage.
La seule petite note positive dans ce discours est venue d´un avis rendu mi-juillet par l´Agence française de sécurité sanitaire des aliments, sur l´évolution de l´ESB dans notre pays. L´Afssa « n´hésite plus à préconiser pour les bovins nés après le premier juillet 2001, un allègement significatif des mesures. » Reste à modifier les textes législatifs en conséquence pour faire évoluer la réglementation sur la valorisation des sous-produits d´abattage et tout particulièrement les suifs des bovins. « Il faut savoir sortir d´une crise », a souligné Jean-Paul Bigard.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

chargement de bovins en ferme
[Covid-19] Les abatteurs se démènent pour remplir leur mission

Après une première semaine folle, au cours de laquelle la demande en viande a explosé, les entreprises du commerce et de l'…

[Covid-19] La « renationalisation » des achats de viande bovine doit aussi profiter aux éleveurs
Alors que suite à l’arrivée du coronavirus les enseignes de la grande distribution ont vu leurs ventes gonfler suite au…
Cette étude confirme que le rapport entre le poids de l’animal à la sortie de la ferme et la viande nette réellement utilisable (250 kg), varie selon de nombreux critères amont (race, catégorie de l’animal, état d’engraissement…). © C. Delisle
De l’animal au steak, des rendements passés à la loupe
L’Institut de l’élevage et Interbev ont mis à jour les rendements d’abattage et de découpe des principales races bovines abattues…
[Covid-19] Le marché de la viande bovine bouleversé
Les restrictions prises par les différents Etats membres pour contenir la pandémie de Covid-19 auront inévitablement des effets…
France Conseil Elevage demande le report de toute intervention en élevage
Les entreprises de conseil en élevage demandent le report des interventions de leur techniciens dans les exploitations, se…
Vaches du lot "moins de 8 ans avec une NEC supérieure à 2 à la mise en finition". Ici, 75 jours après le début de la période expérimentale, soit un mois avant abattage.  © OIER des Bordes
Un essai à la ferme des Bordes croise l’effet de l’âge et de la note d’état sur l’engraissement de Charolaises
Avec de jeunes vaches, les croissances en finition sont assurées. Une vache âgée peut être très performante en finition ou pas du…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande