Aller au contenu principal
Font Size

Le graphique
Davantage d’exportation de maigre dans le bassin allaitant

Qu’il s’agisse de mâles ou de femelles, les exportations françaises de broutard(e)s sont reparties à la hausse depuis 2014. Elles avoisinaient 1,06 million de têtes l’an dernier, chiffre bien en deçà de ceux du début des années 2000. Un peu plus de 1,2 million de têtes avaient par exemple été exportées en 2002. Si on analyse la provenance de ces animaux selon leurs départements de naissance, ce sont sans grande surprise ceux du grand bassin allaitant qui fournissent l’essentiel des volumes avec pour le quinté dans l’ordre sur la campagne de vente 2016/2017, l’Allier, la Saône-et-Loire, le Cantal, l’Aveyron et la Creuse. Globalement, l’ensemble des départements d’un large Massif central incluant la Bourgogne confirment année après année cette orientation vers le naissage. En revanche, le volume d’animaux exportés dans bon nombre des autres départements tend lui à régresser.

Ces chiffres gagnent à être comparés avec l’évolution du nombre de vaches allaitantes au cours des années précédente(1). Entre 2013 et 2016, les effectifs allaitants avaient affiché une progression sensible dans la plupart des départements déjà très « allaitants » et cette progression ne reposait pas tant sur l’arrivée de nouveaux producteurs que sur la capitalisation dans les cheptels déjà présents. Entre le 1er juillet 2013 et le 1er juillet 2016, le nombre de vaches allaitantes avait progressé de 11 000 têtes dans le Cantal, 7 000 têtes dans la Creuse,  6 000 têtes dans l’Aveyron et l’Allier et 5 000 têtes dans le Puy-de-Dôme. Rien d'étonnant dans ces conditions à ce que cela se traduise quelques mois plus tard dans ces mêmes départements par une progression du volume de broutards exportés.

(1) Voir aussi Réussir Bovins viande de mars 2017 page 12.

Origine par département des broutards exportés entre juillet 2016 et juin 2017 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Bâchage des silos : des pistes pour dégager les pneus
Machinisme
La bonne conservation du tas d’ensilage passe par la pose d’une couverture parfaitement hermétique. Si la qualité des bâches est…
L’intérêt de l’épeautre en alimentation du troupeau allaitant tient à la présence des glumes.
L'épeautre, une céréale qui n'apporte pas que de l'énergie
Par la présence des enveloppes du grain riches en cellulose, l’épeautre est utile en engraissement pour sécuriser la ration. Il…
carte Arvalis estimation date de début de récolte du maïs ensilage
Les ensilages de maïs pourraient débuter plus tôt que prévu
Arvalis a publié une carte des dates de début possible des chantiers d'ensilage de maïs. Ce sera autour du 20 août en Rhône-Alpes…
David Durand, éleveur au GAEC des Gariottes (à gauche) et Christophe Seringe, technicien d’élevage à la SCA Le pré vert (à droite), un tandem de choc pour développer le veau rosé bio. © E. Durand
Le veau rosé bio comme alternative au broutard
Le veau rosé bio s’est développé depuis une dizaine d’années dans le Sud-Ouest. Pour le Gaec des Gariottes en Corrèze, cette…
Le kéfir est distribué à la naissance puis une fois par jour pendant les deux jours suivants. © L. Lamarre
Le kéfir pour hygiéniser le tube digestif des veaux
Le kéfir est une boisson fermentée fabriquée à partir de lait ou de sucre. Son usage se développe beaucoup en élevage bovin ces…
Le marché des reproducteurs bovins allaitants à l’heure du coronavirus
Sur le marché intérieur, le commerce des bovins reproducteurs allaitants est pénalisé par la décapitalisation, la mauvaise…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande