Aller au contenu principal

Biosécurité : quels sont les points maîtrisés et ceux à améliorer en élevage bovin ?

GDS France présente les premiers résultats de l’analyse des grilles d’auto-évaluation biosécurité en élevage bovin. Les achats d’animaux, les risques au pâturage et des mélanges d’animaux sont plutôt bien maîtrisés. C'est moins facile pour la gestion des animaux malades et de l’équarrissage, ainsi que pour les risques liés à la faune sauvage et aux intervenants en élevage. 

© Réussir

Les grilles d’auto-évaluation de la biosécurité en élevage bovin élaborées par GDS France en collaboration avec la SNGTV sont disponibles en ligne depuis janvier 2021. Elles permettent à l’éleveur seul ou accompagné par un conseiller d’évaluer le niveau de biosécurité de son élevage et d’identifier ses points forts et ses points à améliorer. 

Lire aussi : Dossier biosécurité : empêcher les maladies de circuler

Les données collectées jusqu’en novembre 2023 sur 460 grilles (dont moitié élevages laitiers et moitié élevages allaitants en provenance de 65 départements) ont été analysées par GDS France. La grande majorité des éleveurs qui ont rempli la grille estiment appliquer correctement la plupart des mesures de biosécurité. Les trois-quarts d’entre eux obtiennent en effet un score supérieur à 75 sur 100, aussi bien en élevage laitier qu’allaitant.

Des tests de dépistage chez le vendeur

« Ces premiers résultats indiquent que les points de biosécurité les plus classiques que sont la gestion des achats d’animaux, des risques au pâturage et des mélanges d’animaux sont plutôt bien maîtrisés en élevage bovin », indique GDS France.  

En revanche, des améliorations pourraient être apportées sur la gestion des animaux malades et de l’équarrissage. Un autre volet de risques moins maîtrisés concerne la faune sauvage et les intervenants en élevage et visiteurs

Pour les introductions d’animaux, 86 % des éleveurs ont indiqué réaliser un dépistage à l’achat, mais seulement 62 % d’entre eux le réalisaient chez le vendeur. Le respect d’une quarantaine est une des mesures les moins bien maîtrisées avec 69 % des répondants qui estiment la réaliser correctement. « En l’absence de possibilité de quarantaine, un dépistage chez le vendeur avec un transport direct est recommandé », note GDS France. 

Lire aussi : « Le pack intro est un outil essentiel dans la gestion des reproducteurs »

Pour les risques liés aux contacts entre animaux au pâturage, 86 % des éleveurs ayant répondu estiment que l’entretien des clôtures est bien réalisé. Les doubles clôtures représentent un coût important, encore plus avec un parcellaire morcelé, et le pâturage alterné systématique n’est pas facile à respecter. Seulement 51 % des éleveurs y ont recours, mais ce point semble mieux maîtrisé par ceux qui sont en situation de voisinage à haut risque sanitaire. « Le contact mufle à mufle entre bovins voisins de pâture est une voie de contamination importante pour notamment la tuberculose, l’IBR ou la BVD », rappelle GDS France. 

Lire aussi : Où en est le plan national de lutte contre la BVD ?

Des intervenants en élevage à sensibiliser 

La majorité des éleveurs estime ne pas maîtriser les risques liés aux intervenants et visiteurs en élevage, qui sont en effet complexes. Seulement 34 % des éleveurs ont mis en place un plan de circulation pour les visiteurs avec nettoyage et désinfection des bottes à l’entrée et à la sortie. 

Encore beaucoup d’élevages ne disposent pas de points de lavage spécifiquement réservés au nettoyage et désinfection des bottes à l’entrée des bâtiments pour les intervenants. Il est également probable que les éleveurs sous estiment le risque lié aux intervenants et leur font confiance quant aux précautions prises en amont de la visite. Il est parfois difficile d’imposer certaines mesures de biosécurité à certains intervenants, notamment le respect de la zone d’élevage. « Une sensibilisation des intervenants apparait essentielle », observe GDS France.

Lire aussi : [Biosécurité] Mettre en place une sectorisation de l’élevage

Le nettoyage et désinfection systématique du matériel en commun, et conditions d’utilisation de fumier issu d’autres exploitations est maîtrisé pour 58 % des éleveurs. 

« Le nettoyage des mains n’est pas évoqué dans cette auto-évaluation mais c’est une pratique essentielle et nécessaire de la biosécurité pour limiter la transmission des pathogènes », ajoute GDS France.

Les risques liés à la faune sauvage difficiles à maîtriser

Les risques liés à la faune sauvage et aux nuisibles semblent difficiles à maîtriser. Le point le plus critique concerne l’abreuvement et sa mise hors de portée de la faune sauvage, atteinte par 57 % des éleveurs. Un quart des éleveurs déclare ne pas parvenir à protéger les stocks d’aliments. 

Lire aussi : Tuberculose bovine : quels sont les leviers identifiés pour endiguer la hausse du nombre de foyers ? 

Pour les risques liés à la circulation des pathogènes au sein de l’élevage, la moitié des éleveurs applique l’isolement des animaux malades et la marche en avant. La présence d’un local d’infirmerie vraiment isolé du reste du troupeau est encore rare. La marche en avant est souvent difficile à cause de l’organisation des bâtiments.  

La moitié des éleveurs indiquent aussi nettoyer régulièrement les bâtiments et 43 % les désinfectent. « Les recommandations actuelles sont de désinfecter uniquement en cas de problème sanitaire afin de ne pas déséquilibrer la flore microbienne non pathogène propre à l’élevage »,  explique GDS France. 

Concernant la gestion des cadavres, avortons et placentas, la moitié seulement des éleveurs arrive à les placer hors de portée de la faune sauvage et des animaux domestiques. Il faut en effet une zone dédiée adaptée, investir par exemple dans une cloche pour les adultes, tout en assurant l’accès au camion de l’équarrissage. Les risques sanitaires liés à l’épandage des fumiers sont maîtrisés par 93 % des éleveurs ayant répondu. 

Lire aussi : [Biosécurité] « J’utilise une cloche pour protéger les cadavres de bovins adultes»

La grille d’auto-évaluation vient en complément du guide des bonnes pratiques de biosécurité en élevage bovin. « Les éleveurs mettent déjà en place au quotidien un certain nombre de mesures de prévention. Cependant une approche plus globale, pragmatique et opérationnelle permet d’améliorer l’efficacité des différentes mesures. En effet, l’absence de certaines mesures peut réduire les effets positifs consentis par l’application d’autres mesures », rappelle GDS France et son réseau avec l’appui des vétérinaires et des intervenants en élevage. 

Les plus lus

Camion d'abattoir mobile du Boeuf ethique
L’abattoir mobile du Bœuf éthique vendu aux enchères à Beaune le 17 avril

Plus d’un an après la liquidation du Bœuf Ethique, premier outil d’abattage mobile en France, son matériel est mis en vente…

parage fonctionnel des pieds bovins
Boiteries : « Je me suis formé au parage fonctionnel »

Guillaume Sansoit, éleveur de charolaises dans la Nièvre, a suivi avec un de ses salariés une journée de formation sur le…

L’implantation de la cage est à raisonner pour qu’un homme seul puisse y amener ses bovins en sécurité.
Boiteries : choisir une cage de parage adaptée aux vaches allaitantes

La cage de parage devient un équipement incontournable pour les exploitations touchées par la dermatite digitale. Veillez à…

Les prix d'honneur ont été difficiles à départager au concours de Varennes-sur-Allier (Allier), tenu les 15, 16 et 17 mars en race charolaise. « Une série d'une vingtaine de génisses, aux conformation et qualité de viande hors-normes, s'est particulièrement démarquée. Le lot était très homogène, avec des volumes de carcasse qui dépassaient les 650 kg », rapporte Olivier Chaveroche, responsable au concours.
Bovins de boucherie : les concours de Pâques enregistrent de belles ventes

Après une édition 2023 en demi-teinte, les organisateurs des traditionnels concours de Pâques tirent un bilan plutôt positif…

Légende
« Je conduis mes vaches gasconnes des Pyrénées à 100 % en IA et en système plein air »

Dans le piémont de la montagne Noire, Myriam Collignon élève une centaine de gasconnes des Pyrénées conduites en plein air et…

jeunes bovins charolais boiteries morbihan bretagne
Boiteries : « Nous avons dû jouer sur plusieurs fronts pour lutter contre panaris, Mortellaro et fourbure »

Gwendal Marchand a résolu une bonne partie des problèmes de boiteries sur son exploitation grâce à un audit approfondi avec…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande