Aller au contenu principal

Grands troupeaux
De bons résultats technico- économiques mais un coût de production élevé

Globalement, les grands troupeaux obtiennent de bonnes performances techniques et économiques mais davantage liées au niveau élevé de la production qu´à la maîtrise des charges.


Autre question qu´il était légitime de se poser : ces grands troupeaux ont-ils réussi, malgré la charge de travail, à maintenir de bonnes performances techniques et économiques. Globalement oui, répondent les auteurs de l´étude. Les bilans de reproduction affichent des résultats tout à fait corrects : 93 % de taux de gestation, 8,6 % de taux de mortalité des veaux, 88 % de productivité numérique. Seul l´intervalle vêlage - vêlage (380 jours) s´est quelque peu dégradé, notamment dans les exploitations qui ont le plus étalé les naissances.
Avec un chargement moyen de 1,56 UGB par hectare, on constate que l´agrandissement ne s´est pas accompagné d´une extensification. En Pays de la Loire et Pyrénées-Atlantiques, les éleveurs sont restés sur des logiques intensives alors que ceux du Charolais et du Limousin ont maintenu des pratiques semi-intensives. Les stocks fourragers sont importants (2,1 tonnes de matière sèche par UGB) et 58 % de ces stocks sont récoltés sous forme d´ensilage.
Un tiers des élevages - les plus chargés - sont toutefois contraints d´acheter des fourrages supplémentaires. Dans le même ordre d´idée, les consommations de concentrés sont très élevées : 700 kg par UGB en moyenne. Un constat qui s´explique en partie par une part assez importante d´animaux engraissés mais aussi par la volonté d´obtenir des performances de croissance élevées, en relation avec d´excellents niveaux génétiques. Avec 318 kg de viande produits par UGB, les résultats sont à la hauteur.
Toutefois, ces conduites plutôt intensives ont une contrepartie : un coût de production élevé. Les charges opérationnelles représentent 32 % du produit brut et augmentent avec la proportion d´animaux engraissées.
Les niveaux élevés de résultats économiques de ces grands troupeaux limitent la part des aides dans le produit brut à 35 % en moyenne. ©B. Griffoul

Une efficacité économique moyenne
L´excédent brut d´exploitation (EBE) atteint certes des sommets (67 000 euros en moyenne), mais l´efficacité économique, révélée par le rapport EBE sur produit brut, reste moyenne, à 40 %, plombée par des charges élevées. Elle est plutôt meilleure dans les structures collectives. « La performance économique de ces grand troupeaux tient davantage au niveau relatif élevé de leur production qu´à la maîtrise de leurs charges », analyse l´Institut de l´élevage. Toutefois, ramenés à l´unité de main-d´oeuvre, les résultats économiques sont supérieurs, indiquant une bonne efficacité du travail. Surtout chez les naisseurs de maigre âgés et les éleveurs du bassin allaitant traditionnel qui maîtrisent mieux les charges opérationnelles. Les éleveurs des Pyrénées-Atlantiques compensent le poids de ces charges par un faible endettement. Par contre, leurs homologues des Pays de la Loire, majoritairement naisseurs - engraisseurs, sont handicapés par un niveau d´emprunts élevé.
Pour en savoir plus
Voir dossier de Réussir Bovins Viande, de janvier 2005. « Grands troupeaux : la rigueur est de mise dans la conduite du cheptel » titre la revue qui explique que « face à l´agrandissement des troupeaux, l´organisation et la simplification du mode de conduite sont souhaitables pour ne pas se faire déborder par le travail. » (RBV nº112, 19 pages)
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Le cadran de Saint Yrieix en Haute-Vienne a fermé ses portes
Inauguré en décembre 2019, le marché au cadran de Saint-Yrieix-la-Perche a cessé ses activités depuis le 1er avril dernier.  
Philippe Bosc. "L'association ray- grass hybride + trèfle violet est comme toutes les prairies et céréales mise en place en semis direct sans aucun travail du sol et ceci depuis 26 ans." © F. d'Alteroche
"Je sème mes prairies sous le couvert d'un méteil"
Des fourrages de qualité sont déterminants pour favoriser la fertilité et avoir des vêlages les plus groupés possible. Philippe…
pâturage vaches allaitantes sécheresse
Semae : dix voies d’adaptation des systèmes fourragers au changement climatique

Dans un communiqué du 15 avril, Semae -…

Bernard Ducros. « Nous sommes à l’optimum pour la valorisation des bêtes. Notre prochain challenge va être de réduire les charges. » © B. Griffoul
Du veau d’Aveyron en autonomie complète
Dans le Tarn, Bernard Ducros élève seul 100 vaches en système veau d’Aveyron et du Ségala et produit la totalité de l’…
Des fiches pour réussir son bâtiment logettes en vaches allaitantes
Communes dans les élevages laitiers, les stabulations à logettes sont nettement moins fréquentes dans les systèmes allaitants. L’…
Quentin Dupuis. « On renouvelle nos prairies au fur et à mesure, en intégrant des légumineuses. Les trèfles violets et blancs correspondent bien à notre exploitation. » Tous les lots sont conduits en pâturage tournant. © C. Delisle
[Légumineuses] "De la protéine dans 60 % des prairies temporaires"
Chez Didier et Quentin Dupuis à Vausseroux dans les Deux-Sèvres, l’herbe est une culture aussi importante que les céréales. Pour…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande