Aller au contenu principal

Création de Auriva-Elevage

Le regroupement des deux entreprises de sélection Midatest et Ucear a été officialisé le 22 mars dernier. Auriva-Elevage est le nom donné à cette nouvelle structure présidée par Gilles Gibaud, producteur laitier en Haute-Loire et jusque-là président de Midatest. « Elle regroupe dix coopératives d’insémination adhérentes à un ou plusieurs programmes de sélection et a vocation d'accueillir tout nouveau partenaire français ou étranger », explique un communiqué. L’une des particularités de Auriva-Elevage est d’être concerné par une grande diversité de races et en particulier plusieurs races rustiques, que ces dernières soient à vocation laitière ou allaitante. Elle gère directement ou en partenariat 16 programmes de sélection en races bovines (Abondance, Aubrac, Bazadaise, Blonde d’Aquitaine, Brune, Charolaise, Excellence Charolais, Gasconne, Inra 95, Limousine, Montbéliarde, Prim’Holstein, Simmental, Tarentaise) et deux en race caprine. « Cette diversité de race présente sur une mozaïque de territoires est une de nos spécificités mais c’est aussi un de nos atouts » explique Bruno Pount directeur de Auriva-Elevage. Ces races aux effectifs parfois modestes sont le plus souvent associées à des signes officiels de qualité souvent bien valorisés en particulier plusieurs fromages AOP produits en zone de montagne (Beaufort, Laguiole…). « En tant que fournisseur de génétique adapté à des territoires souvent difficiles, on est un des fournisseurs de cette économie. »

Répartition sur six sites

Les infrastructures de Auriva-Elevage sont réparties sur six sites dans le Rhône, le Tarn, en Gironde, les Pyrénées-Atlantiques, le Lot-et-Garonne et en Savoie. En race allaitante, un des programmes phare de Auriva-Elevage est celui concernant la Blonde d’Aquitaine avec en particulier la station de Casteljaloux dans le Lo-et-Garonne où sont évaluées les qualités maternelles des filles des futurs taureaux d’IA Blonds. Le recours croissant à la génomique pour la sélection des futurs taureaux d’IA ne remet actuellement pas en question le devenir de cette station. Il n’est pas question de faire en Blond un copier-coller de ce qui s’est passé en Charolais avec fermeture de la station d’Agonges il y a quelques années. « La Blonde n’a pas les effectifs de la Charolaise. Aujourd’hui, on a besoin de Casteljaloux. On verra dans les années à venir ce qu’apporte la génomique à la Blonde d’Aquitaine. Il n’est pour l’instant absolument pas question de fermer cette station » précise Bruno Pount.

chiffres CLÉS

18 millions de chiffre d’affaires
1 716 000 doses bovines et 22 000 doses caprines diffusées auprès de ses coopératives adhérentes et de ses clients français et étrangers.
88 collaborateurs répartis sur 6 sites dans six départements
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Vignette
Quand arrive l’heure du vêlage
Différents facteurs influencent la durée de gestation, mais c’est bien le veau qui déclenche lui-même le moment de la mise bas…
 © C.Delisle
Un « RIP » qui agace bien des acteurs de la ruralité
Un Référendum d’initiative partagée pour les animaux a été lancé début juillet par le journaliste Hugo Clément. Cette initiative…
Vignette
Photovoltaïque, une énergie simple à mettre en œuvre
Produire une énergie décarbonée tout en finançant la construction d’un bâtiment, c’est l’opportunité qu’offre le photovoltaïque…
Vignette
Voyage au centre de la bouse de vache
La bouse de vache est un écosystème fascinant. Elle intéresse depuis longtemps les entomologistes, scientifiques spécialisés dans…
Claude Piet (à droite) et Mickaël Lelaure de Terrena. « Le changement le plus net est que les jeunes bovins sont plus calmes et passent plus de temps couchés. » © S. Bourgeois
Une alimentation compacte pour éviter tout tri de la ration
Au Gaec des Puits dans le Maine-et-Loire, de l’eau est ajoutée dans la ration complète des jeunes bovins, depuis deux ans. Ce…
 © C. Mandin
Cédric Mandin, FNB : « il faut se focaliser sur les indicateurs de marché »
Cédric Mandin, éleveur en Vendée et secrétaire général de la Fédération nationale bovine, tire le bilan de l’action de retenue en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande