Aller au contenu principal

Des éleveurs engagés pour réduire les émissions de gaz à effet de serre

Bruno Dufayet, éleveur de Salers dans le Cantal, sur le plateau de Campagnes TV.
Bruno Dufayet, éleveur de Salers dans le Cantal, sur le plateau de Campagnes TV.
© dailymotion

Fin 2015, la France accueillera la 21è conférence des Nations Unies sur le climat. Dans ce cadre, le Président de la République a souhaité que le SIA soit l’occasion d’ouvrir le débat sur l’agriculture, l’élevage et le changement climatique. Ainsi, Interbev bovins, le Cniel (Centre national interprofessionnel de l’industrie laitière) et la CNE (Confédération nationale de l’élevage) ont participé à une émission spéciale « Les éleveurs, acteurs des solutions climat » en direct du plateau Campagnes TV sur le salon de l’agriculture. L’objectif était d’expliquer comment l’élevage joue un rôle central pour résoudre les défis alimentaires et environnementaux des prochaines décennies.

Lors de l’émission, Bruno Dufayet, éleveur de Salers dans le Cantal et en charge des questions environnement et territoires à l’interprofession Bétail et Viande (Interbev), a annoncé le lancement, à l’automne 2015, du programme européen (France, Espagne, Italie et Irlande) Beef Carbon, la déclinaison en vaches allaitantes du projet Dairy Carbon (élevage laitier), initié en juillet 2013.

6000 éleveurs français dans les deux programmes

« À l’heure actuelle, on n’a pas la capacité de mesurer individuellement sur nos exploitations, le stockage de carbone permis par les prairies ou les émissions de GES. C’est pourquoi, les filières laitières et bovines se sont engagées dans ces deux programmes. Ces projets impliquent 6000 éleveurs en France pour évaluer à l’échelle de l’exploitation quels sont les rôles, mais aussi les pratiques vertueuses qui vont dans le sens d’une amélioration de l’impact climatique. En élevage allaitant, 170 fermes innovantes ont été identifiées pour élaborer un diagnostic », note l’éleveur.

L’enjeu est ensuite de promouvoir et de valoriser les pratiques répertoriées auprès des autres éleveurs, pour continuer de progresser. Ces programmes impliquant les éleveurs, les filières (Cniel et Interbev), les acteurs de la recherche/développement et l’Institut de l’élevage, ont pour objectif de créer une mobilisation nationale pour la mise en place d’une stratégie de réduction des émissions de gaz à effet de serre. « Ils sont ambitieux et représentent une vraie volonté des deux filières. On devrait approcher une réduction d’environ 15 à 20 % des émissions d’ici dix ans."

Des émissions de l’ordre de 10 % des GES

« L’élevage est souvent pointé du doigt « pour sa contribution aux émissions de gaz à effet de serre (GES). On les a réévaluées l’année dernière à environ 14,5 % des émissions liées à l’activité humaine au niveau mondial. En France, on se situe par contre plutôt autour de 10 %. Les sources d’émissions principales sont la production d’aliment du bétail (45 % du total), la fermentation entérique des ruminants (39 %) et les effluents d’élevage (10 %) », note Anne Mottet, chargée de politiques d’élevage à la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture). L’élevage contribue aux émissions de trois gaz : le méthane (55 % de l’ensemble des gaz émis), le protoxyde d’azote et le dioxyde de carbone.

Le stockage de carbone dans les sols des prairies et des haies compenserait en moyenne 20 à 25 % des émissions. Depuis 20 ans, les émissions de l’élevage bovin ont diminué de 14 %.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Prix des céréales : les raisons de la flambée des cours
Grandes Cultures
Blé, orge, maïs : les prix de l'ensemble des marchés des céréales ont connu une hausse brutale ces dernières semaines. Cette…
filet brise-vent
Plan de relance : des aides pour la biosécurité et le bien-être animal
Le volet agricole du plan de relance comprend une mesure « pacte biosécurité et bien-être animal ». Le dispositif sera piloté par…
Sophie et Michel travaillent avec leur fils Baptiste. Cette année, les laitonnes ont du être rentrées dès octobre à cause des fortes pluies. © S. Bourgeois
Une perte sensible d’efficacité économique pour un système broutards dans la Nièvre
Michel et Sophie Durand conduisent à Ougny dans la Nièvre, un système herbager avec 165 vêlages et vente de broutards lourds. À …
Cette année, la campagne de vêlages se passe vraiment bien avec 85 % de vêlages sans aide, et les retours en chaleurs sont nettement plus rapides qu’auparavant. Pour certaines, c’est quinze jours après le vêlage. © S. Bourgeois
Une approche globale pour une reproduction au top
Des vaches bien préparées au vêlage retournent vite en chaleurs. C’est l’expérience qu’a faite Jean-Michel Michelot, éleveur dans…
Le plan protéines n’oublie pas l’herbe

La stratégie nationale protéines végétales, dévoilée le 1er décembre vise à réduire la…

"Un veau qui ne se lève pas se remarque rapidement ce qui permet de le prendre en charge sans délai », soulignent les éleveurs interrogés sur leur conduite de limitation des tétées. © C. Delisle
Y a-t-il un intérêt à limiter l’accès des veaux à leurs mères ?
Dans le cadre du projet Optirepro, l’Institut de l’élevage et la chambre d’agriculture des Pays de la Loire se sont penchés sur…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande