Aller au contenu principal
Font Size

dans la Manche
A chaque élevage son co-produit

La conjoncture amène les éleveurs à se poser des questions quand à la valeur des co-produits. Enquète auprès de Didier Cousin du groupe Bonda.

La Pomme de terre est utilisée depuis longtemps dans les rations des jeunes bovins du Nord de la France.
La Pomme de terre est utilisée depuis longtemps dans les rations des jeunes bovins du Nord de la France.
© E. Durand

Même si certains éleveurs comme Philippe Dolley, dans la Manche, sont interpellés et inquiets de l’augmentation des prix des co-produits, liée à celle des matières premières,«l’intérêt énergétique des sous-produits est aujourd’hui démontré », note Frédéric Lechevallier, du groupement de producteur Copelveau, situé à quelques kilomètres de Gavray dans la Manche. «Le risque pour les éleveurs est de voir l’utilisation de ces produits détournée au profit de débouchés plus rentables tel que la biométhanisation.» À l’heure actuelle, Philippe Dolley fait comme la plupart des éleveurs. Il garde ses céréales pour les vendre et se tourne donc vers les co-produits. Et son père d’ajouter qu’«avec la conjoncture de l’hiver 2007, on gagne plus d’argent à entreposer ses céréales ou sa paille et à attendre que les cours montent qu’à travailler en engraissant ses animaux».

Approvisionnement saisonnier 

L’approvisionnement en certains co-produits est saisonnier, comme les matières premières dont ils sont originaires. «Dans la mesure du possible, je conseille un co-produit pour les mois à venir en fonction de sa disponibilité. Dans le cas des pulpes de pomme de terre, de nombreux éleveurs font leur stock en fin de campagne, à moins de repartir sur un nouveau produit », explique Didier Cousin, du groupe Bonda. C’est lui qui met en place, avec l’éleveur, la nouvelle stratégie concernant le plan de rationnement et la gestion des coûts. Il doit donc connaître parfaitement les grands principes de l’alimentation animale afin d’établir la meilleur ration possible en fonction de chaque élevage. Même si Philippe Dolley rêve d’une ration stable durant des années, cela reste impossible actuellement. «Le coût des concentrés peut varier très vite, comme cela a été le cas cette année. Et l’éleveur se doit, particulièrement pour l’engraissement, de connaître et d’optimiser au quotidien son coût alimentaire. Quand on connaît les besoins d’un taurillon, son coût de ration et les prix d’intérêt, on s’adapte très vite à tel ou tel produit», reprend-il.

Une utilisation déjà ancienne

Pourtant, certains éleveurs continuent de payer plus cher leur ration. «Il y a souvent une méconnaissance des co- produits. Le stockage et le mode de distribution (mélangeuse, dalle bétonnée...) nécessitent parfois des aménagements qui peuvent être pris comme une contrainte. C’est surtout cela qui freine les éleveurs dans leur réflexion », explique Frédéric Lechevallier. Selon Didier Cousin, «les co-produits correspondent souvent à des éleveurs opportunistes ou en tout cas avec une certaine ouverture d’esprit. Ils ont toujours été utilisés dans certaines régions de France, particulièrement dans le Nord. Nous ne faisons que généraliser cette pratique». La grande crainte des éleveurs réside dans la variabilité en matière sèche (MS) des co-produits.«Nous annonçons un minimum de MS du produit. Il arrive parfois que la teneur en MS varie un peu. Les produits sont régulièrement analysés en laboratoire. C’est une garantie pour nous et pour nos clients», reprend Didier. De plus, pour Frédéric Lechevallier, «l’impact de la variation de MS est moindre pour les co-produits que pour un blé, avec lequel on peut avoir des poids spécifiques variant de vingt points ou des impuretés...»

Le but est de tenir

Et même si Jean-François Bouillon, éleveur laitier et engraisseur,ne veut pas avoir à gérer plusieurs petits tas d’ali- ments pour ses vaches, la pomme de terre l’intéresse vivement, comme la fibre de blé, plus équilibrée dans sa composition. Son bâtiment d’engraissement est vide aux trois quarts. Normalement, il contient près de 150 jeunes bovins. Cette année, avec le contexte de l’engraissement, des quotas laitiers et un prix du lait en hausse, il va probablement diminuer cette activité, comme la plupart des éleveurs mixtes. Il cherche cependant des solutions pour tenir et passer cette période difficile. Grâce aux co-produits, il pourra gagner dix centimes par jour et par taurillon. «Les co-produits ne sauveront pas l’agriculture», déplore Philippe Dolley, reconnaissant cependantqu’ils permettent de tenir durant cette mauvaise passe. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

L’intérêt de l’épeautre en alimentation du troupeau allaitant tient à la présence des glumes.
L'épeautre, une céréale qui n'apporte pas que de l'énergie
Par la présence des enveloppes du grain riches en cellulose, l’épeautre est utile en engraissement pour sécuriser la ration. Il…
carte Arvalis estimation date de début de récolte du maïs ensilage
Les ensilages de maïs pourraient débuter plus tôt que prévu
Arvalis a publié une carte des dates de début possible des chantiers d'ensilage de maïs. Ce sera autour du 20 août en Rhône-Alpes…
abattage à la ferme loire atlantique
L'AALVie lance un financement participatif pour son projet d'abattage à la ferme
L'association AALVie (abattage des animaux sur le lieu de vie) a dévoilé son projet lors d'une conférence de presse le 7 juillet…
broutards charolais au pré
L'offre en broutards restera limitée dans les prochains mois

Au 1er juin 2020, on dénombrait 511 000 mâles de race allaitante âgés de 6 à 12 mois dans la BDNI : un effectif en recul de 3…

David Durand, éleveur au GAEC des Gariottes (à gauche) et Christophe Seringe, technicien d’élevage à la SCA Le pré vert (à droite), un tandem de choc pour développer le veau rosé bio. © E. Durand
Le veau rosé bio comme alternative au broutard
Le veau rosé bio s’est développé depuis une dizaine d’années dans le Sud-Ouest. Pour le Gaec des Gariottes en Corrèze, cette…
Un seul gros bovin est traité à la fois et le temps entre la saignée et l’éviscération ne doit pas dépasser une heure. © AALVIE
Un caisson mobile pour abattre les animaux à la ferme
Depuis trois ans, des éleveurs de Loire-Atlantique et de Vendée préparent la mise en place de caissons mobiles pour abattre les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande