Aller au contenu principal

Agritourisme
Chez Maryvonne Peudenier, l´accueil de groupes pour partager la culture d´éleveur

Maryvonne Peudenier invite toutes sortes de public à découvrir à l´occasion de randonnées le patrimoine de son « pays » en passant par son élevage de Charolaises. Une activité d´appoint très enrichissante.


Vous aimez la nature, la promenade ou la randonnée et l´histoire ?
Maryvonne Peudenier vous invite à découvrir le patrimoine de son village, la Chapelle Janson, et les environs de Fougères. « Je cherche à faire redécouvrir le bon sens aux gens », explique-t´elle. En se baladant pas plus loin que dans son jardin où elle cultive de nombreuses plantes et dans les chemins environnants, avec un peu d´idée, en toute saison, tout est sujet à échanger sur les pratiques du monde rural, l´histoire locale, l´explication des paysages.

« Cette idée m´est venue suite à un voyage en Alsace pendant lequel nous avons fait ce type de visite qui faisait découvrir pêle-mêle la faune et la flore, les traditions, l´architecture. Je suis fille d´agriculteurs, j´ai aussi toujours aimé la randonnée et ayant travaillé en tant qu´éducatrice pour handicapés, j´étais habituée à expliquer et répéter les choses. »

Depuis 1998, Maryvonne Peudenier propose deux sortes de circuits, une ballade d´une heure et demie ou une randonnée de trois à quatre heures avec pique-nique, les deux passant par son élevage Charolais où un goûter avec cidre et jus de pomme, far aux pruneaux et autres produits locaux est partagé. Les tarifs tournent autour de quatre à sept euros par personne, et Maryvonne reçoit uniquement sur réservation.
Donner envie aux gens de gratter la terre
Il faut savoir s´adapter à tous les publics. Maryvonne reçoit des groupes d´enfants, des handicapés, des familles, des touristes plus ou moins érudits et s´intéressant à tel ou tel sujet. « J´ai des connaissances, mais les gens m´en apportent aussi beaucoup. C´est ce qui fait l´intérêt à mes yeux de cette activité. »
Son mari est souvent présent au moment du goûter et la conversation ne manque alors pas de s´engager sur le métier d´éleveur de bovins viande. La caresse des petits veaux est toujours un temps fort de la visite.

Cette activité d´accueil de groupes n´a nécessité aucun investissement si ce n´est du temps et de l´énergie. Maryvonne est référencée par le Réseau « Bienvenue à la Ferme ». « Pour me faire connaître, je fais aussi éditer un dépliant que je dépose dans les chambres d´hôtes, les restaurants voisins et j´ai tout un réseau de connaissances parmi les professionnels du tourisme. »
Avant de se lancer, elle a suivi plusieurs formations dont en particulier une sur l´accueil du public en milieu rural. Parallèlement, les éleveurs ont commencé à vendre en 2001 une partie des vaches en direct et la commercialisation dont s´occupe Maryvonne lui prend aussi pas mal de temps. « J´ai de nombreuses autres activités, je ne tiens pas à ce que l´accueil de groupes m´empêche de les poursuivre. » Un équilibre entre ce que lui apporte l´accueil de groupes et les efforts à fournir a été trouvé.
Bienvenue à la Ferme en Bretagne : les activités culturelles s´organisent
Le festival « Brin de Culture » est organisé par le Réseau Bienvenue à la Ferme de Bretagne au cours du mois d´octobre depuis 2000. Sur une dizaine de jours, concerts, expositions et spectacles investissent une vingtaine d´exploitations de toute la région.

C´est l´occasion de communiquer avec un public qui n´aurait sans cela pas forcément eu l´idée de pousser la porte d´une exploitation, et de lui montrer que les agriculteurs sont impliqués dans l´animation du monde rural. « Randonnez à la ferme ! » est une autre initiative du réseau Bienvenue à la Ferme de Bretagne : sur un week-end début mars, des agriculteurs guident les amateurs autour de leur exploitation à pied, à cheval ou en VTT.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Prix des céréales : les raisons de la flambée des cours
Grandes Cultures
Blé, orge, maïs : les prix de l'ensemble des marchés des céréales ont connu une hausse brutale ces dernières semaines. Cette…
filet brise-vent
Plan de relance : des aides pour la biosécurité et le bien-être animal
Le volet agricole du plan de relance comprend une mesure « pacte biosécurité et bien-être animal ». Le dispositif sera piloté par…
Sophie et Michel travaillent avec leur fils Baptiste. Cette année, les laitonnes ont du être rentrées dès octobre à cause des fortes pluies. © S. Bourgeois
Une perte sensible d’efficacité économique pour un système broutards dans la Nièvre
Michel et Sophie Durand conduisent à Ougny dans la Nièvre, un système herbager avec 165 vêlages et vente de broutards lourds. À …
Cette année, la campagne de vêlages se passe vraiment bien avec 85 % de vêlages sans aide, et les retours en chaleurs sont nettement plus rapides qu’auparavant. Pour certaines, c’est quinze jours après le vêlage. © S. Bourgeois
Une approche globale pour une reproduction au top
Des vaches bien préparées au vêlage retournent vite en chaleurs. C’est l’expérience qu’a faite Jean-Michel Michelot, éleveur dans…
Le plan protéines n’oublie pas l’herbe

La stratégie nationale protéines végétales, dévoilée le 1er décembre vise à réduire la…

"Un veau qui ne se lève pas se remarque rapidement ce qui permet de le prendre en charge sans délai », soulignent les éleveurs interrogés sur leur conduite de limitation des tétées. © C. Delisle
Y a-t-il un intérêt à limiter l’accès des veaux à leurs mères ?
Dans le cadre du projet Optirepro, l’Institut de l’élevage et la chambre d’agriculture des Pays de la Loire se sont penchés sur…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande