Aller au contenu principal

Chez Quentin et Dominique Gougeon, les haies sont un patrimoine à valoriser

Sur l’exploitation de Quentin et Dominique Gougeon à Vaiges en Mayenne, les haies sont conduites comme une culture à part entière et apportent une rémunération supplémentaire à l’élevage.

« Par manque de main-d’œuvre, on a passé vingt ans sans tirer parti du bois. Pour autant, on a toujours conservé les haies sur l’exploitation, avant tout pour l’abri qu’elles fournissent aux animaux contre le vent et le soleil mais également pour les auxiliaires de cultures et ce, encore davantage depuis notre conversion, en 2016, en agriculture biologique. On a redémarré la valorisation du bois bûche pour le chauffage familial, il y a une dizaine d’années », explique Quentin Gougeon à la tête avec son père d’un troupeau de 55 mères charolaises, 3 poulaillers de volailles de chair, 150 hectares de SAU et 9,8 km linéaires de haies en gestion, dont 1/10e de haie nouvellement plantée. L’objectif, dans un premier temps, étant de délimiter l’exploitation avec les haies puis, dans un second temps, de fermer l’ensemble des parcelles.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Les litières sont composées de paille mais également de plaquettes forestières issues de l’entretien des nombreuses haies présentes sur le parcellaire avec le choix récent d’en laisser « monter » quelque unes pour conforter la ressource en bois sur pied et s’adapter aux évolutions du climat avec davantage d’ombre en été. © F. d'Alteroche
"Un maximum de productivité par UTH et par UGB avec mon troupeau Charolais"
Bonne productivité numérique, mortalité maîtrisée, croissances de bon niveau, vêlage à deux ans de plus en plus fréquent… Tous…
Le cadran de Saint Yrieix en Haute-Vienne a fermé ses portes
Inauguré en décembre 2019, le marché au cadran de Saint-Yrieix-la-Perche a cessé ses activités depuis le 1er avril dernier.  
La Chine fait s'envoler les cours des matières premières pour l'engraissement des bovins
La hausse est impressionnante. Elle ne concerne malheureusement pas le prix de la viande bovine mais celle des différentes…
pâturage vaches allaitantes sécheresse
Semae : dix voies d’adaptation des systèmes fourragers au changement climatique

Dans un communiqué du 15 avril, Semae -…

Bernard Ducros. « Nous sommes à l’optimum pour la valorisation des bêtes. Notre prochain challenge va être de réduire les charges. » © B. Griffoul
Du veau d’Aveyron en autonomie complète
Dans le Tarn, Bernard Ducros élève seul 100 vaches en système veau d’Aveyron et du Ségala et produit la totalité de l’…
Le coût de production du maïs s’évalue à partir des données de son élevage s’il est possible de bien prendre en compte tous les postes de charge, ou bien plus simplement on peut se fier aux fiches Perel. © F. Mechekour
Quelle place donner au maïs dans son système fourrager ?
Yan Mathioux, nutritionniste indépendant, propose aux éleveurs une clé de décision en deux niveaux : le rendement moyen des…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande