Aller au contenu principal

Bovins Viande : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière viande bovine dédiée aux agriculteurs, éleveurs de vaches al

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Agritourisme
Chez Isabelle et Roland Annonier, la moitié des Charolaises sont « mangées » à la ferme auberge

A Cheffois en Vendée, Isabelle et Roland Annonier ont monté une ferme auberge dont le succès tient à leur professionnalisme et à leur enthousiasme.


Roland Annonier, éleveur de Charolaises sur une cinquantaine d´hectares, avait envie de mettre en valeur le bâti et la petite rivière qui constituent l´ancien corps de ferme, un joli moulin. Sa femme Isabelle souhaitait créer son entreprise.
Son goût pour la cuisine et son héritage culturel de fille d´artisan charcutier, son tempérament très ouvert et particulièrement dynamique, ses compétences en gestion et comptabilité - secteur dans lequel elle a travaillé une dizaine d´années - les ont conduits tout naturellement à arrêter le projet d´une ferme auberge. « Cela correspondait bien aussi à notre souhait de mieux valoriser notre viande bovine et de communiquer sur notre métier », explique l´éleveur. Le goût pour l´animation et l´accueil ne sont pas de vains mots chez Isabelle et Roland Annonier.

Le Moulin Migné, adhérent à la charte des fermes auberges et au réseau « Bienvenue à la Ferme », a ouvert ses portes en 1999. Le gros de l´investissement, en plus de la rénovation du bâtiment et de l´aménagement de la cuisine qui est un véritable mini-laboratoire car de la charcuterie y est fabriquée, a porté sur la mise aux normes sanitaires. Une fosse toutes eaux de 15 000 litres avec pompe de relevage a du être installée afin d´accueillir les clients dans cette petite vallée. « Une étude spéciale a du être faite rien que pour ce poste », expliquent Isabelle et Roland Annonier.
Du cochon et des légumes pour garnir la viande charolaise
Il a fallu faire preuve de pédagogie lors du lancement de l´affaire car il y avait très peu de fermes auberges dans cette région, et la plupart des gens ne connaissaient pas le réseau « Bienvenue à la Ferme » qui engage à proposer des menus et recettes locales, les plats principaux mettant en valeur la production de la ferme avec la possibilité de les compléter avec d´autres produits fermiers provenant d´exploitations identifiées par le réseau.

La viande charolaise est donc au coeur des menus. Les génisses de l´élevage sont désossées et découpées par l´abattoir et un boucher vient trancher à la ferme avec Isabelle. Parallèlement, les éleveurs ont commencé à vendre en direct de la viande bovine. « Nous proposons des colis de cinq ou dix kilos et aussi des commandes à la pièce, personnalisées jusqu´à faire choisir aux clients l´épaisseur des steaks. Nous pouvons nous permettre cette souplesse, car les morceaux qui ne sont pas commandés sont utilisés pour la ferme auberge. »
©S.B.

Le Moulin Migné ouvert depuis 1999, adhère à la Charte du réseau « Bienvenue à la ferme »
Trois menus, à partir de dix-sept euros et dont la composition change au fil des saisons, sont proposés. Pour avoir deux viandes sur leur table, Isabelle et Roland Annonier se sont mis à engraisser une trentaine de porcs par an. Un bâtiment sur paille a été aménagé pour eux et les animaux sont conduits lentement, avec des céréales de l´exploitation et un complément azoté acheté, jusqu´à un poids d´environ cent cinquante kilos à l´âge de dix mois.
Ces carcasses particulières et rares (trois par mois environ) exigent de la part de l´abattoir un travail pratiquement à façon qu´il a fallu négocier. « Je dois emmener chaque cochon à soixante-dix kilomètres pour le faire abattre », explique Isabelle.
Les carcasses sont ensuite découpées et transformées à la ferme par Isabelle avec l´aide de son père. Une partie de la viande, du pâté à cuire, sont vendus en direct en colis et certains morceaux sont cuisinés et mis au menu de la ferme auberge. De l´automne au printemps sont fabriqués jambons, boudins, rillettes, saucisses, fressure et autres andouillettes.
©S.B.

Roland s´est aussi mis au jardin potager. « Les légumes sont à l´honneur dans les menus. Il y en a toujours deux, plus de la salade. Nous tenons à proposer des repas équilibrés et variés, sans vouloir aller beaucoup plus loin dans le souci diététique pour autant. » C´est sur pas moins d´un hectare que sont cultivés poireaux, pommes de terre, potimarrons, céleris raves, salades, choux, et bien sûr les mogettes, haricots blancs typiques de Vendée. Une serre de trois cents mètres carrés a été montée l´an dernier, non pas pour produire à contre-saison, mais pour gagner quelques semaines de précocité sur les fraises, tomates et courgettes notamment.
Passion, richesse des échanges et rentabilité
Actuellement, la ferme auberge assure 6 500 à 7 000 couverts par an. « Nous sommes montés en capacité petit à petit, avec l´expérience. Je ne fais qu´une seule sorte de charcuterie à la fois. Je fais choisir les menus bien souvent au téléphone, au moment de la réservation qui est obligatoire. Cela permet d´organiser efficacement le travail en cuisine. »
Isabelle commence la journée en cuisine et Roland prend le relais au moment où les clients arrivent. C´est elle qui assure le travail en salle avec l´appui d´une serveuse régulière et d´extras pour certaines journées. Pour mener de front l´élevage et les nouvelles tâches liées à la ferme auberge, Roland Annonier a désintensifié son système d´élevage et réalise pratiquement tous les travaux en Cuma.
©S.B.

Une compagnie de théâtre qui a investi un joli vieux bâtiment, mais aussi le passage dans la cour d´un circuit de randonnée, permettent d´animer la ferme et de diversifier la clientèle.
Inutile de préciser que les heures d´Isabelle et de Roland ne sont pas comptées, ce qui est assez mal perçu par nombre de personnes bénéficiant de la réduction du temps de travail. « Ce travail me passionne. La richesse des échanges avec les clients et la rentabilité de cette entreprise nous récompensent bien du temps que l´on y passe », explique-t´elle. Cela n´empêche pas Isabelle et Roland de partir en vacances deux semaines durant l´été avec leurs enfants. Ils ont créé un équivalent et demi d´emploi à temps plein, font bien travailler d´autres producteurs de fromages et de vins, et des artisans, et ont engagé toute une dynamique de groupe dans leur petite région. De quoi s´épanouir sans pour autant être aux trente-cinq heures.
©S.B.

Les porcs engraissés sur paille font environ 150 kilos à l´âge de dix mois. La charcuterie est fabriquée par Isabelle aidée de son père.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

graph efficow
Efficow pour repérer les vaches les plus rentables du troupeau
France Conseil élevage proposera un nouveau service pour classer les vaches allaitantes d’un troupeau selon leur rentabilité…
 © B.Griffoul
Des « vétos ruraux » moins nombreux
La sortie du film « Les vétos » a mis sur le devant de la scène le métier de vétérinaire dans une région spécialisée dans l’…
La dernière Assemblée générale de la Fédération Nationale Bovine a eu lieu à Anse dans le Rhône et à côté de Laurent Wauquiez, Président du Conseil Régional Aura, plusieurs autres élus avaient eux aussi fait le déplacement. © F.d'Alteroche
La FNB souhaite faire bouger le logiciel de fonctionnement des OP 
L’idée de mettre en place une Association d’Organisation de Producteur pour, à terme, permettre à l’amont de la production de…
Olmix : un engrais azoté 100 % végétal en billes

Ormendis Veg 13 est un engrais organique 100 % d’origine végétale issu de l’industrie de la canne. Il…

D’une taille assez voisine de la taupe (en haut), le campagnol terrestre (en bas) se signale par des petits monticules de terres proches les uns des autres. Ceux de la taupe sont plus espacés, alignés et de forme conique. © B. Griffoul
Pas de recette miracle pour contrer le campagnol terrestre
Pas de recette miracle pour limiter les dégâts du campagnol terrestre, ravageur des prairies de montagne, mais une combinaison de…
Made in Viande, les inscriptions sont ouvertes

La 6e édition des Rencontres Made in Viande se déroulera du 13 au 20 mai 2020. L’occasion pour la filière élevage…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande