Aller au contenu principal
Font Size

Des vaches « P » guère appréciées

« La première demande du consommateur porte sur la tendreté du produit, " observe Gérard Cladière, directeur des achats produits carnés pour le groupe Carrefour.
« La première demande du consommateur porte sur la tendreté du produit, " observe Gérard Cladière, directeur des achats produits carnés pour le groupe Carrefour.
© F. d'Alteroche / archives

On n'attire pas les mouches avec du vinaigre et on n'incite pas un consommateur à réitérer ses achats de viande bovine s'il se casse régulièrement les dents sur les steaks qu'il met dans son assiette. Toutes les enquêtes le démontrent, « la première demande du consommateur porte sur la tendreté du produit. Les aspects flaveur et jutôsité viennent après », expliquait Gérard Cladière, directeur des achats produits carnés pour le groupe Carrefour, lors d'un atelier sur la segmentation des viandes dans les rayons en libre-service de la grande distribution organisé dans le cadre du dernier congrès de la Fédération nationale bovine. « Chez Carrefour, nous avons opté pour une durée minimale de maturation : au moins 12 jours pour toutes les viandes proposées en filière qualité. » Un délai qui ne concerne pas la gamme premier prix et les promotions. Un temps de maturation suffisant est une donnée clé pour arriver à un niveau de tendreté satisfaisant. Ce n'est pas le seul. Le niveau de finition a également toute son importance.

Imposer un niveau qualitatif minimum

Loin de remettre en cause la qualité des vaches laitières finies et abattues dans le cadre des filières qualité en race Normande et Montbéliarde telles qu'elles sont commercialisées dans certains magasins de l'enseigne Carrefour, Gérard Cladière a en revanche annoncé qu'il avait décidé d'exclure de ses linéaires les muscles tranchés issus de vaches « P », insuffisamment finies. « 90 % des viandes que nous vendons en promotion c'est de la vache laitière. Il faut que l'on s'impose un niveau qualitatif minimum sur ces produits. » Et de critiquer vertement certaines réformes laitières qui, sans même parler d'un ou deux mois de finition après tarissement, passent du jour au lendemain directement du quai de traite à l'abattoir. Remarque également valable pour certaines allaitantes âgées et usées, elles aussi abattues sans finition préalable.

Autant d'animaux dont le niveau qualitatif insuffisant incite malheureusement le consommateur à privilégier la viande d'autres espèces après une mauvaise expérience avec des steaks de piètre qualité. « Les muscles de ces animaux gagneraient à ne plus être considérés comme de la viande de boucherie destinée à être vendue comme muscles tranchés », confirmait Henri Gabriel secrétaire général de la Fédération nationale de l'industrie et des commerces en gros de la viande, lui aussi participant à cette rencontre. Et de souligner que pour ce type d'animaux, l'intégralité des muscles de la carcasse gagneraient à être orientés sur le seul créneau de la fabrication afin de ne pas prendre le risque de décevoir les consommateurs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

L’intérêt de l’épeautre en alimentation du troupeau allaitant tient à la présence des glumes.
L'épeautre, une céréale qui n'apporte pas que de l'énergie
Par la présence des enveloppes du grain riches en cellulose, l’épeautre est utile en engraissement pour sécuriser la ration. Il…
carte Arvalis estimation date de début de récolte du maïs ensilage
Les ensilages de maïs pourraient débuter plus tôt que prévu
Arvalis a publié une carte des dates de début possible des chantiers d'ensilage de maïs. Ce sera autour du 20 août en Rhône-Alpes…
broutards charolais au pré
L'offre en broutards restera limitée dans les prochains mois

Au 1er juin 2020, on dénombrait 511 000 mâles de race allaitante âgés de 6 à 12 mois dans la BDNI : un effectif en recul de 3…

David Durand, éleveur au GAEC des Gariottes (à gauche) et Christophe Seringe, technicien d’élevage à la SCA Le pré vert (à droite), un tandem de choc pour développer le veau rosé bio. © E. Durand
Le veau rosé bio comme alternative au broutard
Le veau rosé bio s’est développé depuis une dizaine d’années dans le Sud-Ouest. Pour le Gaec des Gariottes en Corrèze, cette…
Le marché des reproducteurs bovins allaitants à l’heure du coronavirus
Sur le marché intérieur, le commerce des bovins reproducteurs allaitants est pénalisé par la décapitalisation, la mauvaise…
Vignette
L’aliment liquide apporte énergie fermentescible et azote soluble
Formulé à partir de coproduits locaux, l’aliment liquide est un moyen simple de complémenter des animaux. Il peut se distribuer…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande