Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Prix des matières premières
Des contrats interfilières annoncés pour le 1er juillet

Face à la volatilité des cours des matières premières, les éleveurs, céréaliers et fabricants d’aliments ont décidé de mettre en place des outils de contractualisation. Tous les partenaires ont affiché, lors d’une conférence de presse organisée par la FNSEA le 16 février dernier, leur détermination à être opérationnels d’ici le 1er juillet prochain. Ils y travaillent depuis le mois de septembre.


CONTRATS-TYPES ENTRE COLLECTEURS DE GRAINS ET FABRICANTS D’ALIMENTS


Des contrats types entre collecteurs de grains et fabricants d’aliments seront proposés : ils prévoiront le lissage des prix de marché sur plusieurs mois ou s’appuieront sur les prix moyens de campagne aux producteurs de grains. De même, entre fabricants d’aliments et éleveurs, des contrats-types assureront aux éleveurs une visibilité du coût de l’aliment. A côté de ces contrats, les partenaires développeront des outils de couverture de marché mutualisés afin d’en limiter le coût. Il est aussi proposé la création de marchés à terme sur les tourteaux, « en particulier le tourteau de colza et peut-être même sur d’autres produits comme les drèches de céréales », a précisé Xavier Beulin président de la FNSEA. L’idée d’un marché à terme physique sur les produits carnés, porcs et viande bovine, fait également son chemin au niveau de FranceAgrimer.


UNE CONTRACTUALISATION « AVAL »


Mais la démarche ne pourra aboutir que si la volatilité des prix est répercutée sur les produits finis. Les partenaires proposent donc une contractualisation « aval ». Ils souhaitent mettre en place un index sur le cours des matières premières en pied de facture. Cet index permettrait aux opérateurs (transformateurs laitiers, abatteurs…) de répercuter « à la hausse comme à la baisse » l’évolution des cours des matières premières aux consommateurs en dehors de toute négociation commerciale. Des indices reflétant la proportion des produits dans un panel de produits de grande consommation permettrait de calculer cet index. Les représentants des filières éleveurs (lait, viande bovine, porc et volaille) soutiennent pleinement cette démarche. Xavier Beulin a demandé au gouvernement « de mettre tout son poids dans la balance pour faire aboutir cette initiative des céréaliers et des éleveurs ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

chargement de bovins en ferme
[Covid-19] Les abatteurs se démènent pour remplir leur mission

Après une première semaine folle, au cours de laquelle la demande en viande a explosé, les entreprises du commerce et de l'…

[Covid-19] La « renationalisation » des achats de viande bovine doit aussi profiter aux éleveurs
Alors que suite à l’arrivée du coronavirus les enseignes de la grande distribution ont vu leurs ventes gonfler suite au…
Cette étude confirme que le rapport entre le poids de l’animal à la sortie de la ferme et la viande nette réellement utilisable (250 kg), varie selon de nombreux critères amont (race, catégorie de l’animal, état d’engraissement…). © C. Delisle
De l’animal au steak, des rendements passés à la loupe
L’Institut de l’élevage et Interbev ont mis à jour les rendements d’abattage et de découpe des principales races bovines abattues…
[Covid-19] Le marché de la viande bovine bouleversé
Les restrictions prises par les différents Etats membres pour contenir la pandémie de Covid-19 auront inévitablement des effets…
France Conseil Elevage demande le report de toute intervention en élevage
Les entreprises de conseil en élevage demandent le report des interventions de leur techniciens dans les exploitations, se…
Vaches du lot "moins de 8 ans avec une NEC supérieure à 2 à la mise en finition". Ici, 75 jours après le début de la période expérimentale, soit un mois avant abattage.  © OIER des Bordes
Un essai à la ferme des Bordes croise l’effet de l’âge et de la note d’état sur l’engraissement de Charolaises
Avec de jeunes vaches, les croissances en finition sont assurées. Une vache âgée peut être très performante en finition ou pas du…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande