Aller au contenu principal
Font Size

De nouveaux équilibres pour la pulpe deshydratée après la fin des quotas sucre

En octobre 2017, le régime européen des quotas sucre prendra fin pour laisser place à des accords interprofessionnels. Les industriels sucriers projettent une augmentation sensible de leur production et, potentiellement, le volume commercialisé de pulpes de betterave deshydratées devrait augmenter. Cependant, le marché de la "pulpe deshy" pour l’alimentation animale ne devrait pas s’en trouver bouleversé.

« Chez Désialis, nous estimons que la ressource augmentera d’environ 10 % en 2017 », confie Florent Pugibet, de Désialis. Ce sont des cours plutôt à la baisse, et surtout plus volatils auxquels s’attendent les planteurs de betterave. Mais le prix de la pulpe de betterave deshydratée est pour sa part avant tout dirigé par le marché des sources d’énergie pour l’alimentation animale — les céréales et les produits de substitution aux céréales. La pulpe deshydratée représente d’ailleurs un tout petit volume sur ce marché. D’autre part, une importante proportion des pulpes deshydratées françaises sont déjà exportées (en Afrique du Nord, en Extrême-Orient et au Proche-Orient) et le surplus de production en France pourrait trouver une partie au moins de ses débouchés sur ces marchés. D'autre part, la méthanisation peut faire partie des schémas de développement industriel à l’avenir ; mais, étant donné le niveau des prix, il est peu probable que les pulpes entrent dans les process en France. « Nous tablons donc sur de nouveaux équilibres pour le marché de la pulpe deshydratée à partir de 2017, mais pas sur une rupture fondamentale », explique Florent Pugibet.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Les systèmes les plus rémunérateurs ont joué systématiquement sur une part suffisante de céréales autoconsommées (>50 % des concentrés consommés de l’atelier), sur une bonne gestion du poste mécanisation, une productivité des UGB correcte et une productivité de la main-d’œuvre satisfaisante. © C. Delisle
Systèmes d'élevage bovins viande, quelle rentabilité ?
Un traitement statistique des coûts de production, collectés sur trois ans dans les Pays de la Loire et en Deux-Sèvres, a permis…
jeunes bovins ration pommes de terre
Des pommes de terre à saisir pour nourrir le troupeau allaitant
Des disponibilités importantes de tubercules se présentent cette année pour l'alimentation animale. Daniel Platel de la chambre d…
Cinq alternatives à la paille pour la litière des bovins viande
Les disponibilités en paille s'annoncent moins importantes et plus précoces pour la campagne 2020. Différentes possibilités…
Vignette
Un bâtiment d’engraissement « caniculo-compatible »
Pour conforter une installation, le Gaec Civade dans le Cher a investi dans un bâtiment d’engraissement. Entièrement réalisé en…
« Les vaches boivent beaucoup plus naturellement dans les bacs collectifs de la nouvelle stabulation », observe l’éleveur. © R. Corneloup
Rémy Corneloup : "des abreuvoirs collectifs et un compteur d'eau"
Rémy Corneloup, éleveur à Curbigny en Saône-et-Loire, a opté pour un système d’abreuvement collectif, afin d’offrir une eau en…
Le concours national Charolais adultes reporté, le concours des veaux aménagé
Le conseil d’administration du Herd Book Charolais réuni le 25 juin a décidé de reporter le concours national des adultes à une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande