Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Tourteau de colza
Consommer français sans modifier les performances d´engraissement des animaux


Il y a une dizaine d´années, plusieurs essais ont été réalisés par l´Institut de l´élevage sur des taurillons à l´engrais. La ration de base était fournie par du maïs consommé à volonté. Le complément contenait des céréales et du tourteau de soja ou de colza. Sans oublier les minéraux.Pour les mêmes performances, les quantités distribuées sont précisées dans ce tableau.

Dans les lots complémentés au colza, il n´a pas été observé de baisse du niveau d´ingestion. Bien que ces taurillons consomment plus de tourteau, mais un peu moins de céréales et d´ensilage, la quantité totale d´aliment ingérée est sensiblement égale à la quantité ingérée avec la ration au soja. Les résultats au niveau des carcasses et de l´état de gras sont en moyenne identiques dans les deux types de complémentation.
Le tourteau de colza est un aliment appétent pour les bovins et facile à utiliser. ©A. Conté

Du tourteau de colza depuis plusieurs années
Quelques éleveurs ont aussi fait le pas sur leurs exploitations, et certains il y a déjà longtemps. Dans la Manche, le Gaec de la Rabatterie est constitué d´un atelier lait et d´un atelier d´engraissement de taurillons. Depuis une dizaine d´années, Dominique Rauline explique : « nous utilisons du tourteau de colza pour les vaches laitières, ce qui nous a permis de faire baisser leur taux butyreux. Nous avons alors introduit le tourteau dans les rations des taurillons ce qui n´a pas modifié leurs performances zootechniques. Pour le stockage nous n´avons pas de problème, on le fait venir par 25 tonnes qui se conservent très bien. ».
M. Boiget, éleveur allaitant dans la Haute-Marne, élève une cinquantaine de Charolaises et engraisse des taurillons. Il déclare que « c´est la troisième saison où on consomme uniquement français pour l´alimentation de nos bovins ». C´est notamment la deuxième crise de la vache folle qui a inspiré cette « renationalisation » des approvisionnements.
« Le colza va aussi bien que le soja, si ce n´est qu´il faut en donner un peu plus. Nous donnons 1 kilo de tourteau avec 2 kilos de pulpes de betterave, et des céréales dont la quantité varie suivant le besoin des animaux et le stade de finition. Les performances techniques des animaux restent inchangées par rapport au tourteau de soja ».
Un autre éleveur de la Haute-Marne, qui engraisse une centaine de taurillons par an, avait décidé il y a près de dix ans, dès la première crise de la vache folle, d´utiliser du tourteau de colza. Aidé par son marchand d´aliment, il passe à la fabrication en ferme et souligne qu´avec le tourteau de colza « on connaît la provenance des matières premières pour faire l´aliment à la ferme. Aujourd´hui nous distribuons à nos taurillons du maïs à volonté, 2 à 2,5 kilos de tourteau de colza, du blé ou de l´orge suivant l´année en quantité variable, plus des minéraux. Le tourteau reste un aliment appétent. Au niveau du prix de la ration, c´est intéressant par rapport au soja. »
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

chargement de bovins en ferme
[Covid-19] Les abatteurs se démènent pour remplir leur mission

Après une première semaine folle, au cours de laquelle la demande en viande a explosé, les entreprises du commerce et de l'…

Cette étude confirme que le rapport entre le poids de l’animal à la sortie de la ferme et la viande nette réellement utilisable (250 kg), varie selon de nombreux critères amont (race, catégorie de l’animal, état d’engraissement…). © C. Delisle
De l’animal au steak, des rendements passés à la loupe
L’Institut de l’élevage et Interbev ont mis à jour les rendements d’abattage et de découpe des principales races bovines abattues…
[Covid-19] Le marché de la viande bovine bouleversé
Les restrictions prises par les différents Etats membres pour contenir la pandémie de Covid-19 auront inévitablement des effets…
France Conseil Elevage demande le report de toute intervention en élevage
Les entreprises de conseil en élevage demandent le report des interventions de leur techniciens dans les exploitations, se…
Vaches du lot "moins de 8 ans avec une NEC supérieure à 2 à la mise en finition". Ici, 75 jours après le début de la période expérimentale, soit un mois avant abattage.  © OIER des Bordes
Un essai à la ferme des Bordes croise l’effet de l’âge et de la note d’état sur l’engraissement de Charolaises
Avec de jeunes vaches, les croissances en finition sont assurées. Une vache âgée peut être très performante en finition ou pas du…
Yves Lagorsse est parti d’une idée de son épouse pour imaginer et construire ce parc mobile associant râtelier et cornadis et destiné à bloquer des bovins et intervenir plus aisément sur des lots à l’herbe. Construit il y a une vingtaine d’années avec deux voisins à partir de matériaux de récupération, l’outil est toujours utilisé aujourd’hui. Avec 10,5 mètres de long, « il n’est pas aux normes actuelles pour aller sur la route ». Lorsqu’il ... © E. Durand
Un parc mobile pour intervenir en pâtures
Yves Lagorsse, éleveur en Corrèze (19), utilise un parc mobile depuis plus de vingt ans. Il est très pratique pour intervenir sur…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande