Aller au contenu principal

Des charges qui s’alourdissent pour les éleveurs de bovins viande

La nouvelle campagne commence avec des prix des matières premières entrant dans l’alimentation animale élevés et très volatils. Les carburants, les matériaux de construction et la paille voient eux aussi leur prix valser.

Parmi les producteurs de viande bovine, ce sont surtout les engraisseurs de jeunes bovins qui se heurtent de plein fouet à cette problématique.
Parmi les producteurs de viande bovine, ce sont surtout les engraisseurs de jeunes bovins qui se heurtent de plein fouet à cette problématique.
© S. Bourgeois

« Entre juillet 2020 et juillet 2021, les cours du tourteau de soja, marché directeur de la protéine, ont progressé de 27 %, ceux du blé de 11 % et ceux du maïs de 50 % », résumait La Coopération agricole dans un communiqué du 2 septembre. Les coproduits et les additifs sont également emportés dans le mouvement. « La hausse du coût de l’alimentation des animaux est indiscutable et pour nos entreprises, dont le résultat net moyen est de 1 %, les marges de manœuvre sont nulles », expliquait aussi à cette date dans un communiqué François Cholat, président du Snia (syndicat national de l’industrie de la nutrition animale). « Il faudra accepter de payer le juste prix. »

Lire aussi : La flambée des prix des matériaux de construction leste les coûts de l’élevage

Parmi les producteurs de viande bovine, ce sont surtout les engraisseurs de jeunes bovins qui se heurtent de plein fouet à cette problématique. Il est probable qu’étant donné le profil qualitatif des ensilages de maïs qui se présente cette année, certains vendent une partie de leur récolte en grain et par la même occasion décident d’engraisser moins d’animaux que prévu sur 2021-2022. Un certain nombre d’engraisseurs sont relativement parés car ils ont depuis plusieurs années développé la part d’herbe et celle de protéagineux produits sur l’exploitation dans la ration des animaux dans l’optique de réduire leur dépendance aux achats extérieurs. D’autres auront aussi pu se couvrir pour leurs besoins en matières premières pour l’hiver prochain en achetant au printemps.

Analyser les fourrages, peser les animaux et les quantités d’aliment

Pour les naisseurs et naisseurs engraisseurs, la situation est moins critique. "L’année 2021 a été doublement propice à l’élevage allaitant d’un point de vue météorologique : elle a permis la reconstitution des stocks fourragers pour l’hiver et l’autonomie en herbe à pâturer pour la période estivale", explique Sarah Besombes, technicienne bovins viande pour Alsoni Conseil élevage (Allier, Nièvre, Saône-et-Loire et Rhône). "Par contre, les premiers résultats d’analyses de fourrages laissent croire qu’une grande variabilité des valeurs en énergie et surtout en protéine est attendue. Cette variabilité est d’autant plus importante que la quantité et le type de fourrages le sont."

Lire aussi : La récolte française de blé tendre 2021 ne dépasserait pas les 35 Mt

« Faire analyser les fourrages, calculer au plus précis les rations et peser les quantités d’aliment distribuées reste le premier conseil », rappelle Kevin Gérard-Dubord de Seenovia (Pays de la Loire et Charente-Maritime). « Il est possible avec cette rigueur de faire des économies significatives. » Le consultant place sur le même plan l’intérêt de peser en parallèle les animaux de façon assez régulière pour ajuster la ration. On peut aussi revoir son choix d’aliments composés en restant sur des formules basiques. Faire son propre mélange fermier pour ajuster à la carte les rations, et grouper les commandes pour réduire le prix moyen à la tonne sont aussi des moyens de maîtriser le coût alimentaire.

« L’herbe est un fourrage équilibré, et plus sa part dans le système est importante, moins les besoins en achats complémentaires sont importants », évoque aussi Kevin Gérard-Dubord.

Une conjoncture globale préoccupante

La situation est plus préoccupante pour les producteurs de viande bovine vis-à-vis de la conjoncture globale, avec une augmentation générale des charges sur la paille, le matériel, les carburants et lubrifiants, les services,…L’Ipampa viande bovine avait déjà progressé de 4,9 % au premier semestre 2021 par rapport au semestre précédent (passant de 104,3 à 109,4).

Les plus lus

Bovins viande : un revenu 2022 bas, sauf pour les systèmes avec cultures
L'Institut de l'Elevage a simulé sur cas-types le revenu 2022 des élevages bovins viande. Hausse des prix des bovins et hausse…
« Le marché italien et le développement de primes spécifiques à la vache allaitante, ont véritablement permis le maintien et le développement du naissage en France, notamment dans les zones défavorisées », souligne Philippe Chotteau, chef du département économie de l’Institut de l’élevage.
Bovins viande : vers un retour aux faibles effectifs des années 1980 ?
Rétrospective avec Philippe Chotteau, chef du département économie de l’Institut de l’élevage, sur les évènements qui ont jalonné…
taureau race limousine
A Lanaud, quatre taureaux limousins vendus aux enchères plus de 15 000 euros
100 % des veaux ont été vendus lors des enchères pour la deuxième série de taureaux limousins issus de la station nationale de…
Stéphanie Mocques-Goure donne la priorité aux résultats économiques. Sur son exploitation, tout est géré au mieux pour limiter les charges et pouvoir se dégager un revenu.
Bovins viande : « Je veux vivre de mon métier »
À Beaufort-en-Anjou dans le Maine-et-Loire, Stéphanie Mocques-Goure a transformé en profondeur son système pour réussir à se…
Les cours des broutards charolais stabilisés à haut niveau
Les cours des broutards charolais stabilisés à haut niveau
Durant les derniers mois de l’année 2022, les cours des broutards sont restés stables ou ont à peine diminué.
Avant de faire entrer les animaux dans les cases, il convient d’étaler avec un godet une dizaine de centimètres d’écorce broyée puis de « pailler » une à deux fois par semaine.
Des écorces de bois comme alternative à la paille
Les plaquettes de bois ne sont pas le seul produit issu de la biomasse forestière à pouvoir être utilisé comme alternative à la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande