Aller au contenu principal
Font Size

De nouveaux méteils riches en légumineuses

Moins de céréales et plus de légumineuses dans le mélange, qui est récolté précocément avant l’implantation d’un maïs. C’est une nouvelle formule de méteils testée par un groupe d’éleveurs laitiers de Bretagne.

Le nouveau fourrage affiche souvent moins de 20 % de MS à la récolte.
Le nouveau fourrage affiche souvent moins de 20 % de MS à la récolte.
© Chambre d'agriculture 35

Un groupe d’éleveurs laitiers suivis par la chambre d’agriculture d’Ille-et-Vilaine teste depuis un an le « méteil dérobé », qui a pour but de fournir un maximum de protéines. La composition est de 15 kilos/hectare d’avoine, 50 kg/ha de pois fourrager, 30 kg/ha de vesce, 50 kg/ha de féverole pour un semis en octobre. En zone plus tardive, pour un semis fin octobre début novembre, l’avoine est montée à 30 kg/ha et la vesce à 40 kg/ha. L’objectif est de récolter avant la chute des PDI, et avec une valeur UF pas trop pénalisée. Le stade début d’épiaison de la céréale est à viser. Souvent la fauche intervient mi-mai, et certaines années elle est possible fin avril. « Une astuce consiste à semer dans les mélanges à haute valeur protéique un peu d’orge avec la céréale. Quand l’orge épie, c’est qu’il est temps de récolter », conseille Jérémy Guil de la chambre d’agriculture d’Ille-et-Vilaine. Ce fourrage a une forte teneur en eau à la récolte (souvent moins de 20 % de MS). Pour atteindre les 30 % de MS nécessaires à la réussite de l’ensilage, un fanage se révèle en général nécessaire. « Si le temps est beau, il est aussi possible de juste laisser sécher à plat au sol une journée avant d’ensiler », fait remarquer Benoît Possémé de la chambre d’agriculture de Bretagne. « Ce type de méteil est difficile à enrubanner : le taux de 40 % de MS est rarement atteint. Si on attend juin-juillet pour faucher, le risque de verse est très important. » Ceci du fait que le rôle de tuteur des céréales est moins bien assuré que dans le cas d’une composition de méteil classique. Autre particularité, l’effet barrière des céréales contre les maladies est moins marqué et le mélange peut faire l’objet d’une attaque de botrytis.

14 à 19 % de MAT contre 10 à 12 % pour un méteil classique

Le rendement obtenu dans le groupe s’est élevé à 5 à 7 tMS/ha, soit beaucoup moins que pour un méteil classique triticale/pois qui fournit 8 à 12 tMS/ha. Mais le but recherché est atteint : la teneur en protéines est améliorée par rapport à un méteil classique, avec en moyenne 15 % de MAT contre plutôt 10 à 12 % en général pour un méteil classique. Et la valeur énergétique est quasiment identique à celle d’un bon méteil classique (autour de 0,85 UFL). Cependant, entre les différents éleveurs du groupe, une variabilité conséquente des résultats est observée. La teneur en MAT a varié de 14 à 19 % selon la date de récolte et les stades des différentes espèces du mélange. Le coût total des semences est élevé, à environ 200 euros par hectare, auxquels s’ajoutent environ 250 euros par hectare de frais de récolte. Le bilan est intéressant à l’échelle de la parcelle avec les deux récoltes qui fournissent 15 à 20 tMS/ha de fourrage dans l’année. Les éleveurs cultivent en effet un maïs précoce après l’ensilage du méteil. « Ce type de conduite est sans doute à réserver aux sols de qualité. En sol très séchant, cela ne fonctionnera vraisemblablement pas, car le maïs ne disposera pas de suffisamment d’eau », précisent les conseillers. Même si on manque encore de références sur ce type de fourrages, ils constituent une piste pour créer un fourrage apte à la croissance de bovins allaitants.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Bâchage des silos : des pistes pour dégager les pneus
Machinisme
La bonne conservation du tas d’ensilage passe par la pose d’une couverture parfaitement hermétique. Si la qualité des bâches est…
L’intérêt de l’épeautre en alimentation du troupeau allaitant tient à la présence des glumes.
L'épeautre, une céréale qui n'apporte pas que de l'énergie
Par la présence des enveloppes du grain riches en cellulose, l’épeautre est utile en engraissement pour sécuriser la ration. Il…
carte Arvalis estimation date de début de récolte du maïs ensilage
Les ensilages de maïs pourraient débuter plus tôt que prévu
Arvalis a publié une carte des dates de début possible des chantiers d'ensilage de maïs. Ce sera autour du 20 août en Rhône-Alpes…
broutards charolais au pré
L'offre en broutards restera limitée dans les prochains mois

Au 1er juin 2020, on dénombrait 511 000 mâles de race allaitante âgés de 6 à 12 mois dans la BDNI : un effectif en recul de 3…

David Durand, éleveur au GAEC des Gariottes (à gauche) et Christophe Seringe, technicien d’élevage à la SCA Le pré vert (à droite), un tandem de choc pour développer le veau rosé bio. © E. Durand
Le veau rosé bio comme alternative au broutard
Le veau rosé bio s’est développé depuis une dizaine d’années dans le Sud-Ouest. Pour le Gaec des Gariottes en Corrèze, cette…
Le kéfir est distribué à la naissance puis une fois par jour pendant les deux jours suivants. © L. Lamarre
Le kéfir pour hygiéniser le tube digestif des veaux
Le kéfir est une boisson fermentée fabriquée à partir de lait ou de sucre. Son usage se développe beaucoup en élevage bovin ces…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande