Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

[Billet] Message météo aux journalistes des grands médias : "sans eau, rien ne pousse…"

Entendre tous les matins les commentaires de journalistes parisiens se désoler parce qu’il va tomber trois gouttes alors qu’une partie des agriculteurs Français vit dans l’angoisse d’une nouvelle sécheresse a quelque chose d’indécent. Cela l’est d’autant plus à la veille du premier week-end de mai qui, de toute façon, se passera pour la plupart des Français comme les précédents, c’est-à-dire confiné !

Petit message aux journalistes parisiens : la pluie est aussi une bonne nouvelle !
© Pixabay

Les Français sont de plus en plus déconnectés de leurs racines rurales. Voici quelques années, nombre d’entre eux avaient encore un frère, un grand-père ou un cousin agriculteur. Repas de famille ou vacances chez des proches à la campagne permettaient de maintenir une certaine « fibre rurale » dans le cœur de bon nombre d’entre eux. Mais au fil des générations, les liens se sont distendus ou plus fréquemment encore, se sont effacés. Désormais une part croissante de la population ignore les préoccupations des ruraux et -faute d’avoir eu ce grand-père, cet oncle ou ce cousin avec qui discuter- ne sait plus vraiment comment sont cultivés ou élevés les plantes et animaux qui nous nourrissent. Les différentes réflexions que l’on peut entendre au gré des allées du salon de l’agriculture lorsque l’on tend une oreille indiscrète pour écouter les conversations de certains visiteurs sont révélatrices de ces lacunes. Elles laissent à penser qu’un peu de vulgarisation agricole devrait être mise d’urgence au programme de l’éducation nationale pour permettre à tous les petits Français d’avoir quelques rudiments de connaissances pour savoir comment sont produits les différents aliments qui finissent par arriver dans leurs assiettes. Cette vulgarisation devrait être accompagnée de quelques rappels sur la météo et sur la nécessaire alternance de la pluie et du soleil pour nous permettre d’avoir l’assurance d’une table bien garnie.

Agaçant voir franchement indécent de regretter la pluie quand le pays souffre de sécheresse

Cet enseignement visant à mieux faire connaitre certains fondamentaux agricoles et météorologiques gagnerait à être étendu à certains journalistes des « grands médias parisiens » pour lesquels tout bulletin météo qui n’annonce pas un soleil brillant de tous ses feux et un thermomètre flirtant allègrement avec le seuil des 30° C est forcément une catastrophe. Pour faire pousser les plantes qui vont nous nourrir ou nourriront les animaux qui eux aussi termineront dans nos assiettes, il faut impérativement de l’eau. Sans eau, pas de vie et sans eau rien ne pousse ! Entendre ces grands manitous des ondes et des écrans évoquer la « menace d’une averse » ou un « risque d’orage » à la veille d’un week-end qu’ils passeront qui plus est « confinés » comme la plupart des Français devient pour le moins agaçant. C’est même franchement indécent quand bonne partie du territoire français est sous la menace d’une sécheresse sévère, d’autant plus préoccupante que cette problématique devient récurrente d’une année à l’autre.

Lire aussi
Chaleur, sécheresse : l’année qui bat les records
météo... (a)mère nature n'est guère clémente avec les grandes cultures

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Florent Calmès. « Je travaille plus sur le coût de production que sur le GMQ. » © B. Griffoul
Chez Florent Calmès : simplifier le travail pour gérer seul un cheptel de 125 vaches
Florent Calmès, installé dans l’Aveyron, ne fait pas de compromis sur le résultat économique mais a fortement simplifié le…
Élodie et Florent Gobet élèvent 75 à 80 Charolaises à Propières dans le Rhône) et commercialisent tout en vente directe. © Gaec Gobet
Chez Elodie et Florent Godard : « avec le confinement, la demande en vente directe a nettement augmenté »

« Avec mon mari, Florent, nous élevons 75 à 80 Charolaises à Proprières, dans le Rhône. Je gère l…

clôture virtuelle Nofence
Un premier test de clôtures virtuelles par Arvalis
Arvalis a testé pendant deux mois à l’automne 2019 le système de clôtures virtuelles Nofence à la ferme expérimentale de Saint-…
Didier Guillaume a annoncé une prochaine réunion au ministère pour débattre sur le prix trés dégradé de la viande bovine à la production.
[Covid 19] Selon Didier Guillaume, la baisse de rémunération des éleveurs bovins est « inadmissible »
La dégringolade du prix des bovins finis suscite un sentiment de dégoût chez les éleveurs et ne va pas inverser l’actuelle…
Antoine et Pascal Perrin ont apprécié que cette plante valorise très bien l’eau tombée. © C. Sudraud/SAS Scanner
"Le sorgho fourrager multicoupe pour compléter les stocks"
Le Gaec Perron a cultivé en 2019 du sorgho fourrager multicoupe sur 3,5 hectares. Semé mi-mai, en choisissant une variété bon…
Quentin Alteyrac. « Les 280 hectares conduits en pâturage de précision représentent le cœur de la ferme. Ils sont d’un seul tenant. Seule une route avec peu de passages sépare la partie garrigue, exposée Sud, de la partie prairie exposée Nord. Chaque parcelle a son point d’eau. » © Ferme de Fajac
Quentin Alteyrac dans l'Aude : « améliorer l’efficience du système dans son ensemble »
Dans l’Aude, sur la ferme de Fajac, gérée par Quentin Alteyrac, lorsque le système tout herbe a été modifié pour mettre en place…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande