Aller au contenu principal

En Argentine
De profonds changements dans la filière viande bovine

La mise en culture permanente de bien des prairies, la progression de l’engraissement en feed-lot et la concentration des industriels de l’aval redessinent la carte de la filière argentine.

© C. Coulon

En Argentine, les données statistiques établies depuis 1875 font état de deux périodes de forte baisse du cheptel national. Et elles sont toutes les deux très récentes ! Entre 1994 et 1999, il a diminué de 53 à 49 millions de têtes. Un recul lié — pour faire court — au fameux « boom du soja » et à la parité du peso argentin avec le dollar. La seconde baisse historique a eu lieu entre 2008 et 2009. La sécheresse et la faible rentabilité de l’élevage ont provoqué la perte de 3 à 4 millions d’animaux supplémentaires.

À ce jour, le cheptel bovin argentin compte selon les autorités sanitaires 48 millions de têtes, toutes catégories confondues. Au cours des deux dernières décennies, trois phénomènes ont bouleversé la filière : la mise en culture permanente de 12 à 14 millions d’hectares de prairies ; la progression de l’engraissement en enclos, la forte régression de la part des animaux finis uniquement à l’herbe (adoption du système de feed-lot nord américain) et la concentration de l’industrie de l’aval.

Aléas du marché intérieur argentin

L’Argentine destine à son marché intérieur environ 90 % de sa production de boeuf. À titre de comparaison, l’Urugay exporte 67 % de sa production. La filière argentine est davantage soumise aux aléas de son marché intérieur, tandis que l’uruguayenne est très sensible aux évolutions du marché international. En Argentine, le cheptel allaitant évolue positivement au nord du pays. La province centrale de Buenos Aires reste la mieux lotie avec 16 millions de têtes. Mais elle en comptait 21 millions en 2003! Même scénario dans la province de La Pampa, où le cheptel est passé sur cette période de 4,2 à 2,9 millions de têtes et à Córdoba, dont les effectifs ont chuté de 7 à 5 millions. Les provinces dont le cheptel bovin a augmenté sont Salta, Santiago del Estero et Formosa.

Moindre productivité au Nord

Víctor Tonelli, expert argentin pour ce secteur fait aussi observer que la productivité numérique des troupeaux situés dans les zones tropicales du nord du pays est inférieure à ceux de la province de Buenos Aires. Dans le premier cas, il s’agit d’animaux de souche zébu élevés dans des conditions mettant souvent à l’épreuve l’organisme des animaux. Dans le deuxième cas, ce sont des animaux de race britannique (Angus et Hereford) parfaitement adaptée à un milieu tempéré.

Depuis un peu plus d’un an, les industriels de l’aval sont aussi confrontés à une nette réduction du volume de bétail disponible avec des abattoirs qui fonctionneraient même parfois à seulement la moitié de leur capacité. Le nombre d’animaux abattus s’est élevé en 2009 à 16 millions de têtes, année de forte liquidation de cheptel post-sécheresse. Depuis, ce chiffre tourne autour de 11 millions de têtes.

Enfin, la demande de boeuf par habitant a baissé sur le marché intérieur. Les habitudes argentines n’ont pas résisté à l’inéluctable hausse du prix de la viande bovine au détail, et se tournent chaque année davantage vers le poulet et le porc. La consommation de boeuf reste cependant impressionnante même si elle est tombée de 69,4 kg en 2009 à 51,6 kg par an par habitant en 2010. Cela ne veut donc pas dire que les Argentins ont renoncé à la traditionnelle grillade – el asado -, mais le prix du boeuf devient nettement plus dissuasif au quotidien pour les couches populaires. Les volumes exportés se réduisent. Pour la seconde année consécutive, alors que cela n’était jamais arrivé, l’Argentine n’a pas fourni la totalité du fameux contingent Hilton, qui lui donne le doit d’exporter vers l’Union européenne 28 000 tonnes de morceaux choisis à tarif d’importation préférentiel.

Les années 2010 et 2011 resteront dans l’Histoire parmi les pires pour l’exportation de boeuf argentin. Lamentable pour ce vaste pays qui a le plus grand cheptel de race britannique au monde !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Emmanuelle Ducros © DR
Emmanuelle Ducros : « le RIP pour les animaux est un piège intellectuel "
Emmanuelle Ducros, journaliste économique et spécialiste des questions agricoles à l’Opinion nous éclaire sur le référendum pour…
 © C.Delisle
Un « RIP » qui agace bien des acteurs de la ruralité
Un Référendum d’initiative partagée pour les animaux a été lancé début juillet par le journaliste Hugo Clément. Cette initiative…
Un marché des broutards mâles sérieusement engorgé
La demande n’est pas au rendez-vous pour les taurillons finis et l’abondance de cette marchandise dans la plupart des pays…
Claude Piet (à droite) et Mickaël Lelaure de Terrena. « Le changement le plus net est que les jeunes bovins sont plus calmes et passent plus de temps couchés. » © S. Bourgeois
Une alimentation compacte pour éviter tout tri de la ration
Au Gaec des Puits dans le Maine-et-Loire, de l’eau est ajoutée dans la ration complète des jeunes bovins, depuis deux ans. Ce…
Le bâtiment de la Sepab permet de faire le tampon entre l’arrivée des animaux et leur chargement sur le bateau dans des conditions confortables. A Tarragone (Espagne), principal concurrent de Sète, ils attendent dans les camions ! © Sepab
Sète, le seul port européen certifié bien-être animal
À Sète, les animaux sont choyés dans un bâtiment flambant neuf. L’acheminement et le séjour au port sont certifiés bien-être…
 © C. Mandin
Cédric Mandin, FNB : « il faut se focaliser sur les indicateurs de marché »
Cédric Mandin, éleveur en Vendée et secrétaire général de la Fédération nationale bovine, tire le bilan de l’action de retenue en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande