Aller au contenu principal

Dans les Pays de la Loire, redécouvrir les prairies semées sous couvert de céréales

La technique du semis sous couvert d’une céréale ou d’un mélange céréalier permet de gagner six mois sur l’exploitation de la prairie et d’améliorer sa portance. Un réseau d’essais mis en place entre 2011 et 2013 dans les Pays de la Loire livre ses premiers enseignements.

Un méteil et une prairie multiespèce peuvent être semés le même jour à l’automne.
Un méteil et une prairie multiespèce peuvent être semés le même jour à l’automne.
© P. Pierre

Le groupe « prairies et fourrages » des Pays de la Loire s’est penché sur la technique du semis sous couvert, car les conditions climatiques se révèlent de plus en plus limitantes pour l’implantation des prairies de longue durée. « À l’automne, une sécheresse perdure début septembre, et au printemps elle peut se manifester dès juin. Si les semis n’ont pas atteint le stade trois feuilles avant ces périodes de sécheresse, leur installation est mise à mal », explique Patrice Pierre, de la chambre d’agriculture de Mayenne et du Maine-et-Loire, pour le groupe. La technique du semis de prairies sous couvert d’une céréale ou d’un mélange céréalier présente aussi l’avantage de pouvoir gagner près de six mois sur l’exploitation du couvert. Un réseau d’essais en fermes expérimentales (Thori- gné d’Anjou, Derval, Les Établières, Brain-sur-l’Authion) et dans 15 élevages suivis par les chambres d’agriculture et par Terrena a été mis en place entre 2011 et 2013. Une seconde série d’essais est en cours,  les résultats seront connus en 2015.
Les premiers résultats montrent que cette technique fonctionne. Deux solutions ont été étudiées. On peut semer le même jour, début octobre, une céréale et une prairie. Cela revient donc à avancer la date de semis de la céréale et retarder celle de la prairie par rapport à une situation classique. Il faut bien respecter la profondeur : semer la céréale à 2-3 centimètres de profondeur et la prairie dans le premier centimètre, dans l’entre-rang de la céréale. Ceci nécessite un semis en deux passages le même jour. « Nous sommes à la recherche d’un semoir qui permettrait de faire ces deux opérations en un seul passage, mais jusque-là nous n’avons pas trouvé l’équipement idéal », explique Patrice Pierre.


Respecter les doses d’un semis classique

 

L’autre technique consiste à semer normalement la céréale à l’automne, puis de revenir sur la parcelle au printemps avec un outil (herse étrille par exemple) qui ouvre le couvert, puis d’y installer la prairie en sursemis. Dans ce dernier cas, le tallage de la céréale peut pénaliser le sur-semis. Et si l’on vise une récolte en grain de la céréale, les risques de perte de rendement semblent plus importantes d’après les résultats des essais. Mais pour une récolte en ensilage de la céréale, cette technique peut donner des résultats intéressants.
« Pour les deux techniques, le point le plus important est de bien marier la céréale et la prairie selon leur force de concurrence potentielle », estime Patrice Pierre. Les fourragères à implantation lente comme le dactyle, la fléole, la luzerne sont à distinguer de celles à implantation rapide comme le RGI, le trèfle violet. Et un mélange blé-pois protéagineux est moins agressif qu’un mélange triticale-pois fourrager.
Dans le cas d’un semis à l’automne, les techniciens ont pu observer que si la prairie est bien là après récolte de la céréale, les équilibres entre espèces peuvent être modifiés du fait du recul de la date de semis. Les légumineuses et le dactyle ou la luzerne semblent en particulier pâtir de leur plus grande sensibilité au froid si elles n’atteignent pas un stade de développement suffisant avant l’arrivée de l’hiver, et ces espèces risquent d’être moins présentes dans les couverts au printemps suivant.
Les premiers résultats portent d’autre part à conseiller de respecter les doses de semis d’un semis classique pour la céréale comme pour la prairie. « C’est probablement une mauvaise idée de semer plus clair la céréale en pensant que cela va laisser de la place à la prairie, car celle-ci peut prendre le dessus », remarque Patrice Pierre. C’est avec le mélange trèfle violet et ray-grass hybride, qui est agressif, que ce risque semble important. Le sur-semis de printemps serait plus favorable pour cette association. La technique dans son ensemble semble d’ailleurs plus intéressante pour les prairies de longue durée que pour celles destinées à durer deux à trois ans.



Peu de risque si la céréale est ensilée

 

« Il apparait que cette technique est la plus sûre dans le cas d’un semis des deux cultures, à l’automne, avec une récolte en ensilage de la céréale », résume Patrice Pierre. Cela permet de gagner six mois sur l’exploitation de la prairie, car on obtient un couvert bien installé et bien composé, et un rendement normal à l’automne. Cela permet en plus d’avoir une parcelle portante, sans avoir besoin d’attendre un bon ressuyage pour une exploitation avant l’hiver. Dans le cas d’un sursemis de printemps de la prairie dans la céréale récoltée en grain, il faut accepter de prendre le risque d’une perte potentielle du rendement en grain. Le pois protéagineux en particulier pourrait pâtir du passage de l’outil d’ouverture du sol.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Le bâtiment est en bois avec une ventilation naturelle, une bonne ambiance à l’intérieur et des écarts de température diurne-nocturne atténués par la toiture en panneaux « sandwich » de 4 centimètres d’épaisseur. © F. d'Alteroche
Une stabulation sur caillebotis double usage pour les vaches allaitantes
Dans le Cantal, la nécessité d’accroître les capacités de stockage en lisier d’un bâtiment entravé a incité les associés du Gaec…
Les vaches ont très vite adopté les logettes et les cornadis suédois leur ont permis de sauver leurs cornes, sans dommages jusqu’à présent. © F. d'Alteroche
Des caillebotis pour les vaches, pour ne pas remettre en cause l’autonomie
Le Gaec d’Éole utilise à peine 12 tonnes de paille-hiver pour les seules cases à veaux et cases de vêlage d’une stabulation « …
 © M-H André
L’Argentine, cette usine à bœufs qui tourne au ralenti
Dans bon nombre d’élevages naisseurs argentins, le potentiel de production est loin d’être utilisé à 100 % de ses capacités. Une…
De la Stabiliser à la Redyblack, vers une nouvelle race bovins viande en France
Portée par l’association Bovinext, la RedyBlack est la première race bovine en création depuis des décennies à obtenir son…
Les poteaux métalliques ont permis de limiter l’emprise au sol et la charpente et les parois en bois contribuent à une bonne ambiance avec des devis comparatifs métal/bois qui étaient similaires. © F. d'Alteroche
Bâtiment sur caillebotis : associer l’économie en paille à son confort
Construite sur les pentes du Massif du Sancy, la stabulation du Gaec de Surain associe litière paillée et fosse sous caillebotis…
Pauline Garcia élève 130 Salers dans le Cantal. Elle propose des formations et des conseils sur le terrain ou en ligne (conseils à l’heure). © Etho-diversité
La conduite positive du bovin par Pauline Garcia
Pauline Garcia, éleveuse de 130 Salers dans le Cantal et comportementaliste animalière, applique sur le terrain des résultats de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande