Aller au contenu principal

Bovins Viande : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière viande bovine dédiée aux agriculteurs, éleveurs de vaches al

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

« De la balle de riz pour litière »

« Depuis quatre ans, la balle de riz constitue la litière des vaches et des génisses. C’est l’enveloppe du grain de riz, que je me procure auprès d’un négociant qui s’approvisionne en Camargue.
Une couche de 15 cm est étalée au godet grand volume. L’entretien se résume ensuite à rajouter une fois par semaine 3 à 4 m3 par case, quand je cure derrière la marche. J’en utilise environ 400 m3 par hiver, de début décembre à début avril, pour la stabulation de 700 m2 logeant 62 Charolaises suitées. Les vêlages sont centrés sur janvier. Le bâtiment n’est pas très chargé et j’aime bien que les animaux restent très propres. La balle de riz fait vraiment très peu de poussière, ce qui limite les problèmes respiratoires et n’encrasse pas les bardages. Son pouvoir d’absorption est très important et sa texture très fine. La température de la litière monte très peu par rapport à de la paille.
Pour les laitonnes et génisses de 18 mois, je cure une fois au cours de l’hiver et c’est la seule fois où je fais leur litière. Les premiers vêlages se réalisent sur balle de riz, puis je fais l’appoint en paille pour des questions pratiques. La balle de riz ne pose aucun problème sanitaire au vêlage mais reste facilement collée à l’éleveur…
J’ai fait analyser le fumier : le pH était supérieur à 7, la teneur en azote comparable à celle d’un fumier pailleux, et la teneur en phosphore supérieure. C’est un fumier qui disparaît très rapidement dans le sol après épandage. Il est facile à travailler, sollicite peu le matériel et j’ai moins de volume à manipuler.
J’achète en général la balle de riz en vrac (17 euros/m3 cette année, soit environ 130€/tonne - dans une tonne il y a autour de 7,5 m3). Il faut de la place pour pouvoir stocker. J’ai calculé que le prix était équivalent à celui d’une paille de céréales à 85 euros/t. J’en prends aussi parfois un peu en bottes, c’est un peu plus cher et il faut prendre le coup de main pour les manipuler soit au godet multiservice soit simplement avec deux dents à paille.
Je n’ai pas de pailleuse. Mon objectif étant de démarrer le moins souvent possible un tracteur, la litière en balle de riz est une bonne solution chez moi. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

broutards charolais repoussés
Le marché du broutard à l’équilibre
Dans sa lettre mensuelle de conjoncture Tendances, l’Institut de l’Elevage fait état d’un statu-quo pour le marché du maigre,…
 © Biovitis
Biovitis - Le traitement des litières et lisiers

Neutralitière et Neutralisier sont des formulations microbiennes en poudre. "Elles apportent des solutions pour le…

Maïs ayant subi la gelée en septembre avant d'avoir atteint le stade de maturité idéal. Les évolutions du climat ne devront pas masquer le risque de gelées toujours possible en milieu de printemps ou d'automne.  © F. d'Alteroche
Climat : les stratégies envisageables dans les Combrailles
Dans les Combrailles, au Nord-Ouest du Puy-de-Dôme, il est possible de jouer sur le tryptique herbe, maïs et céréales à paille…
Des fèces sombres en surface, trop compacts et plus difficiles à émettre. © J-M Nicol
La constipation n'est pas qu'une histoire de ration

La constipation est l’émission moins fréquente des selles, par conséquent plus sèches et accompagnée…

La photo du muscle doit être prise de près avec un smartphone et doit être de bonne qualité.  © F d'Alteroche
Une appli pour connaître la teneur en gras
Choisir sa viande avec une appli sur son smartphone afin de retenir celle dont la teneur en gras est la mieux adaptée à ses…
Dans les Vosges comme ailleurs, les exploitations les plus herbagères sont aussi analysées comme les plus fragiles dans la mesure où la constitution des stocks relève d’un nombre de fourrages limités et surtout bien difficile à diversifier.    © F. d'Alteroche
Les éleveurs vosgiens face aux évolutions du climat
Tout comme la forêt vosgienne, les élevages vosgiens souffrent. Une demi-journée organisée à Neufchâteau a permis à des éleveurs…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande