Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Des films d’enrubannage bien ficelés

En Saône-et-Loire, Serge Vincent conditionne en petits paquets bien ficelés les films usagés d’enrubannage et s’aide pour cela d’une cage métallique montée sur deux palettes.

262-1

Le principe est d’utiliser un cadre métallique monté sur deux palettes (120 x 100 cm) en bois sur lequel les films sommairement pliés sont empilés les uns sur les autres comme une pile de torchons de façon à ce que l’épaisseur reste relativement constante sur le tas. Les films sont ensuite énergiquement comprimés à deux ou trois reprises à l’aide du chargeur au fur et à mesure qu’ils sont rangés. Le paquet de bâches est alors lié avec des ficelles et peut être facilement déplacé sans que les films s’envolent et aillent enlaidir les abords de l’exploitation.

 

262-2

Le socle est constitué de deux palettes en bois reliées par des tiges filetées mais il aurait aussi très bien pu être réalisé à partir d’un assemblage de barres métalliques soudées entre elles. Le cadre se compose de six barres verticales (carré de 50 x 50 en 3 mm) de 2,25 m de haut reliées en haut par des équerres amovibles. Trois des barres sont, à leur base, reliées au cadre par des charnières qui leur permettent d’être rabattues à l’horizontal.

 

263-3

Avant d’empiler les films usagés sur le cadre, quatre ficelles d’environ 5 mètres de long sont attachées en haut des tiges métalliques.

 

 

 

262-4

Quand le paquet de bâches est suffisamment haut (deux ou trois fois la hauteur de celui sur la photo), il est tassé une dernière fois avec le chargeur puis solidement ficelé. Il rassemble alors les films d’une centaine de bottes. Les équerres sont ensuite retirées du haut des barres verticales qui ont la possibilité de se rabattre permettant ainsi de basculer le paquet de bâches.

 

262-5

Le paquet de bâches forme comme une grosse botte aisée à déplacer. Cet outil pourrait aussi probablement être utilisé pour réaliser des « bottes » de bois de chauffage à condition que les bûches soient suffisamment rectilignes et régulières. Son coût - estimé par Serge Vincent - est de 150 € pour les différentes fournitures, complété par une petite journée de travail pour le réaliser.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Bovins Viande.

Vous aimerez aussi

Vignette
Deux solutions pour fixer les pierres à sel au-dessus des auges
Ne plus poser les pierres à sel dans les auges permet de balayer aisément, et de quantifier facilement les refus. Et les pierres…
Vignette
Une cage à veaux pour écorner et tondre
Les associés du Gaec des Coutellières, en Mayenne, ont imaginé une cage à veaux mobile pour réaliser l'écornage et la tonte.
Vignette
Des râteliers libre-service accessibles depuis l’extérieur
L’affouragement est nettement simplifié avec des râteliers en libre-service. Voici deux exemples vus dans l’Indre et dans la…
Vignette
Un wagon pour stocker des céréales
Dans le Cher, le Gaec Civade stocke une grande partie de ses céréales dans un wagon d’occasion juché sur pilotis. Une…
Vignette
La distribution de l’aliment des veaux est automatisée
Contraint de ménager son dos et de ne plus porter des seaux d’aliment, Estebe Sallato, éleveur de 68 Blondes d’Aquitaine dans les…
Vignette
Un enrouleur de clôture électrique
Daniel Le Corre, éleveur dans les Côtes-d’Armor, a fabriqué un enrouleur de clôtures pour se faciliter la tâche lorsqu’il fauche…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande