Aller au contenu principal

Ter'élevage
Des broutards vaccinés contre le virus RS avant d’être allotés

Vacciner les broutards contre le virus RS chez le naisseur plutôt qu’au centre d’allotement améliore la protection des animaux pendant le début de l’engraissement. L’organisation de producteurs Ter’élevage développe cette pratique avec l’action « Broutards Max », qui concerne des broutards de qualité.

Les veaux sont protégés pendant leur temps passé chez le naisseur et font l'objet d'une plus-value de 25 euros par animal à la vente.
Les veaux sont protégés pendant leur temps passé chez le naisseur et font l'objet d'une plus-value de 25 euros par animal à la vente.
© S.Bourgeois

Ter’élevage propose depuis 2009 l’action « Broutard Max » qui consiste à faire vacciner les broutards chez le naisseur contre le virus RS. « L’objectif est que l’immunité soit installée avant que les broutards n’entrent dans la période à risque que représentent les premières semaines chez l’engraisseur » explique Dr Cécile Guillon, vétérinaire de Ter’élevage. Un essai a montré une réduction significative du nombre d’animaux malades et du nombre d’animaux traités avec une vaccination précoce, par rapport à une vaccination classique dont la première injection est faite au centre d’allotement et la seconde pendant l’engraissement, trois semaines plus tard.

Depuis son lançement mi-2009, 2174 animaux, en provenance de 56 élevages naisseurs, ont participé à l'opération. Les naisseurs reçoivent une plus-value de 25 euros par animal dont Terrena prend en charge 15 euros et l’engraisseur 10 euros. Les engraisseurs bénéficient avec l’action « Broutards Max » d’animaux qui sont protégés contre le virus RS dès leur entrée dans l’atelier, au lieu de cinq semaines après leur arrivée dans le cadre classique. Et ils n’ont pas d’injection à faire. Cette offre concerne des broutards de qualité supérieure, avec des poids et une conformation minimum selon l’âge et la race des animaux. Elle s’inscrit dans la démarche AEI (agriculture écologiquement intensive) développée chez Ter’élevage dans le sens où elle vise à limiter le recours aux médicaments vétérinaires et à améliorer les performances de croissance.


Profiter de la protection chez le naisseur


Deux formules sont proposées. Les naisseurs peuvent faire seulement la première injection de la primo-vaccination, au minimum 21 jours avant le départ des animaux pour le centre d’allottement. Ils peuvent aussi choisir de vacciner beaucoup plus tôt tous les veaux de l’élevage - les mâles et les femelles -, pour bénéficier de la protection pendant la période passée chez eux.@(Texte_courant_ital « Il est dans ce cas possible de vacciner dès l’âge de 15 jours (trois injections à faire), ou bien après l’âge de quatre mois (deux injections à faire) » explique Cécile Guillon. Dans tous les cas, une autre injection est effectuée au centre d’allottement. Les animaux sont protégés deux semaines après le vaccin, et pour une période de quatre à six mois. Une visite est réalisée chez le naisseur par le vétérinaire ou le technicien de l’organisation de producteurs pour valider le protocole vaccinal. « Si les veaux sont vaccinés à l’âge de 15 jours, on vérifie que le rappel à l’âge de quatre mois est bien systématique. » Après la visite, Ter’élevage transmet le rapport au vétérinaire libéral de secteur. Les éleveurs ont le choix entre deux vaccins, qu’ils peuvent se procurer où ils le souhaitent. Ils fournissent à Ter’élevage une feuille d’accompagnement au moment où ils vaccinent, puis joignent aux DAUB la facture des vaccins au moment du départ des broutards.


Dans le cadre de cette action, Ter’élevage met aussi en place le retour au naisseur des résultats d’abattage de ses animaux. « Cette action vise à mieux organiser la relation entre le naisseur et l’engraisseur et à améliorer la qualité des broutards » explique aussi Cécile Guillon.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

 © Agricentre
Le teff grass, une nouvelle fourragère estivale
Eragrostis tef ou teff grass, graminée cultivée comme céréale secondaire en Afrique, arrive en France comme fourragère. Sa…
Le bâtiment est en bois avec une ventilation naturelle, une bonne ambiance à l’intérieur et des écarts de température diurne-nocturne atténués par la toiture en panneaux « sandwich » de 4 centimètres d’épaisseur. © F. d'Alteroche
Une stabulation sur caillebotis double usage pour les vaches allaitantes
Dans le Cantal, la nécessité d’accroître les capacités de stockage en lisier d’un bâtiment entravé a incité les associés du Gaec…
Les vaches ont très vite adopté les logettes et les cornadis suédois leur ont permis de sauver leurs cornes, sans dommages jusqu’à présent. © F. d'Alteroche
Des caillebotis pour les vaches, pour ne pas remettre en cause l’autonomie
Le Gaec d’Éole utilise à peine 12 tonnes de paille-hiver pour les seules cases à veaux et cases de vêlage d’une stabulation « …
 © M-H André
L’Argentine, cette usine à bœufs qui tourne au ralenti
Dans bon nombre d’élevages naisseurs argentins, le potentiel de production est loin d’être utilisé à 100 % de ses capacités. Une…
De la Stabiliser à la Redyblack, vers une nouvelle race bovins viande en France
Portée par l’association Bovinext, la RedyBlack est la première race bovine depuis des décennies à obtenir son agrément OS en…
Les poteaux métalliques ont permis de limiter l’emprise au sol et la charpente et les parois en bois contribuent à une bonne ambiance avec des devis comparatifs métal/bois qui étaient similaires. © F. d'Alteroche
Bâtiment sur caillebotis : associer l’économie en paille à son confort
Construite sur les pentes du Massif du Sancy, la stabulation du Gaec de Surain associe litière paillée et fosse sous caillebotis…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande