Aller au contenu principal
Font Size

Alpes
Des aides estives compliquées à toucher pour les groupes pastoraux

Au moment du bilan de santé de 2009, une revalorisation des surfaces en herbe a été effectuée. Depuis une nouveauté est apparue : la création de DPU sur les estives, ce qui posent problèmes aux éleveurs appartenant aux groupements pastoraux. En effet, les hectares pâturés en estives ont été intégrés à ceux de l’exploitation, faisant ainsi passer ces exploitations dans la majorité des cas, à un chargement inférieur à 0,5 en UGB/ha.

« Afin de revaloriser les surfaces en herbe de ces exploitations, la surface en herbe prise en compte pour le calcul de la dotation a été plafonnée de manière à ce que le taux de chargement de 2008 sur la surface plafonnée atteignent 0,5 UGB/ha. Ainsi, seuls ces premiers hectares ont été dotés à hauteur de 50 €/ha et des DPU ont été créés également sur les surfaces en estives.

Pour toucher le montant de ces DPU, il faut que l’éleveur déclare une surface au moins équivalent au nombre de droits à paiement créés », explique Maud Anjuère de l’APCA. « Or, dans le cas des estives collectives où le nombre d’hectares distribués à l’éleveur est évolutif d’une année sur l’autre, le problème de l’activation de ces DPU estives se pose et aucune compensation n’existe », note François Cognat, responsable de la SEMA (Société d’Economie Montagnarde de l’Ain) qui compte 22 groupements pastoraux.

D’autre part, si un éleveur laisse ses estives plus de deux années consécutives, il perd alors ces DPU estives. « Un exemple, pour illustrer simplement le souci : un exploitant ayant à un moment donné un problème sanitaire dans son troupeau, ne peut obtenir le droit de pâturer en estive collective. Il ne pourra donc pas par conséquent toucher les aides, cette année-là.

Le problème est évident pour les groupes pastoraux. Une solution serait de pouvoir mettre les DPU au nom de la structure collective et non au titre de l’exploitation individuelle de chacun, pour qu’ensuite, la première citée réaffecte les aides aux éleveurs, en fonction du nombre de bêtes mises à l’estive », conclut François Cognat.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

jeunes bovins ration pommes de terre
Des pommes de terre à saisir pour nourrir le troupeau allaitant
Des disponibilités importantes de tubercules se présentent cette année pour l'alimentation animale. Daniel Platel de la chambre d…
Cinq alternatives à la paille pour la litière des bovins viande
Les disponibilités en paille s'annoncent moins importantes et plus précoces pour la campagne 2020. Différentes possibilités…
Vignette
Un bâtiment d’engraissement « caniculo-compatible »
Pour conforter une installation, le Gaec Civade dans le Cher a investi dans un bâtiment d’engraissement. Entièrement réalisé en…
rayon viande bovine bio grande distribution Leclerc
La viande bovine bio ignore la crise
L’agriculture biologique continue d’avoir le vent en poupe. Elle semble même surfer sur la vague à la faveur des critiques sur…
abattage à la ferme loire atlantique
L'AALVie lance un financement participatif pour son projet d'abattage à la ferme
L'association AALVie (abattage des animaux sur le lieu de vie) a dévoilé son projet lors d'une conférence de presse le 7 juillet…
Le concours national Charolais adultes reporté, le concours des veaux aménagé
Le conseil d’administration du Herd Book Charolais réuni le 25 juin a décidé de reporter le concours national des adultes à une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande