Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

[Covid 19] Des résultats inespérés pour la première vente en ligne de reproducteurs de la Gasconne des Pyrénées

Suite aux mesures de confinement annoncées par le gouvernement le 16 mars dernier, la Gasconne des Pyrénées a réagi rapidement et basculé sur une vente en ligne de ses reproducteurs. Après le doute, l’heure est au soulagement avec 35 des 48 taureaux vendus.

© Groupe Gascon

« La 44ème vente annuelle des taureaux évalués de race Gasconne des Pyrénées s’est globalement bien passée. On a d’ailleurs été favorablement surpris, malgré son format inattendu », indique Jean-Pierre Gajan, le directeur du groupe Gascon, avant d’ajouter, « prévue initialement le 19 mars, il n’était pas envisageable de tenir la vente physique de la série 2019/2020 dans le contexte douloureux que connaît le pays. Ainsi, l’équipe technique a relevé le challenge d’organiser en deux jours la première vente en ligne de la race. Les offres, sur une adresse mail dédiée et confidentielle, ont été clôturées le 1er avril. »

Maintien des prix

Cette série prometteuse, composée de 48 taureaux retenus grâce au très bon niveau du groupe a permis le passage du cap du 3 000ème veau évalué depuis la création. « Les résultats sont inespérés au vu du contexte. » Les 53 vidéos postées sur youtube ont engendré plus de 11 000 vues. Côtés ventes, 35 taureaux sur les 48 ont trouvé acquéreurs, ainsi que 100 % des génisses (12 bêtes) avec plusieurs surenchères et ce, malgré le désistement d’un acheteur anglais pour un mâle et de la Guyane qui en voulait quatre. « Les prix moyens sont légèrement supérieurs à l’année dernière qui était déjà un bon cru. Les prix s’échelonnent de 2 250 à 7 200 € avec une moyenne à 3 927 € pour les 23 mâles qualifiés reconnus contrôlés et à 2 386 € pour les qualifiés homologués contrôlés. On peut également souligner encore une première car 100 % des six départements pyrénéens ont acheté, avec l’arrivée des Pyrénées-Atlantiques (64). On compte également des acheteurs parmi le Doubs, le Jura, le Tarn et l’Espagne. Cette première vente en ligne va au-delà de nos espérances. Les acheteurs intéressés par les taureaux restants peuvent se faire connaître jusqu’au 10 avril » note le directeur du groupe Gascon sans omettre de préciser que « les livraisons de ces animaux ont commencé, malgré l’accès à la station toujours interdit pour confinement. La plus grande rigueur est de mise dans le respect des règles de sécurité sanitaire. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Florent Calmès. « Je travaille plus sur le coût de production que sur le GMQ. » © B. Griffoul
Chez Florent Calmès : simplifier le travail pour gérer seul un cheptel de 125 vaches
Florent Calmès, installé dans l’Aveyron, ne fait pas de compromis sur le résultat économique mais a fortement simplifié le…
Élodie et Florent Gobet élèvent 75 à 80 Charolaises à Propières dans le Rhône) et commercialisent tout en vente directe. © Gaec Gobet
Chez Elodie et Florent Godard : « avec le confinement, la demande en vente directe a nettement augmenté »

« Avec mon mari, Florent, nous élevons 75 à 80 Charolaises à Proprières, dans le Rhône. Je gère l…

clôture virtuelle Nofence
Un premier test de clôtures virtuelles par Arvalis
Arvalis a testé pendant deux mois à l’automne 2019 le système de clôtures virtuelles Nofence à la ferme expérimentale de Saint-…
Didier Guillaume a annoncé une prochaine réunion au ministère pour débattre sur le prix trés dégradé de la viande bovine à la production.
[Covid 19] Selon Didier Guillaume, la baisse de rémunération des éleveurs bovins est « inadmissible »
La dégringolade du prix des bovins finis suscite un sentiment de dégoût chez les éleveurs et ne va pas inverser l’actuelle…
Antoine et Pascal Perrin ont apprécié que cette plante valorise très bien l’eau tombée. © C. Sudraud/SAS Scanner
"Le sorgho fourrager multicoupe pour compléter les stocks"
Le Gaec Perron a cultivé en 2019 du sorgho fourrager multicoupe sur 3,5 hectares. Semé mi-mai, en choisissant une variété bon…
Quentin Alteyrac. « Les 280 hectares conduits en pâturage de précision représentent le cœur de la ferme. Ils sont d’un seul tenant. Seule une route avec peu de passages sépare la partie garrigue, exposée Sud, de la partie prairie exposée Nord. Chaque parcelle a son point d’eau. » © Ferme de Fajac
Quentin Alteyrac dans l'Aude : « améliorer l’efficience du système dans son ensemble »
Dans l’Aude, sur la ferme de Fajac, gérée par Quentin Alteyrac, lorsque le système tout herbe a été modifié pour mettre en place…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande