Aller au contenu principal
Font Size

Au Chêne du Loup dans l'Allier
Des racks de congélation transformés en caisses à bois

Éleveurs de Charolaises, Patrick et Marielle Gaille se chauffent avec du bois. Pour le transport, le stockage et le séchage de leur combustible, ils emploient des racks de congélation qui limitent les manipulations de leurs bûches.

« Voilà quelques années, lors d’une livraison d’animaux à un abattoir, j’ai découvert des racks de congélation, encore en bon état, qui étaient à vendre, se souvient Patrick Gaille, éleveur, avec son épouse Marielle, d’une centaine de Charolaises. J’ai alors acheté 80 de ces bâtis en métal avec l’idée d’en faire quelque chose d’utile. » Les cadres métalliques situés au premier plan sont ici non encore adaptés pour l’usage qu’il en est fait sur l’exploitation. Deux modèles ont été achetés. Le plus petit (1,50 m de haut, 1,22 m de long et 1 m de large) est destiné au stockage de bûches et de bûchettes. Le plus grand sert au stockage de piquets neufs ou usagés. Tous peuvent être empilés les uns sur les autres ce qui permet de gagner de la place et améliore l’action de séchage du vent.

 

Ce cadre contient des bûches prêtes à être tronçonnées par le milieu. Les petites « échelles » fixes, visibles à droite et à gauche, ont été ajoutées. Elles maintiennent les bûches en place. L’espace, de 22 à 24 centimètres, laissé entre elles facilite le passage du guide d’une tronçonneuse pour les couper en deux une fois rangées. Le tronçonnage en deux permet d’obtenir des bûches de 50 à 60 centimètres de long. Lors d’un chantier de bois, l’éleveur et son ouvrier chargent les branches coupées à bonne longueur dans ces cadres amenés sur place à l’aide d’un tracteur et d’une remorque.

Les plus grands de ces cadres métalliques peuvent contenir jusqu’à 100 pieux neufs ou usagés. Les vieux pieux sont récupérés lors de la remise en état d’une clôture puis finissent leur carrière dans le foyer de la chaudière après avoir été tronçonnés par le milieu.

La manipulation s’effectue à l’aide de la fourche avant du tracteur. Le séchage à l’air libre dure en moyenne 18 mois et est accéléré compte tenu des espaces entre les cadres qui facilitent la circulation de l’air. Entre la coupe des branches ou du bois sur pied et le chargement des bûches dans sa chaudière, aucune autre manipulation manuelle n’est nécessaire. Cela limite à la fois le temps à consacrer à ces corvées de bois et l’aspect fastidieux de cette tâche. Les plus petits racks contiennent entre 1, 20 et 1, 25 stère de bois et sont acheminés devant le foyer au moyen d’un transpalette.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

L’intérêt de l’épeautre en alimentation du troupeau allaitant tient à la présence des glumes.
L'épeautre, une céréale qui n'apporte pas que de l'énergie
Par la présence des enveloppes du grain riches en cellulose, l’épeautre est utile en engraissement pour sécuriser la ration. Il…
carte Arvalis estimation date de début de récolte du maïs ensilage
Les ensilages de maïs pourraient débuter plus tôt que prévu
Arvalis a publié une carte des dates de début possible des chantiers d'ensilage de maïs. Ce sera autour du 20 août en Rhône-Alpes…
abattage à la ferme loire atlantique
L'AALVie lance un financement participatif pour son projet d'abattage à la ferme
L'association AALVie (abattage des animaux sur le lieu de vie) a dévoilé son projet lors d'une conférence de presse le 7 juillet…
broutards charolais au pré
L'offre en broutards restera limitée dans les prochains mois

Au 1er juin 2020, on dénombrait 511 000 mâles de race allaitante âgés de 6 à 12 mois dans la BDNI : un effectif en recul de 3…

David Durand, éleveur au GAEC des Gariottes (à gauche) et Christophe Seringe, technicien d’élevage à la SCA Le pré vert (à droite), un tandem de choc pour développer le veau rosé bio. © E. Durand
Le veau rosé bio comme alternative au broutard
Le veau rosé bio s’est développé depuis une dizaine d’années dans le Sud-Ouest. Pour le Gaec des Gariottes en Corrèze, cette…
Un seul gros bovin est traité à la fois et le temps entre la saignée et l’éviscération ne doit pas dépasser une heure. © AALVIE
Un caisson mobile pour abattre les animaux à la ferme
Depuis trois ans, des éleveurs de Loire-Atlantique et de Vendée préparent la mise en place de caissons mobiles pour abattre les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande