Aller au contenu principal
Font Size

« De la balle de riz pour litière »

« Depuis quatre ans, la balle de riz constitue la litière des vaches et des génisses. C’est l’enveloppe du grain de riz, que je me procure auprès d’un négociant qui s’approvisionne en Camargue.
Une couche de 15 cm est étalée au godet grand volume. L’entretien se résume ensuite à rajouter une fois par semaine 3 à 4 m3 par case, quand je cure derrière la marche. J’en utilise environ 400 m3 par hiver, de début décembre à début avril, pour la stabulation de 700 m2 logeant 62 Charolaises suitées. Les vêlages sont centrés sur janvier. Le bâtiment n’est pas très chargé et j’aime bien que les animaux restent très propres. La balle de riz fait vraiment très peu de poussière, ce qui limite les problèmes respiratoires et n’encrasse pas les bardages. Son pouvoir d’absorption est très important et sa texture très fine. La température de la litière monte très peu par rapport à de la paille.
Pour les laitonnes et génisses de 18 mois, je cure une fois au cours de l’hiver et c’est la seule fois où je fais leur litière. Les premiers vêlages se réalisent sur balle de riz, puis je fais l’appoint en paille pour des questions pratiques. La balle de riz ne pose aucun problème sanitaire au vêlage mais reste facilement collée à l’éleveur…
J’ai fait analyser le fumier : le pH était supérieur à 7, la teneur en azote comparable à celle d’un fumier pailleux, et la teneur en phosphore supérieure. C’est un fumier qui disparaît très rapidement dans le sol après épandage. Il est facile à travailler, sollicite peu le matériel et j’ai moins de volume à manipuler.
J’achète en général la balle de riz en vrac (17 euros/m3 cette année, soit environ 130€/tonne - dans une tonne il y a autour de 7,5 m3). Il faut de la place pour pouvoir stocker. J’ai calculé que le prix était équivalent à celui d’une paille de céréales à 85 euros/t. J’en prends aussi parfois un peu en bottes, c’est un peu plus cher et il faut prendre le coup de main pour les manipuler soit au godet multiservice soit simplement avec deux dents à paille.
Je n’ai pas de pailleuse. Mon objectif étant de démarrer le moins souvent possible un tracteur, la litière en balle de riz est une bonne solution chez moi. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

L’intérêt de l’épeautre en alimentation du troupeau allaitant tient à la présence des glumes.
L'épeautre, une céréale qui n'apporte pas que de l'énergie
Par la présence des enveloppes du grain riches en cellulose, l’épeautre est utile en engraissement pour sécuriser la ration. Il…
carte Arvalis estimation date de début de récolte du maïs ensilage
Les ensilages de maïs pourraient débuter plus tôt que prévu
Arvalis a publié une carte des dates de début possible des chantiers d'ensilage de maïs. Ce sera autour du 20 août en Rhône-Alpes…
abattage à la ferme loire atlantique
L'AALVie lance un financement participatif pour son projet d'abattage à la ferme
L'association AALVie (abattage des animaux sur le lieu de vie) a dévoilé son projet lors d'une conférence de presse le 7 juillet…
broutards charolais au pré
L'offre en broutards restera limitée dans les prochains mois

Au 1er juin 2020, on dénombrait 511 000 mâles de race allaitante âgés de 6 à 12 mois dans la BDNI : un effectif en recul de 3…

David Durand, éleveur au GAEC des Gariottes (à gauche) et Christophe Seringe, technicien d’élevage à la SCA Le pré vert (à droite), un tandem de choc pour développer le veau rosé bio. © E. Durand
Le veau rosé bio comme alternative au broutard
Le veau rosé bio s’est développé depuis une dizaine d’années dans le Sud-Ouest. Pour le Gaec des Gariottes en Corrèze, cette…
Un seul gros bovin est traité à la fois et le temps entre la saignée et l’éviscération ne doit pas dépasser une heure. © AALVIE
Un caisson mobile pour abattre les animaux à la ferme
Depuis trois ans, des éleveurs de Loire-Atlantique et de Vendée préparent la mise en place de caissons mobiles pour abattre les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande