Aller au contenu principal
Font Size

Des éleveurs engagés pour réduire les émissions de gaz à effet de serre

Bruno Dufayet, éleveur de Salers dans le Cantal, sur le plateau de Campagnes TV.
Bruno Dufayet, éleveur de Salers dans le Cantal, sur le plateau de Campagnes TV.
© dailymotion

Fin 2015, la France accueillera la 21è conférence des Nations Unies sur le climat. Dans ce cadre, le Président de la République a souhaité que le SIA soit l’occasion d’ouvrir le débat sur l’agriculture, l’élevage et le changement climatique. Ainsi, Interbev bovins, le Cniel (Centre national interprofessionnel de l’industrie laitière) et la CNE (Confédération nationale de l’élevage) ont participé à une émission spéciale « Les éleveurs, acteurs des solutions climat » en direct du plateau Campagnes TV sur le salon de l’agriculture. L’objectif était d’expliquer comment l’élevage joue un rôle central pour résoudre les défis alimentaires et environnementaux des prochaines décennies.

Lors de l’émission, Bruno Dufayet, éleveur de Salers dans le Cantal et en charge des questions environnement et territoires à l’interprofession Bétail et Viande (Interbev), a annoncé le lancement, à l’automne 2015, du programme européen (France, Espagne, Italie et Irlande) Beef Carbon, la déclinaison en vaches allaitantes du projet Dairy Carbon (élevage laitier), initié en juillet 2013.

6000 éleveurs français dans les deux programmes

« À l’heure actuelle, on n’a pas la capacité de mesurer individuellement sur nos exploitations, le stockage de carbone permis par les prairies ou les émissions de GES. C’est pourquoi, les filières laitières et bovines se sont engagées dans ces deux programmes. Ces projets impliquent 6000 éleveurs en France pour évaluer à l’échelle de l’exploitation quels sont les rôles, mais aussi les pratiques vertueuses qui vont dans le sens d’une amélioration de l’impact climatique. En élevage allaitant, 170 fermes innovantes ont été identifiées pour élaborer un diagnostic », note l’éleveur.

L’enjeu est ensuite de promouvoir et de valoriser les pratiques répertoriées auprès des autres éleveurs, pour continuer de progresser. Ces programmes impliquant les éleveurs, les filières (Cniel et Interbev), les acteurs de la recherche/développement et l’Institut de l’élevage, ont pour objectif de créer une mobilisation nationale pour la mise en place d’une stratégie de réduction des émissions de gaz à effet de serre. « Ils sont ambitieux et représentent une vraie volonté des deux filières. On devrait approcher une réduction d’environ 15 à 20 % des émissions d’ici dix ans."

Des émissions de l’ordre de 10 % des GES

« L’élevage est souvent pointé du doigt « pour sa contribution aux émissions de gaz à effet de serre (GES). On les a réévaluées l’année dernière à environ 14,5 % des émissions liées à l’activité humaine au niveau mondial. En France, on se situe par contre plutôt autour de 10 %. Les sources d’émissions principales sont la production d’aliment du bétail (45 % du total), la fermentation entérique des ruminants (39 %) et les effluents d’élevage (10 %) », note Anne Mottet, chargée de politiques d’élevage à la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture). L’élevage contribue aux émissions de trois gaz : le méthane (55 % de l’ensemble des gaz émis), le protoxyde d’azote et le dioxyde de carbone.

Le stockage de carbone dans les sols des prairies et des haies compenserait en moyenne 20 à 25 % des émissions. Depuis 20 ans, les émissions de l’élevage bovin ont diminué de 14 %.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Bâchage des silos : des pistes pour dégager les pneus
Machinisme
La bonne conservation du tas d’ensilage passe par la pose d’une couverture parfaitement hermétique. Si la qualité des bâches est…
L’intérêt de l’épeautre en alimentation du troupeau allaitant tient à la présence des glumes.
L'épeautre, une céréale qui n'apporte pas que de l'énergie
Par la présence des enveloppes du grain riches en cellulose, l’épeautre est utile en engraissement pour sécuriser la ration. Il…
carte Arvalis estimation date de début de récolte du maïs ensilage
Les ensilages de maïs pourraient débuter plus tôt que prévu
Arvalis a publié une carte des dates de début possible des chantiers d'ensilage de maïs. Ce sera autour du 20 août en Rhône-Alpes…
broutards charolais au pré
L'offre en broutards restera limitée dans les prochains mois

Au 1er juin 2020, on dénombrait 511 000 mâles de race allaitante âgés de 6 à 12 mois dans la BDNI : un effectif en recul de 3…

David Durand, éleveur au GAEC des Gariottes (à gauche) et Christophe Seringe, technicien d’élevage à la SCA Le pré vert (à droite), un tandem de choc pour développer le veau rosé bio. © E. Durand
Le veau rosé bio comme alternative au broutard
Le veau rosé bio s’est développé depuis une dizaine d’années dans le Sud-Ouest. Pour le Gaec des Gariottes en Corrèze, cette…
Le kéfir est distribué à la naissance puis une fois par jour pendant les deux jours suivants. © L. Lamarre
Le kéfir pour hygiéniser le tube digestif des veaux
Le kéfir est une boisson fermentée fabriquée à partir de lait ou de sucre. Son usage se développe beaucoup en élevage bovin ces…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande