Aller au contenu principal

Prix des bovins
Des carcasses plus lourdes face à un prix du kilo plus bas

L´augmentation du poids des carcasses permet de compenser la baisse du prix au kilo. Mais l´évolution du poids des animaux vendus varie en fonction des différentes catégories.


Dans la formation du prix d´un animal, le prix au kilo a son importance mais le prix de vente est aussi étroitement dépendant du poids vendu. Sous l´influence du marché et des progrès techniques, on a enregistré depuis dix ans une progression générale des poids de carcasse qui a permis au moins en partie de compenser la baisse du prix au kilo. Les données issues de l´appui technique font état sur la zone charolaise d´une progression des poids de carcasse de 20 kilos pour les vaches, 23 kilos pour les génisses et 13 kilos pour les JB. Pour le bétail maigre, les résultats divergent : + 20 kilos pour les repoussés et -10 kilos pour les taurillons d´herbe maigre.
Pour les mâles, on a vu ces dernières années, une évolution de la part relative des différentes catégories produites.

Pas de bouleversement majeur
Dans la zone charolaise, les JB, les taurillons d´herbe et les broutards ont reculé de façon parfois sensible au profit du broutard repoussé, traduisant ainsi - hors contexte de crise - une ambiance favorable à la production de « maigres lourds » destinés à l´Italie. Pour l´avenir, aucun bouleversement majeur n´est pronostiqué en matière de poids des animaux vendus. Mais le réseau d´élevage charolais estime que les nouvelles modalités d´obtention de la PSBM (9 mois au lieu de 10) pourraient conduire les producteurs de broutards non primés à s´orienter vers le broutard lourd primé vendu juste avant la rentrée à l´étable sans avoir à beaucoup modifier leurs pratiques . Pour les producteurs de broutards repoussés, les évolutions éventuelles seront avant tout liées à l´adaptation au débouché italien. «La durée minimum de finition en Italie est fixée à 4 ou 5 mois pour bénéficier des aides nationales. Pour respecter cette condition en tenant compte des poids à l´abattage (380 à 400 kg), les poids moyens de ces repoussés ne devraient pas dépasser 450 à 480 kilos. A savoir le poids vif à l´abattage diminué d´un gain estimé sur la base d´un GMQ de 1,5 kilo en atelier d´engraissement.»

Rajeunissement et allègement des taurillons maigres
Pour les taurillons maigres, les exigences d´âge à l´abattage (moins de 24 mois pour échapper au test et moins de 20 à 22 mois dans les cahiers des charges de certaines enseignes de la grande distribution italienne) devraient inciter à un certain rajeunissement et allègement des animaux. Ce même problème commercial a également toutes les chances de se retrouver du côté des génisses jusqu´à présent vendues maigres pour l´exportation autour de 20 mois. Pour les animaux finis en France, l´alourdissement trop important des carcasses de JB risque par la suite de pénaliser les débouchés. Mais cela ne constitue pas vraiment une nouveauté ! Pour ce qui est des vaches et des génisses destinées au marché français, tout laisse à penser que le rajeunissement des troupeaux et l´optimisation des conduites d´élevage va encore dans un proche avenir faire gagner quelques kilos de carcasse.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Emmanuelle Ducros © DR
Emmanuelle Ducros : « le RIP pour les animaux est un piège intellectuel "
Emmanuelle Ducros, journaliste économique et spécialiste des questions agricoles à l’Opinion nous éclaire sur le référendum pour…
Face à l’évolution des prix des broutards « incompréhensible et inacceptable », les Eleveurs du grand Massif Central appellent à la rétention de ces animaux en ferme.
Les éleveurs bovins du Grand Massif Central sont appelés à retenir au maximum les broutards en ferme
Les prix des broutards ne cessent de baisser depuis plusieurs semaines, aussi les Eleveurs de races à viande du grand Massif…
Un marché des broutards mâles sérieusement engorgé
La demande n’est pas au rendez-vous pour les taurillons finis et l’abondance de cette marchandise dans la plupart des pays…
Les facteurs de risque d’apparition de l’omphalite sont probablement très nombreux et varient d’un élevage à l’autre. © V. Herry
La prévention des omphalites est complexe

On manque sérieusement de données scientifiques sur les facteurs favorisant l’infection du nombril des…

Malgré un quasi-arrêt en mars et avril, fin juin, le port de Sète avait déjà expédié 40 000 bovins (broutards et génisses laitières). Quelque 121 000 animaux ont été expédiés en 2019 (80 % destinés en Algérie). © Sepab
Export de bovins vivants : l’Algérie permet de maintenir la dynamique des prix
Marché difficile et risqué, l’export de broutards vers l’Algérie reste indispensable pour maintenir une dynamique des prix. Et,…
Le lecteur de glycémie donne directement les résultats dans la pâture.  © B. Gavage
La conséquence d’un déficit énergétique en fin de gestation
Cette vache âgée a perdu beaucoup d’état en fin de gestation. Elle souffre d’une pathologie classique en élevage ovin mais moins…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande