Aller au contenu principal

Elevage des génisses
Deux à trois ans pour faire une bonne vache

Il existe une très grande diversité de pratiques pour l’élevage des génisses en fonction de la race, de l’âge au premier vêlage, du potentiel fourrager... La phase d’élevage des génisses recèle bien souvent une marge de progrès accessible.

Un point clé : éviter les croissances à contretemps avec une valorisation nulle du pâturage et une ration hivernale à coût élevé.
Un point clé : éviter les croissances à contretemps avec une valorisation nulle du pâturage et une ration hivernale à coût élevé.
© S. Leitenberger

Un premier vêlage à la date choisie, qui se passe bien, une génisse qui ensuite a du lait, et c’est une carrière de reproductrice qui démarre sous de bons hospices. « Les génisses représentent l’avenir du troupeau. Il ne faut pas les négliger »,argumente Jean-Paul Coutard de la chambre d’agriculture du Maine-et-Loire. Un important travail de modélisation des données de la base de sélection des Pays de la Loire a été mené. Il a permis de mettre en évidence des sources intéressantes de progrès technique et de proposer un guide des recommandations pour l’élevage des génisses pour les races Charolaise, Limousine, Blonde d’Aquitaine et Rouge des Prés(1). Le coût d’élevage d’une génisse allaitante est en effet élevé. Il a été chiffré sur un cas-type par les réseaux d’élevage de Bretagne(2) à 990 euros en 2009 pour un premier vêlage à 3 ans, se composant d’un tiers de charges opérationnelles et de deux tiers de charges de structure.


LE CHOIX DE L’ÂGE AU PREMIER VÊLAGE MÉRITE RÉFLEXION


Pour une croissance économique, il est essentiel de tirer le meilleur parti des phases de pâturage. Dans le cas d’un premier vêlage à 30 mois ou à 3 ans, il est possible de faire jouer la croissance compensatrice. La reconstitution de la croissance des génisses s’opère alors sur les mois d’avril, mai et juin. L’idéal est sur la suite de la saison de pâturage de maintenir au moins une petite croissance. Mais lorsque les génisses utilisent des parcelles médiocres, il ne faut pas surestimer les objectifs de croissance. La gestion du parasitisme chez les génisses est à raisonner selon le contexte de l’exploitation. Le rationnement hivernal doit d’autre part être particulièrement soigné. De faibles écarts du niveau d’apport énergétique peuvent induire de fortes variations de la croissance. Elles sont aussi plus sensibles que les adultes à un déficit de PDIN par rapport aux PDIE. Le choix de l’âge au premier vêlage joue sur de nombreux leviers du fonctionnement du système d’élevage et mérite une réflexion globale. Seul le contexte local et les risques acceptés permettent à l’éleveur de bien choisir son itinéraire de production. Ensuite, le seul moyen de réaliser un suivi régulier des génisses est de les peser, au moins deux fois par an, pour vérifier leur évolution et ajuster leur conduite.


(l) à commander auprès de la chambre régionale d’agriculture des Pays de Loire ou téléchargeable sur http://www.agrilianet.com/publications/ publications.htm


(2) Chambres d’agriculture de Bretagne Institut de l’Elevage

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

 © Agricentre
Le teff grass, une nouvelle fourragère estivale
Eragrostis tef ou teff grass, graminée cultivée comme céréale secondaire en Afrique, arrive en France comme fourragère. Sa…
Le bâtiment est en bois avec une ventilation naturelle, une bonne ambiance à l’intérieur et des écarts de température diurne-nocturne atténués par la toiture en panneaux « sandwich » de 4 centimètres d’épaisseur. © F. d'Alteroche
Une stabulation sur caillebotis double usage pour les vaches allaitantes
Dans le Cantal, la nécessité d’accroître les capacités de stockage en lisier d’un bâtiment entravé a incité les associés du Gaec…
Les vaches ont très vite adopté les logettes et les cornadis suédois leur ont permis de sauver leurs cornes, sans dommages jusqu’à présent. © F. d'Alteroche
Des caillebotis pour les vaches, pour ne pas remettre en cause l’autonomie
Le Gaec d’Éole utilise à peine 12 tonnes de paille-hiver pour les seules cases à veaux et cases de vêlage d’une stabulation « …
 © M-H André
L’Argentine, cette usine à bœufs qui tourne au ralenti
Dans bon nombre d’élevages naisseurs argentins, le potentiel de production est loin d’être utilisé à 100 % de ses capacités. Une…
De la Stabiliser à la Redyblack, vers une nouvelle race bovins viande en France
Portée par l’association Bovinext, la RedyBlack est la première race bovine depuis des décennies à obtenir son agrément OS en…
Les poteaux métalliques ont permis de limiter l’emprise au sol et la charpente et les parois en bois contribuent à une bonne ambiance avec des devis comparatifs métal/bois qui étaient similaires. © F. d'Alteroche
Bâtiment sur caillebotis : associer l’économie en paille à son confort
Construite sur les pentes du Massif du Sancy, la stabulation du Gaec de Surain associe litière paillée et fosse sous caillebotis…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande