Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Dans le loiret, une production modernisée de steaks hachés

McKey, principal fournisseur de steaks hachés de McDonald’s France, a modernisé son site de production. Optimisations technologiques, logistiques et environnementales font partie du projet.

La surface de l’usine a presque été doublée en passant de 6 500 m2 
à 11 100 m2 pour modernisation.
La surface de l’usine a presque été doublée en passant de 6 500 m2
à 11 100 m2 pour modernisation.
© McKey

La société McKey a récemment investi 25 millions d’euros afin de moderniser son site de production situé à Fleury-les-Aubrais, à proximité d’Orléans dans le Loiret. Les travaux commencés en mars 2012 se sont achevés en juin 2013. La surface du site est passée de 6 500 m2 à plus de 11 000 m2. « L’objectif n’était pas d’augmenter nos capacités de production mais plutôt de les améliorer. On a souhaité anticiper sur l’avenir, en renforçant notre compétitivité et proposer des produits irréprochables en termes de qualité, de sécurité alimentaire et de traçabilité », note Estelle Petit-Rabourdin, directrice qualité McKey.

Une modernisation économe en énergie


Ce plan de modernisation a porté sur deux axes principaux. Tout d’abord sur l’amélioration technologique du processus de fabrication, avec l’installation de nouveaux tunnels de surgélation des steaks hachés, plus performants et plus respectueux de l’environnement. Ils permettront à l’entreprise de diminuer son impact carbone d’environ 15 %. Puis sur l’optimisation logistique avec la construction d’une nouvelle chambre froide négative pour stocker les produits finis avant expédition.
Sur la chaîne de production, 70 % à 80 % des équipements ont été renouvelés. Le processus de fabrication a été fortement automatisé, sans pour autant entraîner la suppression de postes. L’entreprise emploie toujours 150 personnes. « Par contre, un accompagnement en compétences des collaborateurs a été dispensé pour la prise en main des équipements. Les conditions de travail ont été améliorées, en automatisant une bonne partie de la chaîne de production », poursuit Estelle Petit-Rabourdin. La société dispose désormais de cinq lignes de production contre sept précédemment, pour une même capacité de production.
Les tunnels de surgélation par cryogénie (azote liquide) des steaks hachés ont par ailleurs été remplacés. McKey a opté pour du froid mécanique avec ammoniac et électricité, offrant un impact positif pour la qualité des produits et l’environnement. « En effet, la surgélation par cryogénie nécessitait la venue de dix camions en provenance de Beauvais, chaque jour. D’autre part, une salle des machines pour produire du froid a été installée, ainsi qu’un récupérateur de chaleur, d’où une économie d’utilisation de gaz de ville de 30 %. Les équipements et les technologies ont été sélectionnés de manière à diminuer l’impact environnemental », remarque Estelle Petit-Rabourdin.



Une chambre froide totalement automatisée


La chambre froide négative représente le second volet de ce plan de modernisation. Elle a été totalement automatisée et dispose d’une capacité de 4 000 palettes stockées entre - 20 et - 22 °C. Le stockage était auparavant effectué à l’extérieur de l’entreprise.
La taille de la chambre froide permet d’approvisionner la France pour une durée de trois semaines. Les produits finis y restent au minimum 48 heures, temps nécessaire pour réaliser les analyses microbiologiques libératoires. Sur chaque lot, après hachage des muscles, un échantillon est prélevé. « On dispose également d’une cuisine équipée de grills identiques à ceux des restaurants. On vérifie l’aspect et la texture des produits tout au long de la journée ainsi que l’atteinte de la température à cœur de 69 °C. On a également travaillé sur le traitement et la réduction des déchets. Ainsi, depuis deux à trois ans, plus aucun déchet ne part en décharge. Environ 80 % d’entre eux rentrent dans une filière de recyclage (carton, papier, bois…). Les 20 % restants, non-recyclables (sacs plastiques salis…) sont incinérés avec production d’énergie. Les steaks non conformes sont également recyclés en fonction de la nature du rejet, soit en étant retravaillés, soit en rentrant dans l’alimentation des chiens, des chats, ou comme produits de méthanisation dans une société de traitement de déchets. »

À propos de McKey


McKey créé en 1987 est une filiale à 100 % de Keystone Foods. En 2012, l’entreprise a produit pour McDonald’s France et Belgique plus de 44 000 tonnes de steaks hachés et de préparations de viande hachée. Aujourd’hui, McKey s’approvisionne en direct auprès d’abattoirs en France, en Irlande et aux Pays-Bas, référencés et audités deux fois par an. L’entreprise a acheté en 2012 environ 24 700 tonnes de viande bovine française, soit 56 % de ses volumes de matières premières.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

chargement de bovins en ferme
[Covid-19] Les abatteurs se démènent pour remplir leur mission

Après une première semaine folle, au cours de laquelle la demande en viande a explosé, les entreprises du commerce et de l'…

[Covid-19] La « renationalisation » des achats de viande bovine doit aussi profiter aux éleveurs
Alors que suite à l’arrivée du coronavirus les enseignes de la grande distribution ont vu leurs ventes gonfler suite au…
Cette étude confirme que le rapport entre le poids de l’animal à la sortie de la ferme et la viande nette réellement utilisable (250 kg), varie selon de nombreux critères amont (race, catégorie de l’animal, état d’engraissement…). © C. Delisle
De l’animal au steak, des rendements passés à la loupe
L’Institut de l’élevage et Interbev ont mis à jour les rendements d’abattage et de découpe des principales races bovines abattues…
[Covid-19] Le marché de la viande bovine bouleversé
Les restrictions prises par les différents Etats membres pour contenir la pandémie de Covid-19 auront inévitablement des effets…
France Conseil Elevage demande le report de toute intervention en élevage
Les entreprises de conseil en élevage demandent le report des interventions de leur techniciens dans les exploitations, se…
Vaches du lot "moins de 8 ans avec une NEC supérieure à 2 à la mise en finition". Ici, 75 jours après le début de la période expérimentale, soit un mois avant abattage.  © OIER des Bordes
Un essai à la ferme des Bordes croise l’effet de l’âge et de la note d’état sur l’engraissement de Charolaises
Avec de jeunes vaches, les croissances en finition sont assurées. Une vache âgée peut être très performante en finition ou pas du…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande