Aller au contenu principal

Cinquième quartier : des débouchés croissants à l’export

La situation des marchés du 5e quartier est assez paradoxale : érosion de la consommation française et demande croissante à l’étranger. Les équilibres sont rompus au sein des utilisateurs.

La consommation des ménages français en produits tripiers et abats est en chute.
La consommation des ménages français en produits tripiers et abats est en chute.
© C. Delisle

Une étude sur la valorisation du 5e quartier (abats et produits tripiers, os, graisses et produits sanguins, cuirs et peaux) dans les secteurs bovin, ovin et porcin a été réalisée par Blézat Consulting sur la demande de FranceAgriMer. Son objectif étant d’éclairer les professionnels des filières animales sur ce marché.
De ce travail ressort une situation de marché très paradoxale. Avec d’un côté, une érosion de la consommation des ménages français en produits tripiers et abats et de l’autre une brusque accélération vers les marchés de l’export (Chine et certains pays d’Afrique). En effet, en 2011, nos exportations en abats en ovins, bovins et porcs étaient en augmentation et avoisinaient les 149 400 tonnes. À l’inverse, nos importations et la consommation française ont chuté pour atteindre respectivement 64 400 et 43 000 tonnes.
Les auteurs préconisent par ailleurs quelques pistes pour relancer la consommation intérieure d’abats, car si les volumes représentent 10 à 15 % du gisement, la valorisation des abats apporterait 0,14 à 0,15 €/kilo équivalent carcasse (kgec) en gros bovins et 0,16 €/kgec pour les peaux, soit 8 % du prix de la viande entrée abattoir. Ainsi, ils proposent des opérations découverte pour séduire de nouveaux consommateurs, l’innovation dans les plats préparés pour élaborer des produits « tendance », un retour aux valeurs traditionnelles en temps de crise, une pénétration renforcée en restauration hors domicile.

Des structures variables d’un pays à l’autre


Ils ont ensuite été amenés à comparer l’organisation des filières de valorisation du 5e quartier française, hollandaise, allemande et irlandaise. Cet état des lieux a permis de mettre en avant la variabilité des structures de valorisation des coproduits animaux, d’un pays à l’autre. Ces différences étant le fait de plusieurs éléments : l’évolution de la consommation alimentaire sur le marché intérieur et la nécessité d’exporter (charcuterie et abats), la présence d’un tissu industriel (chimie, automobile…) ou d’une main-d’œuvre compétitive (boyauderie allemande, par exemple) et de choix politiques ou professionnels (incorporation dans l’alimentation animale de corps gras animaux ou à terme, de protéines animales transformées) qui impactent directement les possibilités de diversification des approvisionnements pour les fabricants d’aliments du bétail, face à la volatilité des prix d’autres matières premières, notamment végétales.
D’autre part, « si la France tire bien son épingle du jeu dans l’exportation des cuirs, avec des produits de qualité supérieure et des prix plus élevés que ses concurrents, la situation est plus contrastée dans le secteur des abats. » De plus, dans un contexte de réduction des disponibilités en 5e quartier, lié à la diminution des effectifs d’animaux en France, la demande soutenue de certains pays émergents ou émergés pourrait également provoquer le renchérissement des coproduits animaux et déstabiliser certaines filières qui ne disposent pas de produits de substitution (charcuterie, pet-food…). Les freins réglementaires de nature à limiter la valorisation des produits issus du 5e quartier sont par ailleurs importants en France, contrairement à ses concurrents.


Pour plus de détails, l’étude complète et sa synthèse sont disponibles sur le portail Internet de FranceAgriMer :

http://www.franceagrimer.fr/filiere-viandes/Viandes-rouges/Informations-economiques/Etudes-et-syntheses

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Emmanuelle Ducros © DR
Emmanuelle Ducros : « le RIP pour les animaux est un piège intellectuel "
Emmanuelle Ducros, journaliste économique et spécialiste des questions agricoles à l’Opinion nous éclaire sur le référendum pour…
Face à l’évolution des prix des broutards « incompréhensible et inacceptable », les Eleveurs du grand Massif Central appellent à la rétention de ces animaux en ferme.
Les éleveurs bovins du Grand Massif Central sont appelés à retenir au maximum les broutards en ferme
Les prix des broutards ne cessent de baisser depuis plusieurs semaines, aussi les Eleveurs de races à viande du grand Massif…
Un marché des broutards mâles sérieusement engorgé
La demande n’est pas au rendez-vous pour les taurillons finis et l’abondance de cette marchandise dans la plupart des pays…
Malgré un quasi-arrêt en mars et avril, fin juin, le port de Sète avait déjà expédié 40 000 bovins (broutards et génisses laitières). Quelque 121 000 animaux ont été expédiés en 2019 (80 % destinés en Algérie). © Sepab
Export de bovins vivants : l’Algérie permet de maintenir la dynamique des prix
Marché difficile et risqué, l’export de broutards vers l’Algérie reste indispensable pour maintenir une dynamique des prix. Et,…
Le lecteur de glycémie donne directement les résultats dans la pâture.  © B. Gavage
La conséquence d’un déficit énergétique en fin de gestation
Cette vache âgée a perdu beaucoup d’état en fin de gestation. Elle souffre d’une pathologie classique en élevage ovin mais moins…
Quentin Gougeon, éleveur à Vaiges en Mayenne (à droite). « Depuis mon installation, je travaille au maintien du bocage pour abriter les bovins et les céréales conduites en agriculture biologique. On valorise une partie de notre production de bois par le biais de la SCIC Mayenne bois énergie. » « La structure se charge d’organiser la commercialisation d’un bois durable et équitable », ajoute Olivier Lepage, chargé de développement à la SCIC. © C. Delisle
Chez Quentin et Dominique Gougeon, les haies sont un patrimoine à valoriser
Sur l’exploitation de Quentin et Dominique Gougeon à Vaiges en Mayenne, les haies sont conduites comme une culture à part entière…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande