Aller au contenu principal

Des bovins plus gourmands en céréales

Les quantités de céréales distribuées ont nettement progressé dans les élevages allaitants au cours de ces dernières années.
Les quantités de céréales distribuées ont nettement progressé dans les élevages allaitants au cours de ces dernières années.
© F. d'Alteroche

L’alimentation représente 15 à 25 % des coûts de production dans les systèmes allaitants spécialisés, d’après une enquête de l’Institut de l’élevage réalisée au sein des exploitations faisant partie des réseaux de ferme de référence. Ce ratio dépend du type d’animaux produits. La part du coût alimentaire va croissante selon le niveau de productivité technique exprimé en kilos de viande vive produits par UGB. C’est évidemment chez les naisseurs de broutards légers que cette part est la plus faible alors qu’elle atteint son maximum chez les naisseurs engraisseurs avec achat complémentaire de bétail maigre à finir. « Depuis vingt ans, on a assisté à une explosion des consommations de concentrés dans les rations des bovins allaitants », expliquait Marion Kentzel, chef  de projet à l’Institut de l’élevage à l’occasion de la conférence « Grand angle viande » organisée par ce même Institut. D’après les chiffres des exploitations suivies dans le cadre des réseaux, cette progression est de 60% en dix ans chez les naisseurs engraisseurs du Limousin et de 32 % pour les élevages Blonds du Sud-Ouest en système naisseur. La tendance est similaire pour les exploitations de la zone charolaise suivies en références par l’Inra : + 46% en 20 ans.

Simplifier la conduite d’élevage

Différentes données viennent expliquer ces évolutions. Il y a d’abord la réforme de la PAC de 1992. En se traduisant par une baisse du prix des céréales, elle a favorisé une progression de leur utilisation, que ces céréales soient produites sur l’exploitation ou proviennent d’aliments complets ou complémentaires achetés à l’extérieur. Autre facteur mis en avant, le souhait de bien des agriculteurs de se simplifier le travail alors que dans le même temps, le soutien aux surfaces en herbe les a parfois incités à passer à des systèmes 100% herbager. Un autre facteur est à prendre en compte : celui de l’évolution des marchés. La demande en bétail maigre a par exemple incité à sortir le plus régulièrement possible des animaux tout au long de l’année sans forcément caler les cycles de reproduction sur le cycle de l’herbe. La vulgarisation des vêlages d’été ou d’automne nécessite une alimentation des mères plus soutenue en hiver avec une complémentation des broutards un peu plus généreuse comparativement à du vêlage d’hiver.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Lorsqu’elle est en position haute, la partie inférieure de la barrière se situe à 5 mètres du sol et n’est donc pas pénalisante pour rentrer dans la stabulation avec du gros matériel et en particulier pour curer le fumier. © F. d'Alteroche
Une stabulation aux nombreuses astuces
Au Gaec de l’Armançon en Côte-d’Or, la principale stabulation héberge 128 vaches suitées. Elle intègre différents équipements mis…
Les jeunes bovins au plus bas alors qu’ils devraient être au plus haut
Alors qu’ils devraient être au plus haut à cette période de l’année, les prix des taurillons finis sont au plus bas. Peu prisée…
La vente directe représente le  débouché pour en moyenne une vache par mois, parmi celles âgées de huit ans maximum. L'éleveur vend également en direct à peu près six veaux par an. © S. Bourgeois
Différents régimes pour l'engraissement des vaches de race Blonde d'Aquitaine
Des séries d’essais ont été menées dans le cadre du projet Défiblonde entre 2016 et 2020 pour affiner les connaissances sur les…
Franck Baechler. "Le bétail aide à redynamiser les flux de carbone." © S. Bourgeois
Franck Baechler : être autonome et construire mon sol
Installé depuis trois ans en agriculture de conservation des sols dans le Loir-et-Cher, Franck Baechler a introduit dans son…
Jérôme Mélard, éleveur à Puttigny en Moselle, diversifie les débouchés de son atelier d'engraissement avec des génisses Prim'herbe.  © Cloe
Des babynettes avec au moins 35 % d’herbe pour la filière Prim’herbe
L’union de coopératives Cloé démarre un partenariat avec le groupe Carrefour. La filière Prim’herbe vise à approvisionner le…
Le nombre de petits cheptels ne cesse de diminuer mais la progression des unités de grande dimension tend à se stabiliser.
Fortes évolutions démographiques à prévoir pour les systèmes allaitants
À la demande d’Interbev et de la Confédération nationale de l’élevage, l’Institut de l’élevage a analysé la décapitalisation…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande