Aller au contenu principal

Boiteries : « Il faut éviter à tout prix de contaminer les animaux sains »

Isabelle Delaunay, enseignante coordinatrice de la formation des pédicures pour bovins et parage bovin au CFPPA du Rheu, en Ille-et-Vilaine, voit le nombre d’élevages allaitants confrontés à des boiteries augmenter depuis cinq ans. Elle liste les points clés pour éviter que les problèmes de pied ne prennent de l’ampleur.

Isabelle Delaunay, enseignante coordinatrice de la formation des pédicures pour bovins et parage bovin au CFPPA du Rheu, en Ille-et-Vilaine
Isabelle Delaunay, enseignante coordinatrice de la formation des pédicures pour bovins et parage bovin au CFPPA du Rheu, en Ille-et-Vilaine
© Isabelle Delaunay

« De plus en plus de pédicures voient le nombre d’élevages en bovins viande augmenter dans leur clientèle. La proportion de vaches boiteuses au sein de ces cheptels progresse elle aussi. Les éleveurs allaitants font face aujourd’hui à ce que les laitiers ont connu dans les années 1980-1990, avec un temps et une organisation de travail qui se voient complètement chamboulés. Ils font souvent appel à un pareur tard, quand les problèmes de boiteries sont déjà à un stade avancé. Les changements de pratiques à enclencher par la suite pour revenir à des seuils supportables ne sont pas anodins et souvent très chronophages, d’autant plus dans le cas de maladies infectieuses. Or, comme en vaches laitières, les boiteries diagnostiquées sur vaches allaitantes tiennent souvent comme responsables la dermatite digitale. Une fois cette maladie entrée dans l’élevage, il est très difficile de s’en débarrasser, et les moyens de lutte sont bien plus complexes à mettre en œuvre en bovins viande.

Réagir dès que les onglons commencent à se déformer

Les cheptels pour lesquels la génétique sur la qualité des aplombs et des onglons a été peu travaillée, avec des croissances poussées, une alimentation riche en concentrés et logés en bâtiment sur un temps long, se retrouvent souvent avec des pieds très déformés. Cette déformation, qui s’ajoute au gros gabarit des animaux, vient aggraver la moindre lésion. D’où l’importance de faire intervenir un pareur dès que les onglons commencent à se déformer. En phase de routine, d’après les enseignements tirés en élevage laitier, on peut envisager un parage préventif des primipares fraîchement vêlées et des multipares un à deux mois avant le vêlage. Autre règle d’or, il faut veiller à regrouper les vaches saines entre elles, notamment les génisses, qui constituent l’avenir du troupeau. Dans cette logique, il convient d’isoler les animaux atteints voire si possible, réformer les cas les plus graves. Aussi, lors d’un achat extérieur, il est vivement recommandé de mettre l’animal en quarantaine, et de faire appel à un pareur dès que possible pour lui inspecter les pieds.

Lire aussi | Boiteries : « Les lésions des pieds sont devenues courantes en élevage bovin viande »

Plus largement sur les conditions d’environnement, il faut faire en sorte que les animaux gardent les pieds propres et bien au sec. Les espaces de couchage, la place à l’auge et l’accès à l’eau, en quantité et de qualité sont trois modalités à surveiller de près, pour éviter d’accentuer le stress et la compétition au sein des lots. S’agissant des traitements, les stratégies de lutte se discutent au cas par cas, en fonction des moyens et du temps que chacun est prêt à investir (pédiluve, pulvérisation…). Le tout est d’être réactif et constant dans ses pratiques. Dans le cas où l’éleveur s’est formé au parage, il doit impérativement être équipé d’une cage conçue pour cet usage, d’autant plus en vaches allaitantes, au risque que ses vaches tombent et que son matériel plie. Pour lever les pieds de ses bovins sans s’user, les équipements, intégrant les jeux de barrière, doivent permettre de bloquer l’animal en cinq minutes. »

Lire aussi | Boiteries : comment préparer un chantier de parage ?

Les plus lus

Camion d'abattoir mobile du Boeuf ethique
L’abattoir mobile du Bœuf éthique vendu aux enchères à Beaune le 17 avril

Plus d’un an après la liquidation du Bœuf Ethique, premier outil d’abattage mobile en France, son matériel est mis en vente…

parage fonctionnel des pieds bovins
Boiteries : « Je me suis formé au parage fonctionnel »

Guillaume Sansoit, éleveur de charolaises dans la Nièvre, a suivi avec un de ses salariés une journée de formation sur le…

L’implantation de la cage est à raisonner pour qu’un homme seul puisse y amener ses bovins en sécurité.
Boiteries : choisir une cage de parage adaptée aux vaches allaitantes

La cage de parage devient un équipement incontournable pour les exploitations touchées par la dermatite digitale. Veillez à…

Les prix d'honneur ont été difficiles à départager au concours de Varennes-sur-Allier (Allier), tenu les 15, 16 et 17 mars en race charolaise. « Une série d'une vingtaine de génisses, aux conformation et qualité de viande hors-normes, s'est particulièrement démarquée. Le lot était très homogène, avec des volumes de carcasse qui dépassaient les 650 kg », rapporte Olivier Chaveroche, responsable au concours.
Bovins de boucherie : les concours de Pâques enregistrent de belles ventes

Après une édition 2023 en demi-teinte, les organisateurs des traditionnels concours de Pâques tirent un bilan plutôt positif…

jeunes bovins charolais boiteries morbihan bretagne
Boiteries : « Nous avons dû jouer sur plusieurs fronts pour lutter contre panaris, Mortellaro et fourbure »

Gwendal Marchand a résolu une bonne partie des problèmes de boiteries sur son exploitation grâce à un audit approfondi avec…

Assurance prairies : l’indice Airbus doit encore convaincre

Les interrogations sur la fiabilité de l’indice satellitaire d’Airbus qui mesure la pousse de l’herbe freinent le…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande