Aller au contenu principal

Choisir le bon brise-vent

Les matériaux dits « brise-vent » sont nombreux et leur choix se révèle parfois délicat. L’Institut de l’élevage vient de sortir un catalogue passant au crible une sélection de 30 produits.

filet brise-vent
© Celloplast - archives

Pour garantir une ambiance de qualité dans un bâtiment d’élevage, les ouvertures ventilantes doivent permettre d’assurer un débit d’air minimal de manière à ce que les gaz et la vapeur d’eau issus de la respiration des animaux et de la dégradation des litières soient évacués. La protection contre les courants d’air est ensuite assurée par la pose, sur les ouvertures ventilantes, d’un dispositif brise-vent de façon à réduire la vitesse de l’air entrant. Afin d’aider les éleveurs dans leur choix, l’Institut de l’élevage vient de publier un catalogue de 30 produits disponibles sur le marché.

« Chaque matériau a subi des tests normalisés portant sur deux paramètres techniques complémentaires : l’efficacité (E) du produit et son coefficient multiplicateur de surface. Le premier, primordial, traduit la capacité du matériau à réduire la vitesse de l’air entrant dans le bâtiment. On choisira un brise-vent selon le degré de protection recherché pour les animaux. Un site très exposé demande par exemple une efficacité élevée si les animaux sont situés à proximité immédiate du brise-vent, alors que s’ils en sont éloignés, on peut accepter une efficacité plus réduite », souligne Jacques Capdeville de l’Institut de l’élevage, avant de poursuivre « en général, on retient une efficacité de 85 à 90 % pour des veaux ou jeunes animaux en site exposé et de 75 % au moins pour des adultes logés à proximité du brise-vent. »

Le coefficient multiplicateur de surface (CM) établit de son côté, le lien entre le débit d’air et la nature du matériau brise-vent utilisé. Il permet de connaître la surface de brise-vent à poser pour assurer un débit d’air suffisant. Plus le CM est bas, plus on a de débit pour une surface donnée.

Intégration, résistance, prix… des critères à ne pas oublier

« À l’œil, on est incapable d’estimer avec précision le niveau d’efficacité d’un produit ou de prédire le coefficient multiplicateur. Dans la plupart des cas, on choisit le produit sur son efficacité uniquement », précise l’ingénieur.

D’autres critères complémentaires peuvent permettre d’affiner la sélection comme la couleur, la résistance mécanique, la résistance à l’empoussièrement, la protection contre la pluie, le prix au mètre carré posé, la facilité de pose ou la transmission de la lumière. Même si la couleur verte est habituelle, des variantes existent (crème, sable, gris) pour favoriser une intégration paysagère plus harmonieuse. La résistance mécanique, correspondant à l’effort de traction supportée par le matériau, est essentielle dans la résistance à la déchirure ainsi qu’à l’abrasion. Au niveau de la résistance du produit, il existe de très grosses différences sur les filets. La résistance à la traction peut aller de quelques centaines de kilos par mètre à huit ou neuf tonnes par mètre. « Le risque d’empoussièrement est accru lorsque les orifices sont de petite dimension et de géométrie complexe. Par ailleurs, certains matériaux laissent plus facilement passer la pluie que d’autres. Les bardages en planches sont plus efficaces. Le fait que le bardage soit fixe (planches, tôles, plaques) ou enroulable, modulable ou repliable (filets, bâches) est bien sûr un critère de choix important. La facilité de pose représente un élément essentiel surtout en autoconstruction, tout comme le prix », souligne l’Institut de l’élevage. C’est surtout le prix au mètre carré posé qui distingue les solutions techniques disponibles. Ces prix s’échelonnent de moins de 20 €/m2 à plus de 150 €/m2.

En savoir plus

Le catalogue de 30 produits testés, classés par grandes familles (produits rigides, souples…) est téléchargeable gratuitement sur le site de l’Institut de l’élevage (idele.fr).

Les modèles sont identifiés par leur nom commercial et par le nom de l’entreprise qui les commercialise. La performance « brise-vent » est indiquée par deux valeurs : l’efficacité au vent et le coefficient multiplicateur de surface.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

[Sursemis des prairies] Dix conseils pour favoriser l’implantation
Pour favoriser le sursemis lors de la rénovation des prairies Bruno Osson de Semae, propose dix conseils à suivre.
charolaises pâturage
PAC : Julien Denormandie annonce une baisse de 3 à 4 % des soutiens aux élevages allaitants à l'échéance 2027
A l'issue d'un Conseil supérieur d'orientation de l'économie agricole ce vendredi 21 mai 2021, Julien Denormandie a présenté lors…
Passer du temps à anticiper, à organiser puis, à gérer le pâturage pour le faire durer le plus longtemps possible doit ensuite permettre de limiter le nombre d’heures passées sur un tracteur pour constituer des stocks puis les distribuer. © F. d'Alteroche
Des pistes pour conforter le revenu des élevages bovins viande
Autosuffisance alimentaire, valorisation du produit, productivité numérique, part de l’herbe pâturée dans l’alimentation, coûts…
Frédéric Capsenroux. « J’ai changé ma vision de la conduite de la reproduction. Avant, je ne voulais que des taureaux mais, l’insémination permet de sécuriser la production et d’avoir accès à un plus large choix côté génétique. » © E. Durand
Un système salers cohérent entre tout herbe et génétique
Frédéric Capsenroux élève 75 mères salers à Ytrac dans le Cantal. Il produit essentiellement du broutard et de la génétique, mais…
Le bâtiment mesure 48 m x 19 m. Il est équipé de deux cellules de 120 m3 chacune pouvant stocker 150 tMS au total, d'un automate de ventilation avec variateurs de fréquence et d'une griffe. Des bottes de foin et paille (50 tMS) y sont également stockées. Les panneaux photovoltaïques plein sud couvrent 650 m2 de toit.  © S. Bourgeois
Un séchoir à fourrages pour un élevage bio de 50 charolaises
Benoît Jaunet, éleveur en bio dans les Deux-Sèvres, dispose depuis quatre ans d’un séchoir de fourrages. Un équipement rare en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande