Aller au contenu principal

Des repères sur les coûts de fonctionnement des bâtiments

Pour raisonner l'investis- sement dans un bâtiment pour vaches allaitantes, il ne faut plus étudier les coûts d'investissement seuls, mais intégrer à la réflexion les coûts de fonctionnement du système. Des références sont proposées par les chambres d'agriculture des Pays de la Loire.

Dix types de bâtiments pour vaches allaitantes ont été comparés.
Dix types de bâtiments pour vaches allaitantes ont été comparés.
© F. d'Alteroche / archives

Une étude réalisée par les conseillers bâtiments du groupe régional des chambres d'agriculture des Pays de la Loire(1) montre l'importance du coût de fonctionnement du bâtiment dans l'analyse du coût total d'un bâtiment pour vaches allaitantes. « Les coûts de fonctionnement peuvent représenter jusqu'à 40 % des coûts annuels liés aux bâtiments. Leur prise en compte inverse parfois les comparaisons des simples coûts d'investissement. » Par exemple, les bâtiments de type raclage lisier, peu répandus parce que chers en investissement, se démarquent nettement avec un coût total annuel parmi les moins chers de l'étude. Et les systèmes paillés ont les coûts de fonctionnement les plus élevés, la part du poste « achat de paille » expliquant en grande partie cette position.

Dix types de bâtiments pour vaches allaitantes ont été comparés. Les coûts de fonctionnement intègrent le paillage mécanique ou manuel, le raclage, l'épandage des déjections, le malaxage du lisier, l'éclairage, le coût lié à la quantité de paille nécessaire et le temps que consacre l'éleveur à ces tâches. « Le coût lié à l'alimentation n'a pas été pris en compte dans cette étude, car il n'est pas discriminant. »

Les systèmes mixtes, solutions les plus économes


Les systèmes mixtes (couchage paillé accumulé et raclage lisier), y compris non couverts, sont les solutions les plus économes en investissement et en fonctionnement, d'après l'étude. « Ces systèmes sont bien adaptés à la production allaitante. En effet, ils permettent une valorisation du lisier sur prairies, assurent la propreté des animaux quel que soit le type d'alimentation, respectent les aplombs et le bien-être des animaux, et permettent d'envisager une mécanisation du raclage. »

 

(1) en collaboration avec le GIE Elevage des Pays de la Loire, des Cuma de l'Ouest et l'Institut de l'élevage en 2011.

Les plus lus

Charlie Peltier est installé depuis trois ans. Son système fourrager est basé sur un ensilage de méteil pour le volume et les prairies multiespèces pour la qualité.
En viande bovine, une installation bien pensée et bien vécue

Installé depuis trois ans en Loire-Atlantique, Charlie Peltier a choisi de conduire un système naisseur économe et autonome en…

génisses rouges des prés
Pac : le montant de l’aide aux bovins allaitants de plus de 16 mois fixé à 106 euros par UGB

À compter de la campagne 2023, les deux aides distinctes pour les bovins allaitants (ABA) et laitiers (ABL) sont remplacées…

Dans un contexte de forte augmentation des charges de fonctionnement des entreprises et des contraintes administratives, la Fédération française des commerçants en bestiaux (FFCB) apporte son soutien total aux éleveurs mobilisés.
Colère des agriculteurs : les négociants en bestiaux menacent de manifester à leur tour

À l’heure où la mobilisation des agriculteurs s’amplifie partout en France, la Fédération française des commerçants en…

vaches de race aubrac
MHE : les critères d’éligibilité pour bénéficier de l’aide d’urgence sont précisés par décret

Dans un décret paru au Journal officiel ce 4 février 2024, le ministère de l’Agriculture détaille le plan d’aide…

En attendant de trouver un candidat à l'installation, Jean-Claude Flacelière s'est tenu à « maintenir une qualité de cheptel et une rigueur de conduite jusqu’à sa ...
Renouvellement des générations : « J’ai fait en sorte de garder une structure à taille humaine et fonctionnelle »

Après 41 ans d’activité, Jean-Claude Flacelière, à la tête d’un troupeau de charolaises à Liernolles dans l’Allier, s’apprête…

bâtiment engraissement jeunes bovins
Colère des agriculteurs : « Nous croulons sous les contraintes et les soutiens manquent à l'appel »

Maxime Latrace, éleveur de bovins viande dans la Nièvre en Gaec avec son frère Antoine, n'a pas l'habitude de participer à des…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande