Aller au contenu principal
Font Size

Désherbage des prairies
Des pratiques qui participent à la lutte

Le rumex, qui est certainement la vivace la plus difficle à détruire dans les prairies, est plus facile à contrôler par un traitement chimique dans un maïs ou une céréale.


« Il faut aussi profiter de l´interculture pour détruire toutes les mauvaises herbes vivaces ou pluriannuelles, soit par un traitement mécanique, soit par un traitement chimique à base de glyphosate », explique Jean-Luc Verdier, d´Arvalis. La qualité du lit de semences est aussi importante pour favoriser l´implantation de la prairie.« Une prairie bien installée se salira beaucoup moins vite et restera propre plus longtemps. » Sur une prairie installée, les pratiques d´exploitation peuvent favoriser ou au contraire défavoriser le développement des mauvaises herbes. Le surpâturage, par exemple, favorise le développement d´espèces à rosette car elles y résistent mieux que les graminées. L´alternance fauche-pâture régulière au contraire évite les montées à graine des espèces indésirables.
Si cela n´est pas possible, un broyage des refus permet d´avoir le même effet pour les prairies uniquement pâturées. Le passage d´outils joue un rôle aussi dans la lutte contre les mauvaises herbes. Par exemple, les rabotteuses permettent de ne pas laisser vides des zones de bouses et de taupinières où risquent de s´installer des rumex. Les herses étrilles favorisent le développement des espèces prairiales. Une fertilisation équilibrée en N, P et K est aussi un facteur permettant de limiter le salissement. La solution peut aussi passer par un chaulage en cas de développement d´adventices typiques des sols acides, ou d´assainissement pour lutter contre les joncs. Enfin, il faut soigner l´entretien des bordures de parcelles (débrousaillage ou traitement herbicide) car c´est par elles qu´entrent les mauvaises herbes dans la prairie.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

L’intérêt de l’épeautre en alimentation du troupeau allaitant tient à la présence des glumes.
L'épeautre, une céréale qui n'apporte pas que de l'énergie
Par la présence des enveloppes du grain riches en cellulose, l’épeautre est utile en engraissement pour sécuriser la ration. Il…
carte Arvalis estimation date de début de récolte du maïs ensilage
Les ensilages de maïs pourraient débuter plus tôt que prévu
Arvalis a publié une carte des dates de début possible des chantiers d'ensilage de maïs. Ce sera autour du 20 août en Rhône-Alpes…
abattage à la ferme loire atlantique
L'AALVie lance un financement participatif pour son projet d'abattage à la ferme
L'association AALVie (abattage des animaux sur le lieu de vie) a dévoilé son projet lors d'une conférence de presse le 7 juillet…
broutards charolais au pré
L'offre en broutards restera limitée dans les prochains mois

Au 1er juin 2020, on dénombrait 511 000 mâles de race allaitante âgés de 6 à 12 mois dans la BDNI : un effectif en recul de 3…

David Durand, éleveur au GAEC des Gariottes (à gauche) et Christophe Seringe, technicien d’élevage à la SCA Le pré vert (à droite), un tandem de choc pour développer le veau rosé bio. © E. Durand
Le veau rosé bio comme alternative au broutard
Le veau rosé bio s’est développé depuis une dizaine d’années dans le Sud-Ouest. Pour le Gaec des Gariottes en Corrèze, cette…
Un seul gros bovin est traité à la fois et le temps entre la saignée et l’éviscération ne doit pas dépasser une heure. © AALVIE
Un caisson mobile pour abattre les animaux à la ferme
Depuis trois ans, des éleveurs de Loire-Atlantique et de Vendée préparent la mise en place de caissons mobiles pour abattre les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande