Aller au contenu principal

Alimentation bovins
De la luzerne toute l´année, en foin ou en vert

Eleveur de Limousines dans le nord de la Charente, à La Faye (16), Philippe Fradin cultive une dizaine d´hectares de luzerne. Elle est distribuée à tout le troupeau, un peu en vert et surtout en foin.


Philippe Fradin, éleveur à la Faye (16), exploite des terres calcaires qui se prêtent bien à la culture de la luzerne. "J´apprécie les avantages que cette plante apporte sur l´amélioration de la structure du sol, qui se fait sentir durant toute la rotation, et sur la gestion de l´azote, explique-t-il. Et elle rentre dans le régime alimentaire de tout le troupeau." La luzerne est implantée successivement sur toutes les parcelles de culture. "Sur les terres les plus calcaires et les terres sablonneuses, elle tient bien pendant quatre ans. Si le pH du sol est plus bas, elle s´éclaircit et les tiges deviennent grosses, et je les détruis au bout de trois ans." Le retour sur une parcelle donnée intervient quand un maximum de temps s´est écoulé entre deux luzernes."Sinon, le développement des plantes est moins important et on risque davantage de problèmes de parasites, en particulier de champignons." Les parcelles d´implantation sont aussi choisies en fonction de l´apport de fumier. Celles qui sont trop éloignées pour recevoir du fumier reviennent en luzerne plus souvent que les autres, tous les six ou sept ans, pour bénéficier de son effet sur l´amélioration de la structure du sol et de la restitution d´azote à la culture suivante.
En vert et en foin
Sur celles qui sont fumées, elle revient tous les dix à onze ans. La luzerne est intercalée entre deux plantes sarclées, maïs ou tournesol (qui sont ensuite suivies d´un blé puis d´un colza). La première coupe est entièrement consommée par le troupeau et les deux suivantes sont pour moitié vendues. Ce sont en moyenne dix à douze tonnes de MS/ha qui sont récoltées chaque année en foin. "Il faut avoir cinq jours de soleil entre la coupe et le pressage pour réussir le foin, avec deux fanages et un andainage. Je vise pour faucher le stade où 40 % des boutons sont éclos." La première coupe intervient durant la première quinzaine de juin. Il faut ensuite compter trente à trente cinq jours avec près 20 mm de pluie entre chaque coupe. "Si la troisième coupe est d´un rendement faible faute de pluie, j´arrive à faire une quatrième coupe à l´automne." Elle est alors ramassée à l´ensileuse, à raison d´environ 2 tonnes chaque matin, et elle est distribuée en vert aux vaches en lactation, en complément d´une ration à base d´ensilage. Si le climat d´août et septembre est favorable, il arrive aussi à Philippe Fradin de réaliser à l´automne une première coupe sur une parcelle semée au printemps."Les tiges sont alors petites et ce fourrage est très riche."
Parcelle de luzerne ©SB

Parcelle de luzerne (SB)
La luzerne reçoit chaque année un apport d´engrais en janvier (300 kg de chlorure à 60 % et 250 kg de phosphate super 45). Elle est aussi desherbée à la mi-février.

Le foin de première coupe est plus dur que celui des deuxième et troisième coupes et les vaches en mangent moins. Seules les vaches taries consomment du foin de première coupe. L´éleveur le met à disposition dans des rateliers et elles en consomment de deux à quatre kilos de MS par jour. Quand les vêlages sont bien avancés (ils interviennent de la fin août à la mi-octobre) les vaches qui commencent leur lactation reçoivent le foin de luzerne des deuxième et troisième coupes, avec de l´ensilage de ray-grass à volonté et un mélange broyé de 300 g de pois et 800 g d´orge. Les vaches dont la lactation commence en fin d´été peuvent aussi recevoir une autre ration, à base de colza fourrager (dix à douze kilos bruts/jour) et de foin de luzerne de première coupe, puis passer en décembre quand tout le colza a été consommé à une ration à base de maïs ensilage avec le même mélange de concentré. Pour leur engraissement, les vaches recoivent aussi du foin de deuxième et troisième coupes, avec environ quinze kilos d´ensilage de maïs. "Même au moment du sevrage des veaux, les vaches en ont un peu : je leur distribue la paille d´orge qui contient de la luzerne, issue des parcelles de semis sous couvert. A ce régime pendant quelques jours, elles supportent bien le tarissement, sans maigrir."
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

La production de veaux sous la mère n’a pas vu d’embellie sur ses cours contrairement aux autres productions d’élevage.
Le veau sous la mère subit de plein fouet la crise
Confrontée à la progression des prix du maigre et à l’érosion du nombre de producteurs, la filière veau sous la mère est inquiète…
« On voulait un système de barrière qui nous aide à canaliser des lots de bétail entre des bâtiments. Mais on voulait aussi quelque chose de mobile et facile à déplacer. » expliquent Pierre et Alexandre Coudour. Père et fils ont pour cela mis au point cette barrière de 4 mètres de long contre laquelle peut venir se rabattre deux barrières de 3 mètres soit 10 mètres une fois dépliées. Ce n’est pas pour autant un outil de contention à proprement ...
"J'ai fabriqué une barrière mobile pour canaliser les bovins"
Au Gaec des Belins à Saint-Forgeux-Lespinasse, dans la Loire, une barrière mobile dépliable facile à déplacer aide à canaliser…
Le Gaec Camus Père et Fils s’est illustré lors des 72 heures de la Limousine
  L’édition 2022 du concours national Limousin s’est tenue pour la première fois dans la Sarthe, dans le cadre de la Foire du…
Le marché européen du jeune bovin bien orienté
En Allemagne et en Italie, les cours des jeunes bovins ont entamé leur hausse saisonnière. Entre une offre globalement limitée et…
A côté des baignoires, une partie des abreuvoirs sont métalliques et permettent d’être alternativement utilisés dans deux voire trois pâtures compte tenu de la gestion des lots en pâturage tournant.
De l’eau de forage 365 jours par an pour abreuver les bovins
Installé dans le Puy-de-Dôme, le Gaec Courteix a mis en place un forage en 2010. Il approvisionne tout l’hiver les abreuvoirs des…
Après : Les salers peuvent boire mais n'ont plus la possibilité de patouiller dans le ruisseau. À signaler au centre de la photo, l'aménagement d'un franchissement avec un tuyau en PHED permettant au bétail et aux engins de franchir à sec le ruisseau.
De l’eau propre pour abreuver les bovins sans salir les ruisseaux
L’aménagement de points d’eau en pâture diminue le salissement des ruisseaux et les atteintes à l’environnement en permettant aux…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande