Aller au contenu principal
Font Size

Alimentation des bovins
De nouvelles recommandations pour les animaux à l´engraissement

Un nouveau modèle plus analytique a été développé par l´Inra pour établir des recommandations alimentaires pour vaches de réforme à l´engraissement. Le modèle a été réactualisé pour les génisses et jeunes bovins.


Le modèle utilisé par l´Inra dans le livre à paraître en février 2007 définit beaucoup plus précisément que celui de 1988 la situation initiale de la vache, quand elle démarre sa période de finition. En effet, il tient compte de la race, du format, de l´âge et de l´état d´engraissement de l´animal. Le modèle prédit ensuite la composition du gain de poids vif des animaux, qui se répartit entre les lipides déposés (autrement dit le gras) et les protéines (le maigre). Ceci permet d´intégrer les réponses variées des différents types de vaches existantes. « Ces recommandations reflètent qu´avec l´âge, les vaches déposent proportionnellement davantage de lipides. Autre exemple, quand la note d´état corporel au moment de la mise à l´engraissement augmente, le gain de poids vif est de même plus riche en lipides », explique Florence Garcia de l´Inra de Theix (Puy-de-Dôme). Quatre formats ont été définis à partir de la hauteur au garrot. Comme le modèle tient compte par ailleurs du poids vif, on comprend que l´on approche ainsi les différents types morphologiques de vaches et leurs réponses spécifiques aux rations d´engraissement.
Les recommandations intègrent entre ces différents facteurs des interactions et des effets cumulés. Prenons l´exemple d´une vache charolaise de cinq ans, pesant 720 kg vifs en début d´engraissement et 800 en fin, avec un objectif de croissance de 1 000 g/jour. Ses besoins sont estimés à 11,5 UFV/jour si sa note d´état initiale est de 1,5, et ils sont à 12,1 UFV/jour lorsque sa note d´état finale est de 3,5. « Il est certain que ces nouvelles recommandations correspondent mieux aux pratiques des engraisseurs qui concentrent la densité énergétique de la ration au cours de la finition », précise Jacques Agabriel de l´Inra de Theix.
Cette même vache âgée de 3 ans a des besoins initiaux estimés à 11,3 UFV/jour, mais si elle est âgée de 8 ans, ses besoins passent à 11,7 UFV/jour.
Ce modèle associe ajustement d´équations et expertise. Globalement, les besoins sont supérieurs à ceux publiés en 1988. ©D. R.

Deux modèles pour les races à viande
Autre nouveauté très intéressante, ces recommandations ont été déclinées selon le type de race, qui est un autre facteur important de variation du comportement à l´engraissement. Deux modèles sont proposés pour les races à viande. L´un est construit sur les vaches charolaises et s´applique aussi aux Rouges des Prés ; l´autre est construit sur les Limousines et est proposé aussi pour les Blondes d´Aquitaine.
« Concernant les races rustiques, nous n´avons pas suffisamment de données disponibles actuellement pour établir des recommandations spécifiques à ces races. On peut néanmoins estimer les besoins de ces animaux avec les recommandations des races à viande, en considérant que l´on a affaire à un animal de plus petit format. »

Un travail similaire a été réalisé pour les animaux en croissance et à l´engraissement, c´est-à-dire les jeunes bovins et les génisses viande. Le modèle de définition des apports recommandés à partir de l´énergie fixée dans le gain de poids a été réactualisé. Les poids vifs et les GMQ proposés tiennent compte de l´évolution génétique des races et des pratiques d´engraissement depuis les années quatre-vingt. Pour les jeunes bovins, les recommandations sont proposées pour des GMQ allant jusqu´à 2000 g/jour par exemple.
Dans certains cas pour génisses et vaches de réforme, les besoins en UFV sont plus faibles à mêmes poids et GMQ par rapport aux recommandations de 1988, mais globalement ils sont plutôt sensiblement supérieurs. « Ainsi pour les jeunes bovins, ils sont supérieurs pour un même GMQ de 0,3 à 0,4 UFV par jour », analyse Florence Garcia.

En savoir plus
Pour les vaches de réforme, le Livre rouge à paraître en février 2007 donnera au chapitre 5 deux tableaux des recommandations pour vaches de réforme à l´engraissement : un pour les races à viande et un autre pour les races laitières.
Au cours du premier semestre 2007, le logiciel Inration intégrera trois modèles pour les races à viande.
Pour les jeunes bovins et les génisses viande, le Livre distinguera 16 catégories d´animaux parmi lesquelles le type génétique (tardif ou précoce).
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Bâchage des silos : des pistes pour dégager les pneus
Machinisme
La bonne conservation du tas d’ensilage passe par la pose d’une couverture parfaitement hermétique. Si la qualité des bâches est…
L’intérêt de l’épeautre en alimentation du troupeau allaitant tient à la présence des glumes.
L'épeautre, une céréale qui n'apporte pas que de l'énergie
Par la présence des enveloppes du grain riches en cellulose, l’épeautre est utile en engraissement pour sécuriser la ration. Il…
carte Arvalis estimation date de début de récolte du maïs ensilage
Les ensilages de maïs pourraient débuter plus tôt que prévu
Arvalis a publié une carte des dates de début possible des chantiers d'ensilage de maïs. Ce sera autour du 20 août en Rhône-Alpes…
broutards charolais au pré
L'offre en broutards restera limitée dans les prochains mois

Au 1er juin 2020, on dénombrait 511 000 mâles de race allaitante âgés de 6 à 12 mois dans la BDNI : un effectif en recul de 3…

David Durand, éleveur au GAEC des Gariottes (à gauche) et Christophe Seringe, technicien d’élevage à la SCA Le pré vert (à droite), un tandem de choc pour développer le veau rosé bio. © E. Durand
Le veau rosé bio comme alternative au broutard
Le veau rosé bio s’est développé depuis une dizaine d’années dans le Sud-Ouest. Pour le Gaec des Gariottes en Corrèze, cette…
Le kéfir est distribué à la naissance puis une fois par jour pendant les deux jours suivants. © L. Lamarre
Le kéfir pour hygiéniser le tube digestif des veaux
Le kéfir est une boisson fermentée fabriquée à partir de lait ou de sucre. Son usage se développe beaucoup en élevage bovin ces…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande