Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Des chiffres sur le semis automnal de prairie sous couvert

Les sécheresses et les épisodes caniculaires plus fréquents en fin d’été, habituelle période de semis des prairies, peuvent inciter à retarder ce travail de quelques semaines pour bénéficier d’une météo plus favorable. La prairie est alors semée simultanément avec une autre culture.

semis de luzerne sous couvert de méteil
© S.Bourgeois-archives

Pas facile de réussir un semis de prairie quand la fin de l’été est à la fois sèche et caniculaire. Ce qui est malheureusement de plus en plus fréquent. « Début septembre, on peut avoir des journées favorables au travail du sol associées à un peu d’humidité résiduelle. Donc on sème. Les plantules germent. Puis sont souvent confrontées à une période caniculaire courant septembre. Laquelle fait sécher des plantules à peine germées », expliquait Patrice Pierre spécialiste des fourrages et prairies à l’Institut de l’élevage à l’occasion d’une journée organisée fin janvier à la ferme expérimentale des Bordes, dans l’Indre. Pour tenter de contourner cette difficulté, le semis de prairie sous un couvert est une alternative. C’est classiquement utilisé au printemps pour des luzernes ou des prairies multiespèces semées sous le couvert d’une avoine ou d’une orge de printemps. « On n’a rien inventé en cela. C’était autrefois souvent pratiqué. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Cédric Mandin, en Gaec avec son frère François à Sainte-Cécile, en Vendée. © C. Mandin
Cédric Mandin : "nos vaches attendent dans la stabulation"
Pour manifester sa colère face à la baisse du prix des bovins finis, Cédric Mandin, éleveur en Vendée et secrétaire général de la…
Florent Calmès. « Je travaille plus sur le coût de production que sur le GMQ. » © B. Griffoul
Chez Florent Calmès : simplifier le travail pour gérer seul un cheptel de 125 vaches
Florent Calmès, installé dans l’Aveyron, ne fait pas de compromis sur le résultat économique mais a fortement simplifié le…
Élodie et Florent Gobet élèvent 75 à 80 Charolaises à Propières dans le Rhône) et commercialisent tout en vente directe. © Gaec Gobet
Chez Elodie et Florent Godard : « avec le confinement, la demande en vente directe a nettement augmenté »

« Avec mon mari, Florent, nous élevons 75 à 80 Charolaises à Proprières, dans le Rhône. Je gère l…

clôture virtuelle Nofence
Un premier test de clôtures virtuelles par Arvalis
Arvalis a testé pendant deux mois à l’automne 2019 le système de clôtures virtuelles Nofence à la ferme expérimentale de Saint-…
Didier Guillaume a annoncé une prochaine réunion au ministère pour débattre sur le prix trés dégradé de la viande bovine à la production.
[Covid 19] Selon Didier Guillaume, la baisse de rémunération des éleveurs bovins est « inadmissible »
La dégringolade du prix des bovins finis suscite un sentiment de dégoût chez les éleveurs et ne va pas inverser l’actuelle…
steak et saucisse
Les mots « saucisses » et « steaks » réservés aux seuls produits carnés
L’Assemblée Nationale a adopté mercredi 27 mai une loi pour renforcer la transparence de l'information du consommateur sur les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande