Aller au contenu principal

De l'avantage de posséder un taureau en copropriété

Une bonne entente entre éleveurs est un préalable pour acheter un taureau à plusieurs. Cela permet d'accéder à une meilleure génétique et aussi de gagner en pouvoir d'achat.

Un taureau détenu en copropriété peut faire 
la monte dans deux élevages au cours de la même année, si les périodes de vêlage sont décalées.
Un taureau détenu en copropriété peut faire
la monte dans deux élevages au cours de la même année, si les périodes de vêlage sont décalées.
© S. Bourgeois

L'achat de taureaux en copropriété peut apporter plusieurs bénéfices sur le plan génétique. « Ce mode d'achat peu répandu est motivé par la volonté de certains éleveurs d'investir dans une haute qualité génétique, donc des taureaux à un meilleur potentiel génétique qu'ils ne peuvent se le permettre seuls, grâce à un pouvoir d'achat multiplié par deux ou plus, explique Florence Marquis, directrice de l'OS Charolaise. C'est aussi le moyen de s'ouvrir à une gamme plus large de choix de reproducteurs pour le même budget, en achetant par exemple deux taureaux à 50 % au lieu d'un seul à 100 %. C'est aussi parfois se donner les moyens d'acheter le taureau auquel on tient absolument, puisqu'à plusieurs, on pourra suivre, si les enchères montent.
« Souvent, les éleveurs qui achètent en commun un taureau renouvellent l'expérience tous les ans ou tous les deux ans, et ils mutualisent ainsi l'utilisation des taureaux, un peu comme ils peuvent le faire pour du matériel », remarque Jérôme Nègre de Blonde Génétique. « La grande différence, c'est qu'un taureau ne s'amortit pas. Il y a à ce stade de réflexion un aspect comptable à appréhender. »


Se mettre d'accord en amont sur le choix du taureau


Pour que cela fonctionne, il faut d'abord s'entendre sur le choix de l'animal. Pour son utilisation, cela nécessite ensuite de définir certaines règles entre éleveurs qui se jouent à l'amiable, par oral, et de se faire confiance. Il est nécessaire de partager le même statut sanitaire. Si les périodes de vêlage sont décalées, le taureau peut faire la monte dans deux élevages au cours de la même année. Cela nécessite quand même une certaine souplesse dans l'organisation de la part de chacun. Il peut aussi passer une année chez l'un, puis une année chez l'autre. Souvent, les éleveurs choisissent de faire prélever le taureau pour la monte privée (coût environ 500 euros) et de se partager les paillettes. C'est un peu difficile à gérer réglementairement, mais cette solution permet à chacun de faire l'usage du taureau qu'il désire. C'est aussi plus pratique si les élevages sont éloignés géographiquement.
Une autre solution est de créer un GIE, qui rassemble en général au moins une dizaine d'éleveurs. C'est souvent alors de la part des éleveurs, un choix délibéré de travailler en commun, à l'image de ce qu'ils font en adhérant à une Cuma. Dans ce cas, un animateur gère le fonctionnement du groupe et notamment la concertation en amont de l'achat. Le taureau est alors prélevé et agréé aux normes IA publiques (coût moyen environ 5000 euros).
« Quelle que soit l'organisation retenue, le plus délicat est de se mettre d'accord en amont sur le choix du taureau, c'est-à-dire de hiérarchiser les critères de sélection en fonction de l'animal recherché qui dépend des objectifs de sélection fixés par chacun dans son troupeau », remarque Florence Marquis. Un premier tri se fait selon le pedigree, le niveau génétique à partir des données éditées dans les catalogues de vente ou sur les sites Internet (données génétiques, photos et vidéos). Une fois cette pré-sélection faite, les éleveurs mandatent des représentants en qui ils ont confiance pour finaliser le choix. Une visite conforte ce choix en étudiant la morphologie des parents et leur production.

Les plus lus

Camion d'abattoir mobile du Boeuf ethique
L’abattoir mobile du Bœuf éthique vendu aux enchères 152 000 euros

Plus d’un an après la liquidation du Bœuf Ethique, premier outil d’abattage mobile en France, son matériel a été mis en vente…

parage fonctionnel des pieds bovins
Boiteries : « Je me suis formé au parage fonctionnel »

Guillaume Sansoit, éleveur de charolaises dans la Nièvre, a suivi avec un de ses salariés une journée de formation sur le…

L’implantation de la cage est à raisonner pour qu’un homme seul puisse y amener ses bovins en sécurité.
Boiteries : choisir une cage de parage adaptée aux vaches allaitantes

La cage de parage devient un équipement incontournable pour les exploitations touchées par la dermatite digitale. Veillez à…

Les prix d'honneur ont été difficiles à départager au concours de Varennes-sur-Allier (Allier), tenu les 15, 16 et 17 mars en race charolaise. « Une série d'une vingtaine de génisses, aux conformation et qualité de viande hors-normes, s'est particulièrement démarquée. Le lot était très homogène, avec des volumes de carcasse qui dépassaient les 650 kg », rapporte Olivier Chaveroche, responsable au concours.
Bovins de boucherie : les concours de Pâques enregistrent de belles ventes

Après une édition 2023 en demi-teinte, les organisateurs des traditionnels concours de Pâques tirent un bilan plutôt positif…

jeunes bovins charolais boiteries morbihan bretagne
Boiteries : « Nous avons dû jouer sur plusieurs fronts pour lutter contre panaris, Mortellaro et fourbure »

Gwendal Marchand a résolu une bonne partie des problèmes de boiteries sur son exploitation grâce à un audit approfondi avec…

prairie en Gironde
Prairies : la mise à l’herbe encore attendue sur une grande moitié Nord de la France

Les éleveurs devront encore s’armer de « patience » et faire preuve de « réactivité » pour assurer la mise…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande