Aller au contenu principal

Alpes
Des aides estives compliquées à toucher pour les groupes pastoraux

Au moment du bilan de santé de 2009, une revalorisation des surfaces en herbe a été effectuée. Depuis une nouveauté est apparue : la création de DPU sur les estives, ce qui posent problèmes aux éleveurs appartenant aux groupements pastoraux. En effet, les hectares pâturés en estives ont été intégrés à ceux de l’exploitation, faisant ainsi passer ces exploitations dans la majorité des cas, à un chargement inférieur à 0,5 en UGB/ha.

« Afin de revaloriser les surfaces en herbe de ces exploitations, la surface en herbe prise en compte pour le calcul de la dotation a été plafonnée de manière à ce que le taux de chargement de 2008 sur la surface plafonnée atteignent 0,5 UGB/ha. Ainsi, seuls ces premiers hectares ont été dotés à hauteur de 50 €/ha et des DPU ont été créés également sur les surfaces en estives.

Pour toucher le montant de ces DPU, il faut que l’éleveur déclare une surface au moins équivalent au nombre de droits à paiement créés », explique Maud Anjuère de l’APCA. « Or, dans le cas des estives collectives où le nombre d’hectares distribués à l’éleveur est évolutif d’une année sur l’autre, le problème de l’activation de ces DPU estives se pose et aucune compensation n’existe », note François Cognat, responsable de la SEMA (Société d’Economie Montagnarde de l’Ain) qui compte 22 groupements pastoraux.

D’autre part, si un éleveur laisse ses estives plus de deux années consécutives, il perd alors ces DPU estives. « Un exemple, pour illustrer simplement le souci : un exploitant ayant à un moment donné un problème sanitaire dans son troupeau, ne peut obtenir le droit de pâturer en estive collective. Il ne pourra donc pas par conséquent toucher les aides, cette année-là.

Le problème est évident pour les groupes pastoraux. Une solution serait de pouvoir mettre les DPU au nom de la structure collective et non au titre de l’exploitation individuelle de chacun, pour qu’ensuite, la première citée réaffecte les aides aux éleveurs, en fonction du nombre de bêtes mises à l’estive », conclut François Cognat.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

 © F. d'Alteroche
Pac : les différentes options sur la table pour les éleveurs bovins viande
Les services du ministère de l’Agriculture ont présenté mi-mars aux professionnels les différentes options envisagées pour le…
Les litières sont composées de paille mais également de plaquettes forestières issues de l’entretien des nombreuses haies présentes sur le parcellaire avec le choix récent d’en laisser « monter » quelque unes pour conforter la ressource en bois sur pied et s’adapter aux évolutions du climat avec davantage d’ombre en été. © F. d'Alteroche
"Un maximum de productivité par UTH et par UGB avec mon troupeau Charolais"
Bonne productivité numérique, mortalité maîtrisée, croissances de bon niveau, vêlage à deux ans de plus en plus fréquent… Tous…
Benoît Dazy. "Nos portes sont ouvertes pour nos clients, aux écoles et à toute personne qui en émet le désir afin de partager notre vision de l’élevage." © S. Bourgeois
" Quarante vaches aubracs vendues en direct "
Benoît Dazy s’attache à garder un système ultra simple, avec 40 vêlages en système bœufs et vente directe. Il trouve un bon …
La Chine fait s'envoler les cours des matières premières pour l'engraissement des bovins
La hausse est impressionnante. Elle ne concerne malheureusement pas le prix de la viande bovine mais celle des différentes…
FCO : des mesures dérogatoires s'appliqueront avec l'Italie et l'Espagne
La Loi de Santé Animale s'applique à partir du 21 avril 2021. GDS France informe que des accords ont été trouvés avec l'Italie et…
signature du partenariat entre Cloé et Charal ayant eu lieu ce jour (Alexandre RAGUET, Directeur de Cloé et Franck LUCAS, Directeur des Etablissements Charal Metz)
Un contrat Label Rouge "gros bovins" entre Cloé, Charal et Cora
L'union de coopératives Cloé a signé le 7 avril 2021 un contrat tripartite avec les établissements Charal de Metz et Cora. Il est…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande