Aller au contenu principal

Bovins Viande : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière viande bovine dédiée aux agriculteurs, éleveurs de vaches al

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Eleveurs de bovins viande
Comment sauver la spécificité herbagère ?

Conscients de l´impérative nécessité de conserver un soutien spécifique aux zones herbagères, malgré les coupes budgétaires, les éleveurs du berceau des races à viande souhaitent être force de proposition.


Réunis traditionnellement à Chemilly dans l´Allier, les éleveurs du berceau des races à viande ont choisi mi-avril la Corrèze et Ussel pour échanger sur un sujet sensible : le devenir de la PHAE (Prime à l´herbe agro-environnementale). En effet dans le cadre de la nouvelle programmation du second pilier de la PAC, pour la période 2007-2013, la réglementation communautaire propose un nouveau cadre pour la politique de développement rural. Cette programmation permet à chaque État membre de redéfinir ses orientations stratégiques et ses priorités. Cependant, le financement communautaire étant revu à la baisse sur ce pilier (- 36 %), et dans le cadre des perspectives financières, des choix difficiles sont à faire.
La France a ainsi pris l´option d´intégrer comme priorités, dans son socle national, l´ICHN (Indemnité compensatoire de handicaps naturels) et l´installation. La PHAE n´est, quant à elle, pas annoncée dans ce socle. Ces aides sont essentielles pour les exploitations du Massif central. Les mesures agro-environnementales et l´ICHN constituent entre 25 et 100 % du revenu de plus de 70 % des exploitations de cette zone.
Les éleveurs du Grand Massif central s´inquiètent du devenir des fonds accordés aux exploitations herbagères des régions à handicap naturel. ©F. d´Alteroche

Faire vite pour tenir les échéances
« Les aides du 1er pilier de la PAC font apparaître un déséquilibre entre le Nord et le Sud, et c´est en partie grâce au second pilier qu´un rééquilibrage des soutiens a pu s´opérer », a expliqué Patrick Bénézit, coordonnateur du berceau des races à viande, en invitant ses confrères « à se poser les bonnes questions pour que nos zones continuent à bénéficier de soutiens pour la période 2007-2013 ». Et au vu des échéances, il va falloir répondre à ces questions rapidement.
« Les choses vont se caler au plus tard en juin », a souligné l´aveyronnais Dominique Barrau, secrétaire général de la FNSEA, tout en soulevant une difficulté supplémentaire, dans la défense de la prime à l´herbe : « Il n´y a que chez nous que le développement rural est synonyme d´agriculture ».

D´autres secteurs d´activité seraient évidemment tentés d´émarger sur ce second pilier. « Le rôle du syndicat est donc de travailler avec vous et d´influer sur les décisions du Comité national stratégique, même s´il ne compte que cinq paysans parmi ses quatre-vingts participants ».
Dans cette perspective de négociation du soutien à l´herbe, deux options apparaissent. La première consisterait en un maintien de la prime herbagère cofinancée ou non (option « verte ») et la seconde reviendrait à revaloriser l´ICHN. C´est sur cette seconde proposition que le berceau des races à viande souhaite vraisemblablement travailler. « En liant l´herbe et l´ICHN, on renforce le poids politique dans les négociations et on fait passer l´herbe d´une mesure verte à une mesure structurelle », a insisté Jean-Pierre Fleury, de la FNB.

Expertiser et définir une stratégie
Afin d´étudier la pertinence de cette option, le corrézien, Pierre Chevalier, président de la FNB, a proposé la mise en place d´un groupe d´expertise composé de techniciens, de professionnels. Dans la mesure où la filière ovine est aussi très concernée par ce sujet, elle sera également conviée à participer à ce groupe.
Le travail devra ainsi s´orienter autour de cinq axes : l´enjeu sur l´équilibre du territoire en termes de revenu, l´évaluation du dispositif actuel afin de travailler l´argumentaire, un travail sur l´option « verte » avec un cahier des charges ou l´option structurelle avec l´ICHN, l´approche politique avec l´obligation d´accompagnement dans un souci d´aménagement du territoire et enfin tenir l´historique des enveloppes dans les régions.
Pour le berceau des races à viande, il s´agit bien de travailler dans la concertation et de rendre le moins restrictif possible l´éventuel dispositif.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

« Je suis un passionné », reconnaît bien volontiers Alban Grandidier. Le troupeau, certes de dimension modeste n’en est pas moins conduit aux petits oignons.  © F. d'Alteroche
« La luzerne est bénéfique pour mes Limousines et pour ma rotation »
La luzerne est devenue incontournable chez Alban Grandidier. Elle a conforté l’autonomie protéique de l’exploitation et apporté…
Les réglages de l’épandeur facilités par les applis
Machinisme
Avec la création permanente de nouvelles formulations d’engrais, le recours à une application sur smartphone permet de profiter…
logo médaille or concours général agricole
[Salon de l'agriculture 2020] Le Concours général agricole a 150 ans
Les concours de reproducteurs des races allaitantes se répartissent sur la durée du Salon de l'agriculture, du 22 février au 1er…
L’outil est disponible à l’adresse suivante : idele.fr/decibov/ © Idele
Décibov simule la faisabilité d’un projet
Ce logiciel de simulation apporte un premier niveau de réponse quant à la faisabilité d’un projet de mise en place d’un atelier…
Limousin junior a la particularité d’être la seule démarche label rouge permettant de valoriser des taurillons de race allaitante.  © F. d'Alteroche
L’objectif ambitieux de 40 % de label rouge à échéance 2023
Le plan de filière défini par Interbev dans le cadre des Égalim ambitionne de faire passer à 40 % l’offre de viande bovine…
Mathieu Fromaget. "Les Charolaises passent l’hiver au foin de prairies naturelles et une autre source de stock est recherchée pour sécuriser le système." © S. Bourgeois
« Le sorgho ne convient pas dans notre système »
Avec 30 hectares de prairies naturelles et le reste de la SAU en cultures de vente, le sorgho est semé trop tard pour réussir à l…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande