Aller au contenu principal

Des charges qui s’alourdissent pour les éleveurs de bovins viande

La nouvelle campagne commence avec des prix des matières premières entrant dans l’alimentation animale élevés et très volatils. Les carburants, les matériaux de construction et la paille voient eux aussi leur prix valser.

Parmi les producteurs de viande bovine, ce sont surtout les engraisseurs de jeunes bovins qui se heurtent de plein fouet à cette problématique.
Parmi les producteurs de viande bovine, ce sont surtout les engraisseurs de jeunes bovins qui se heurtent de plein fouet à cette problématique.
© S. Bourgeois

« Entre juillet 2020 et juillet 2021, les cours du tourteau de soja, marché directeur de la protéine, ont progressé de 27 %, ceux du blé de 11 % et ceux du maïs de 50 % », résumait La Coopération agricole dans un communiqué du 2 septembre. Les coproduits et les additifs sont également emportés dans le mouvement. « La hausse du coût de l’alimentation des animaux est indiscutable et pour nos entreprises, dont le résultat net moyen est de 1 %, les marges de manœuvre sont nulles », expliquait aussi à cette date dans un communiqué François Cholat, président du Snia (syndicat national de l’industrie de la nutrition animale). « Il faudra accepter de payer le juste prix. »

Lire aussi : La flambée des prix des matériaux de construction leste les coûts de l’élevage

Parmi les producteurs de viande bovine, ce sont surtout les engraisseurs de jeunes bovins qui se heurtent de plein fouet à cette problématique. Il est probable qu’étant donné le profil qualitatif des ensilages de maïs qui se présente cette année, certains vendent une partie de leur récolte en grain et par la même occasion décident d’engraisser moins d’animaux que prévu sur 2021-2022. Un certain nombre d’engraisseurs sont relativement parés car ils ont depuis plusieurs années développé la part d’herbe et celle de protéagineux produits sur l’exploitation dans la ration des animaux dans l’optique de réduire leur dépendance aux achats extérieurs. D’autres auront aussi pu se couvrir pour leurs besoins en matières premières pour l’hiver prochain en achetant au printemps.

Analyser les fourrages, peser les animaux et les quantités d’aliment

Pour les naisseurs et naisseurs engraisseurs, la situation est moins critique. "L’année 2021 a été doublement propice à l’élevage allaitant d’un point de vue météorologique : elle a permis la reconstitution des stocks fourragers pour l’hiver et l’autonomie en herbe à pâturer pour la période estivale", explique Sarah Besombes, technicienne bovins viande pour Alsoni Conseil élevage (Allier, Nièvre, Saône-et-Loire et Rhône). "Par contre, les premiers résultats d’analyses de fourrages laissent croire qu’une grande variabilité des valeurs en énergie et surtout en protéine est attendue. Cette variabilité est d’autant plus importante que la quantité et le type de fourrages le sont."

Lire aussi : La récolte française de blé tendre 2021 ne dépasserait pas les 35 Mt

« Faire analyser les fourrages, calculer au plus précis les rations et peser les quantités d’aliment distribuées reste le premier conseil », rappelle Kevin Gérard-Dubord de Seenovia (Pays de la Loire et Charente-Maritime). « Il est possible avec cette rigueur de faire des économies significatives. » Le consultant place sur le même plan l’intérêt de peser en parallèle les animaux de façon assez régulière pour ajuster la ration. On peut aussi revoir son choix d’aliments composés en restant sur des formules basiques. Faire son propre mélange fermier pour ajuster à la carte les rations, et grouper les commandes pour réduire le prix moyen à la tonne sont aussi des moyens de maîtriser le coût alimentaire.

« L’herbe est un fourrage équilibré, et plus sa part dans le système est importante, moins les besoins en achats complémentaires sont importants », évoque aussi Kevin Gérard-Dubord.

Une conjoncture globale préoccupante

La situation est plus préoccupante pour les producteurs de viande bovine vis-à-vis de la conjoncture globale, avec une augmentation générale des charges sur la paille, le matériel, les carburants et lubrifiants, les services,…L’Ipampa viande bovine avait déjà progressé de 4,9 % au premier semestre 2021 par rapport au semestre précédent (passant de 104,3 à 109,4).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Olivier Mevel "Le monde agricole n’a pas à supporter le train de vie du distributeur"
Olivier Mevel : "Le monde agricole n’a pas à supporter le train de vie du distributeur"
Maître de conférences à l’université de Brest, Olivier Mevel n’est pas tendre avec le travail mené par l’observatoire de la…
Julien Denormandie sommet de l'elevage
FNB : "Un contrat écrit obligatoire pour toutes les catégories de bovins d'ici fin 2022"
Selon un communiqué de la FNB, Julien Denormandie a annoncé lors de sa visite au Sommet de l'Elevage qu'au 1er janvier 2022,…
vaches blondes au pâturage
[PAC 2023] Ce que l’on sait de l’aide couplée bovine pour les troupeaux allaitants
L’Institut de l’Elevage a présenté lors d’une conférence au Sommet de l’Elevage les informations disponibles sur la future aide…
Déchargement de broutards français dans un atelier italien - En Italie, la conjoncture actuelle est favorable avec des niveaux de prix nettement plus élevés que ce qui est habituellement pratiqué à cette période de l’année.
Trop peu valorisés, les broutards sont moins nombreux
Le prix du maigre a gagné quelques centimes en fin d’été mais ne progresse pas dans les mêmes proportions que les femelles finies…
Le parc d’attente est un demi-cercle à barrière poussante sécurisée permettant au choix d’orienter les animaux vers un parc, vers le quai de chargement ou vers l’entrée du couloir de contention. Le sol est un béton strié et il a été coulée après avoir bien vérifié que tout fonctionnait. Il est couvert d'un peu de sciure pour ne pas glisser.
[Contention des bovins] Une installation faite maison de haut niveau
Depuis dix ans, le Gaec des Reclous est équipé d’une belle installation associant bois et métal, complétée par un quai de…
Or rouge cv plainemaison Record
Des records battus pour la vente aux enchères des journées limousines Or Rouge de Plainemaison
Les journées limousines Or Rouge organisées l'entreprise Beauvallet- CV.Plainemaison du 15 au 18 octobre 2021 se sont soldées par…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande