Aller au contenu principal

Marché du maigre
« Broutards non OGM », une démarche pour l´instant porteuse


Négociant dans le Cantal avec une activité (22 500 têtes l´an dernier) essentiellement tournée vers l´exportation sur l´Italie, Jean-Luc Lacombe travaille majoritairement avec des animaux de race Salers ou croisés. « Les Italiens sont demandeurs d´animaux d´un poids compris entre 350 et 400 kilos pour les broutards d´automne, » a t-il indiqué lors de journées sur la production de broutards organisées par la chambre d´agriculture du Puy de Dôme.
Attention aux animaux trop lourds, notamment pour les broutards repoussés. « Un croisé rentré à 500 kilos et qui reste six mois à l´engraissement dépassera vite le poids objectif d´abattage qui se situe autour de 700 à 720 kilos vifs pour cette catégorie. »
Mais Jean-Luc Lacombe a surtout insisté sur tout l´intérêt que pouvait présenter pour les éleveurs la démarche du broutard non OGM. Un produit qui une fois engraissé avec une alimentation garantie non OGM est destiné à l´enseigne Coopitalia.

Cette dernière a mis en place toute une communication sur ce volet pour l´ensemble des viandes de boucherie commercialisées dans ses linéaires. « C´est un très gros marché. Les besoins sont de 1200 femelles par semaine. On n´est pas en mesure de le satisfaire entièrement, car il n´y a pas suffisamment d´élevages agréés et le complément de maigre non acheté en France vient actuellement d´Irlande. Pour les éleveurs, il y a pourtant une plus-value à la clé qui est de 22 ? par femelle et 26 ? par mâle », observe le négociant du Cantal qui invitait les éleveurs à se rapprocher de leur OP pour avoir davantage d´information.
Une opportunité à saisir
Le cahier des charges pour cette production est de plus, assez simple à remplir. Il se base sur la charte des bonnes pratiques d´élevage auquel s´ajoute un volet alimentation avec un concentré « non OGM » pour la complémentation des broutards sous la mère ou lors de la phase de repousse à l´étable.
« C´est une opportunité à saisir pour les producteurs de maigre du bassin allaitant », souligne Jean-Luc Lacombe qui reconnaît toutefois que ce débouché concerne prioritairement des femelles.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Germain Fréville. « J’étais vraiment convaincu par les conseils que je donne. Je mets maintenant à l’épreuve ce que je préconise. J’essaie de faire des émules par l’exemple. » © S. Bourgeois
[De conseiller à éleveur] « J’avais en tête l’exploitation idéale et je l’ai trouvée »
Germain Fréville est double actif. Il travaille à mi-temps pour une association d’aide aux agriculteurs en difficulté et élève…
La cage mesure 3 m sur 3 m et 2 m de haut. Elle pèse environ 600 kg et a coûté 2800 € HT pour 40 heures de fabrication. « Le montage de la cage a été pensé pour avoir un compromis entre solidité, sécurité et légèreté », explique Fabien Vialle. Elle rentre dans le cadre de la législation routière et peut être transportée sur route (moins de 3 m 50 de large).   © E. Durand
Une cage de contention pour bovins mobile et multifonctions
Gaël Magnaval, éleveur de limousines en Corrèze, à proximité de Chamberet, a imaginé une cage mobile pour pouvoir poser ses…
Emmanuel Turpeau s'est installé en 2007. Son élevage allie génétique de très haut niveau et autonomie alimentaire.  © S. Bourgeois
[De conseiller à éleveur] "La passion de la Charolaise et le chemin vers le bio"
Emmanuel Turpeau a travaillé pour le herd-book charolais avant de s’installer. Il met désormais en application les principes…
jeunes bovins Charolais
Marché fluide pour les jeunes bovins
Sur le mois de juin 21, le rythme de prélèvement des mâles en ferme a été plus dynamique que celui des quatre années antérieures…
Le début 2021 laisse présager une embellie côté prix pour la viande bovine au second semestre. © C. Delisle
Filière viande bovine européenne : de meilleures perspectives pour fin 2021
Covid-19, Brexit, forte baisse du prix des JB et broutards… 2020 fut une année compliquée au sein du marché communautaire.…
Si les feed-lots représentent une part toujours plus importante pour la finition des bovins, 50 % des bovins sont encore exclusivement finis au pâturage. © C. Deloume
Le Brésil, une puissance exportatrice de viande bovine touchée par la pandémie
Si 2020 fut encore une année de records pour le premier exportateur mondial de viande bovine, l’année 2021 s’annonce sous de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande