Aller au contenu principal

Grands troupeaux
De bons résultats technico- économiques mais un coût de production élevé

Globalement, les grands troupeaux obtiennent de bonnes performances techniques et économiques mais davantage liées au niveau élevé de la production qu´à la maîtrise des charges.


Autre question qu´il était légitime de se poser : ces grands troupeaux ont-ils réussi, malgré la charge de travail, à maintenir de bonnes performances techniques et économiques. Globalement oui, répondent les auteurs de l´étude. Les bilans de reproduction affichent des résultats tout à fait corrects : 93 % de taux de gestation, 8,6 % de taux de mortalité des veaux, 88 % de productivité numérique. Seul l´intervalle vêlage - vêlage (380 jours) s´est quelque peu dégradé, notamment dans les exploitations qui ont le plus étalé les naissances.
Avec un chargement moyen de 1,56 UGB par hectare, on constate que l´agrandissement ne s´est pas accompagné d´une extensification. En Pays de la Loire et Pyrénées-Atlantiques, les éleveurs sont restés sur des logiques intensives alors que ceux du Charolais et du Limousin ont maintenu des pratiques semi-intensives. Les stocks fourragers sont importants (2,1 tonnes de matière sèche par UGB) et 58 % de ces stocks sont récoltés sous forme d´ensilage.
Un tiers des élevages - les plus chargés - sont toutefois contraints d´acheter des fourrages supplémentaires. Dans le même ordre d´idée, les consommations de concentrés sont très élevées : 700 kg par UGB en moyenne. Un constat qui s´explique en partie par une part assez importante d´animaux engraissés mais aussi par la volonté d´obtenir des performances de croissance élevées, en relation avec d´excellents niveaux génétiques. Avec 318 kg de viande produits par UGB, les résultats sont à la hauteur.
Toutefois, ces conduites plutôt intensives ont une contrepartie : un coût de production élevé. Les charges opérationnelles représentent 32 % du produit brut et augmentent avec la proportion d´animaux engraissées.
Les niveaux élevés de résultats économiques de ces grands troupeaux limitent la part des aides dans le produit brut à 35 % en moyenne. ©B. Griffoul

Une efficacité économique moyenne
L´excédent brut d´exploitation (EBE) atteint certes des sommets (67 000 euros en moyenne), mais l´efficacité économique, révélée par le rapport EBE sur produit brut, reste moyenne, à 40 %, plombée par des charges élevées. Elle est plutôt meilleure dans les structures collectives. « La performance économique de ces grand troupeaux tient davantage au niveau relatif élevé de leur production qu´à la maîtrise de leurs charges », analyse l´Institut de l´élevage. Toutefois, ramenés à l´unité de main-d´oeuvre, les résultats économiques sont supérieurs, indiquant une bonne efficacité du travail. Surtout chez les naisseurs de maigre âgés et les éleveurs du bassin allaitant traditionnel qui maîtrisent mieux les charges opérationnelles. Les éleveurs des Pyrénées-Atlantiques compensent le poids de ces charges par un faible endettement. Par contre, leurs homologues des Pays de la Loire, majoritairement naisseurs - engraisseurs, sont handicapés par un niveau d´emprunts élevé.
Pour en savoir plus
Voir dossier de Réussir Bovins Viande, de janvier 2005. « Grands troupeaux : la rigueur est de mise dans la conduite du cheptel » titre la revue qui explique que « face à l´agrandissement des troupeaux, l´organisation et la simplification du mode de conduite sont souhaitables pour ne pas se faire déborder par le travail. » (RBV nº112, 19 pages)
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

La réforme des cotations "gros bovins entrée abattoir" entre en application
Depuis le 2 août 2022, est entrée en vigueur la réforme des cotations "gros bovins entrée abattoir". Des cotations mensuelles…
[Maïs ensilage] Valoriser au mieux les parcelles touchées par la sécheresse et la canicule
Arvalis Institut du Végétal donne des clés d’orientations pour la conduite des chantiers de maïs ensilage dans les parcelles plus…
Net recul des naissances de veaux allaitants sur la campagne 2021-2022
L’érosion du cheptel allaitant se traduit sans surprise par un net recul des naissances de veaux de race à viande. Les effets de…
Les coproduits peuvent avoir différentes voies de valorisation comme l’alimentation animale, la valorisation comme matière première dans une autre industrie, la valorisation agronomique (compostage, fertilisation) et les valorisations énergétiques (méthanisation, combustion).
Coproduits pour l'alimentation des bovins : un gisement de plus en plus convoité
La valorisation des coproduits issus des industries agroalimentaires a longtemps permis aux éleveurs du Grand Est de bénéficier…
La loi Egalim2 permet en utilisant les différentes options possibles de définir son niveau d'engagement avec ses premiers acheteurs.
Contractualisation en viande bovine : un outil de gestion du risque "prix"
Avec la loi Egalim2, la négociation des prix a lieu en amont des ventes de bovins. L’obligation de contractualisation pose la…
Des stimuli aversifs, audio ou électriques sont générés par un appareil fixé sur le cou de chaque animal, en lien avec la position de ce dernier.
Clôtures virtuelles : premiers résultats intéressants en fermes expérimentales
Arvalis et l’Institut de l’élevage livrent les premiers résultats des essais scientifiques menés dans leurs stations…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande