Aller au contenu principal

De la pomme de terre dans les rations

L'étranglement reste un risque très modéré. Les vaches croquent les pommes de terre au même titre qu'une betterave.
L'étranglement reste un risque très modéré. Les vaches croquent les pommes de terre au même titre qu'une betterave.
© E. Durand

Le prix d’intérêt de la pomme de terre se situe entre 45 et 55 € la tonne brute. Comme elle est composée à 80 % d’eau, le coût de la tonne de matière sèche est donc cinq fois plus élevé.

« Aujourd’hui, le surplus de pommes de terre est tel que les producteurs se sont tournés vers les éleveurs de ruminants pour les leur proposer à un prix oscillant entre 20 et 25 € la tonne brute hors coût de transport », remarque Benoît Rouillé, de l’Institut de l’élevage.

Notons que la valeur en énergie est assez élevée, environ 1,22 UFV/kg de MS pour une valeur en PDIN de 63 g/kg MS et 103 g/kg MS de PDIE. Elle contient 70 % d’amidon. « La pomme de terre entière peut ainsi représenter une solution au déficit fourrager de ce printemps tout en diversifiant les rations, que ce soit pour les vaches, génisses, jeunes bovins ou boeufs, à condition de prendre certaines précautions », poursuit Benoît Rouillé.

Cet aliment ne doit pas être incorporé pour plus de 40 % de la ration. Les pommes de terre peuvent être stockées en tas, sur une surface bétonnée, et doivent être consommées assez rapidement. À la distribution, elles doivent être relativement propres pour ne pas salir l’auge.

ATTENTION À LA TRANSITION

« Pour éviter les troubles digestifs, une transition de 10 à 15 jours est nécessaire, et le produit ne doit pas être distribué la panse vide. Il convient par ailleurs de l’employer de façon continue, sans rupture des apports et sans oublier de toujours vérifier les performances zootechniques. » Lorsque les animaux consomment une grande quantité de pommes de terre, il faut ajouter à la ration une source de fibres (fourrage grossier) pour assurer un fonctionnement normal et efficace du rumen.

« Différents coproduits de l’industrie de la pomme de terre sont également disponibles et utilisables dans les rations des bovins », note Benoît Rouillé. On peut les classer dans deux catégories: les coproduits crus (pulpe de féculerie, screenings, amidon cru) et les coproduits cuits (pelure vapeur, purée pelure et purée raclée).

Pour des animaux en engraissement, la proportion ne doit pas dépasser 35 à 40 % de la matière sèche totale dans le cas de coproduits crus, et 30 à 35 % dans le cas des cuits. Ils sont très souvent utilisés en remplacement d’autres sources énergétiques provenant des concentrés. Dans la pratique, ils permettent également de diversifier les apports nutritifs de la ration.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

tas de fumier compact maturé stocké au champ
Le fumier stocké au champ ne présente pas de risque de pollution nitrique
D'après un essai à la ferme expérimentale de Derval, le stockage du fumier compact ou très compact en andain au champ, après deux…
 L’outil mesure 6 m de long. Il se positionne sur le télescopique soit dans l’alignement de la flèche ou perpendiculairement à cette dernière. Ces deux positionnements correspondent aux deux usages pour lequel cet outil a été conçu et est utilisé : à savoir faciliter la mise en place des bâches en plastique une fois le silo tassé ou soulever les barrières en tubulaires dans la stabulation en intervenant à distance depuis le couloir situé devant les ... © F. d'Alteroche
Tirer les bâches d’ensilage sans efforts
À Thoisy-le-Désert en Côte-d’Or, Ludovic Roy place et retire sans difficultés les bâches en plastique des silos avec une rallonge…
Vignette
Plan de relance : des aides pour la biosécurité et le bien-être animal
Le volet agricole du plan de relance comprend une mesure « pacte biosécurité et bien-être animal ». Le dispositif sera piloté par…
Prix des céréales : les raisons de la flambée des cours
Grandes Cultures
Blé, orge, maïs : les prix de l'ensemble des marchés des céréales ont connu une hausse brutale ces dernières semaines. Cette…
Cette année, la campagne de vêlages se passe vraiment bien avec 85 % de vêlages sans aide, et les retours en chaleurs sont nettement plus rapides qu’auparavant. Pour certaines, c’est quinze jours après le vêlage. © S. Bourgeois
Une approche globale pour une reproduction au top
Des vaches bien préparées au vêlage retournent vite en chaleurs. C’est l’expérience qu’a faite Jean-Michel Michelot, éleveur dans…
Le plan protéines n’oublie pas l’herbe

La stratégie nationale protéines végétales, dévoilée le 1er décembre vise à réduire la…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande