Aller au contenu principal

Deux taureaux entrent au catalogue en race Rouge des Prés

Pour cette campagne 2020-2021, Myosotis et Marquis entrent au catalogue, Pastel et Papillon entrent en testage. Et un programme d'accouplements dirigés visant à faire naître environ 200 veaux est engagé.

« Les premiers index publiés en septembre 2020 de Myosotis et Marquis répondant à nos attentes, ces deux taureaux entrent au catalogue » explique David Fouillet, technicien de l’OS Rouge des Prés.

Myosotis est le fils d’un taureau de monte naturelle sur une fille de Sultan. Son IFNAIS est de 114 et il intègre la gamme « supernaissance » (adapté pour un vêlage à deux ans). « Myosotis est non porteur du gène culard, et sa production est de type  « mixte élevage », avec beaucoup de finesse d’os. Il est pourvu de qualités maternelles par ascedance » présente David Fouillet.

Marquis (Coucou/Spaghetti) est lui aussi non porteur du gène culard. « Ce non porteur apporte beaucoup de croissance et de mixité, avec des volumes et de la viande. » Ses fils se distinguent aussi en station de contrôle individuel par leur efficacité alimentaire. L’IFNAIS de Marquis est de 97, et il est conseillé de l’utiliser à partir du deuxième vêlage. 

Deux taureaux entrent cet automne en testage : Pastel et Papillon. « Pastel est un taureau non porteur du gène culard de type viande, avec de la finesse d’os et un très bon tempérament. Il a réalisé de très bonnes performances en station, et présente une souche originale, facile à employer. » Pastel est disponible en semence conventionnelle et en semence sexée mâle.

 

 

 

Papillon est porteur homozygote du gène culard, et a terminé premier de sa série au printemps 2020 à la station de contrôle individuel de Chenillé-Changé. « Typé viande et très fin d’os et de cuir, il se distingue par sa croissance » fait valoir David Fouillet. « Il présente aussi beaucoup d’efficacité alimentaire et il a un tempérament vraiment très calme. Papillon a aussi une très bonne rectitude du dessus. » Il est disponible en semence conventionnelle, en semence sexée femelle et en semence sexée mâle.

 

 

 

Odéon (non porteur du gène culard) et Ourasi (porteur hétérozygote du gène culard) ont été recrutés en avril 2019 pour le testage. "Leurs premiers produits nés cet automne semblent déjà prometteurs. la sortie de leur index est attendue courant 2021."

 

Un programme d’accouplements dirigés en race Rouge des Prés

« Pour davantage piloter nos recrutements de taureaux d’IA, un programme d’accouplements dirigés à grande échelle est lancé » explique par ailleurs David Fouillet. Cela n'avait pas été mené avec cette organisation en Rouge des Prés depuis le début des années 2000. La demande des éleveurs a été sondée, puis traduite en deux segments pour ce programme. Le premier porte sur les facilités de naissance et la viande, et le second sur les qualités maternelles (avec des attentes particulières sur la production laitière et l’aptitude au vêlage).

Cinq pères à taureaux ont été sélectionnés, et plus de 700 femelles inscrites au livre généalogique ont été triées. « Pour choisir les femelles, un premier tri a été fait sur les index, les visites en élevage permettent de trancher en fonction d’autres critères comme l’Ivv, le tempérament, les aplombs, les qualités de race… » L’objectif est de faire naître dans ce programme environ 200 veaux, et d'approvisionner la station à hauteur de 20 % avec des produits issus de ces accouplements, et cela dès avril 2022. Ils seront alors confrontés aux autres individus recrutés par la voie classique (environ 75 mâles évalués par an).

 

Retrouvez plus de vidéos sur la chaine youtube Rouge des prés Officiel

Lire aussi : Un nouveau taureau Rouge des Prés chez Gènes Diffusion

La Rouge des Prés veut resserrer le lien entre éleveurs et OS

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Maïs « coupe haute » : un fourrage plus concentré à bien rationner
Alors que les ensilages de maïs sont prometteurs cette année, Arvalis fait le point sur la technique de récolte de l'ensilage de…
Bruno Dufayet, président de la Fédération Nationale Bovine
Bruno Dufayet, Fédération nationale bovine : « Des signaux de marché au vert, les prix doivent sortir du rouge »
A quelques jours du Sommet de l’Elevage, le président de la Fédération nationale bovine estime que toutes les planètes sont…
Profiter d’une conjoncture plus favorable à la viande bovine pour bâtir un vrai projet de filière
Face à des volumes de production qui s’étiolent et à une pyramide des âges des éleveurs devenue préoccupante, les participants au…
Plusieurs paramètres entrent en jeu pour analyser la différence de rentabilité des systèmes, à commencer par le coût de production.
Les systèmes d’avenir existent déjà en élevages bovins viande !
Après avoir mis en avant les facteurs de variabilité de la rentabilité des exploitations bovins viande des Pays de la Loire et…
Génisses ayant vêlées à deux ans - archives. La stratégie « vêlages à deux ans » stricte ne concerne que 1,3 % des troupeaux allaitants.
Vêlage à deux ans : une piste d’intérêt en bovins viande
En France, le vêlage à deux ans est très peu pratiqué en élevage allaitant. Pourtant, il permet d’améliorer l’efficience des…
David Lachassagne a apprécié la rusticité et le rendement en grain et paille de l'orge hybride.
« J’ai choisi de ne récolter l’orge hybride qu’en grain et paille »
David Lachassagne, éleveur de charolais à Givarlais dans l’Allier, a testé cette année l’orge hybride sur trois hectares. Vu son…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande